Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les tombes d'un carré musulman profanées près de Nice

Rédigé par La Rédaction | Lundi 30 Avril 2012



Des tombes et un mur du carré musulman de Carros, près de Nice (Alpes-Maritimes), ont été dégradés par des inscriptions à caractère raciste et politique dimanche 29 avril. Des croix gammées à l’envers ont été retrouvées sur neuf tombes musulmanes et les inscriptions « Arabe dehor » (sic) et « Vive Le Pen » ont été tracées à la bombe rose fluo sur un mur attenant au carré musulman.

« C’est la première fois que ça arrive sur notre commune », a réagi le maire (PS) de la commune, Antoine Damiani, disant sa « stupéfaction » et sa « colère ». La mairie entend porter plainte et se constituer partie civile. « C’est toute une communauté qui est atteinte, c’est aussi toute la communauté carrossoise qui est touchée mais nous ne voulons pas que la haine soit attisée et je note le comportement digne des communautés : responsables des harkis et des Français musulmans ont appelé au calme », a-t-il souligné.

Au premier tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen, est arrivée en tête du scrutin dans cette commune socialiste avec 27,12% des voix, devant ceux de l’UMP (26,97%) et du PS (22,27%). Parmi l'électorat ayant voté FN, « il y a une part de racistes et de xénophobes, mais il y en a d’autres qui s’interrogent sur leur avenir et qui ont peur de se retrouver en situation précaire », a commenté M. Damiani.

L’enquête pour « violation de sépultures avec la circonstance aggravante qu’une communauté est visée en raison de son origine ethnique et de sa religion » a été confiée à la gendarmerie de Carros. Le ou les auteurs des faits encourent cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

Lire aussi :
L'islamophobie en France, une réalité dénoncée par Amnesty International
Les actes anti-musulmans en hausse de 58 % en 2011, l'islamophobie d'Etat dénoncé (CCIF)
Les rites funéraires islamiques en droit français : la conciliation par l’adaptation
Exhumations à Nice : les tombes musulmanes sous surveillance de la mairie