Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le festival Kiwitas sans financements, un appel aux dons lancé

Rédigé par Mérième Alaoui | Mardi 28 Avril 2015



La présidente de Zonzons 93, Laetitia Nonone en rouge, entourée des membres d'autres associations.
La présidente de Zonzons 93, Laetitia Nonone en rouge, entourée des membres d'autres associations.
Le Festival Kiwitas, lancé par Zonzon 93, une association de Villepinte (Seine-Saint-Denis) œuvrant dans la prévention de la délinquance, a déjà un certain succès en seulement deux ans d’existence. Il rassemble de nombreuses d’associations d'Ile-de-France, de province ainsi que des personnalités.

Cette année, le parrain est Lilian Thuram. Le festival, annoncé pour le 16 mai pour une journée de rencontres, d’animations pour les jeunes, les familles et les associations, devrait rassembler plus de 3 000 personnes. Enfin, si l’association réussit à recueillir les fonds nécessaires.

Zonzon 93 s'est en effet vu refuser en mars le financement de la communauté d’agglomération Terres de France. Zonzon 93 a lancé un appel aux dons. La campagne de fonds participative sur internet a commencé fin mars via le site Hello Asso. « A la date d’aujourd’hui, nous avons collecté 2 700 €. Une promesse de don de 1 000 € est intervenue ce matin. Si elle est réalisée, il restera encore 1 300 € à trouver », détaillait lundi 27 avril, la présidente de l’association, Laetitia Nonone au Parisien. Aux dernières nouvelles, l'association a bien récolté un peu plus de 3 700 €.*

« Eveiller les consciences »

De son côté, Mathieu Montes, adjoint au maire de Tremblay et membre de la commission Culture à l’agglomération explique que « Terres de France aide des projets ponctuels, le but étant que des événements ne dépendent pas uniquement de l’agglomération, vu qu’on ne sait pas ce que va devenir l’agglomération ». Une explication difficile à accepter pour la présidente puisque les deux premières éditions ont été financées. Mais l’élu de Tremblay estime que les financements ont été accordés « à titre exceptionnel ». « 5 000 € la première année et 10 000 € la deuxième, à titre exceptionnel, alors que d’ordinaire on fixe une limite à 2 500 € pour financer le maximum de projets, 162 l’ont été entre 2013 et 2014 », a-t-il indiqué.

Le festival de solidarité est pourtant bien ancré dans les quartiers populaires des villes de Seine-Saint-Denis et alentours. « A l’école, les valeurs républicaines "Liberté, Egalité, Fraternité" ne parlent pas forcément aux jeunes des banlieues, alors que la musique et le spectacle vivant dans sa globalité facilitent la communication d’un message militant au sein de notre jeunesse. L’art est une arme efficace, capable d’éveiller les consciences des plus sceptiques ou même de ceux qui ont un faible bagage culturel. C’est la raison la plus valable, à mes yeux, pour dire que l’art est universel », expliquait Laetitia Nonone, au webzine Mad Tribune lors du Kiwitas 2014. Encore plus que jamais d’actualité, le thème du festival de cette année est dédié à la lutte contre les discriminations.

Zonzon 93 a « pour but premier de proposer un accompagnement pour les jeunes mineurs issus des quartiers populaires et de rompre ainsi avec l’oisiveté de certains jeunes à travers diverses activités liées à la culture et au sport mais aussi un accompagnement dans leurs démarches professionnelles », ajoute l’énergique militante de 33 ans. A trois semaines du grand jour, les militants s’affairent pour organiser le festival d’un côté, et rassembler la somme restante de l’autre. Les dons, même les plus petits, sont attendus.

*Mise à jour jeudi 14 mai : L'association a réussi à réunir les 5 000 € grâce à la campagne de crowdfunding.