Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Le Gujarat, haut lieu de l’islam indien

Rédigé par Seyfeddine Ben Mansour | Lundi 2 Juin 2014



La mosquée Jami Masjid, construite en 1513 dans l'Etat du Gujarat, compte parmi les joyaux historiques les plus réputés d'Inde.
La mosquée Jami Masjid, construite en 1513 dans l'Etat du Gujarat, compte parmi les joyaux historiques les plus réputés d'Inde.
Sous la direction de Sharmina Mawani et Anjoom Mukadam, les éditions Rawat ont publié récemment un ouvrage collectif intitulé Globalisation, Diaspora and Belonging: Exploring Transnationalism and Gujarati Identity. A partir de l’expérience des Indiens du Gujarat, installés parfois depuis des siècles loin de leur Inde originelle, l’ouvrage examine la manière dont des facteurs tels que la langue, la culture, mais aussi le sentiment d’altérité dans un contexte diasporique globalisé, affectent et définissent le sentiment d’appartenance identitaire. Les Gujaratis sont aujourd’hui entre 65 et 75 milllions, dont trois millions environ vivent en diaspora, des Etats-Unis à l’Australie en passant par l’Afrique du Sud et le sultanat d’Oman. Si leur foyer d’origine, le Gujarat, compte aujourd’hui moins de 10 % de musulmans, il n’en fut pas moins un haut lieu de l’Islam indien.

La première mosquée d’Inde

Sa capitale historique, Ahmadabad (littéralement, « Ahmadville ») est ainsi la première ville indienne qui soit l’aboutissement d’un projet urbanistique, en plein Moyen âge. Mais aussi, dit-on, le fruit d’un rêve. Au matin du 2 mars 1411, portant chacun une corde à la main, quatre Ahmad étaient réunis au bord du fleuve Sabarmati : un roi, Ahmad Shah Ier, et trois savants, Malik Ahmad, shaykh Ahmad Khattu et qadhi Ahmad Jod. A eux revenait le privilège de fonder symboliquement la nouvelle ville. Ahmad Shah Ier, sultan nouvellement couronné du Gujarat, avait en effet fait un songe : sa capitale devait être fondée par quatre personnes qui, de leur vie, n’avaient jamais manqué une prière, et qui, à l’instar du Prophète, répondaient au nom de « Ahmad »

Mais l’histoire islamique du Gujarat est plus ancienne encore. Plusieurs siècles avant sa conquête par le souverain turc ‘Ala ad-Din Khalji en 1297 et son intégration au sultanat de Delhi, le Gujarat avait été, avec le Sind, une des premières régions d’Inde à être gagnée à l’islam. Dès 635, une expédition lancée sur Thana et Bhaurch par le gouverneur de Bahreïn avait en effet abouti à l’installation d’une première colonie sur cette région côtière. Composée essentiellement de marins et de marchands d’origine sud-arabique ou persane, cette petite communauté édifiera la première mosquée d’Inde, une mosquée dont l’orientation vers Jérusalem (première qibla) souligne l’extrême ancienneté.

Une population mixte, riche et industrieuse

Mais surtout, quoique modeste, cette première communauté fera souche, multipliant les mariages avec les indigènes, et adoptant progressivement la langue et les usages locaux. Ailleurs sur la côte, la principauté de Sanjan (Sindân) est une cité portuaire florissante, comme le soulignent les géographes musulmans Ibn Khurradadhbih et Ibn Hawqal. De 813 à 841, les souverains Fadl Ibn Mahan, Muhammad Ibn Fadl et Mahan Ibn Fadl Ibn Mahan y règnent sur une population mixte composée d’hindous et de musulmans. L’historiographe al-Mas‘udi, qui a visité Cambay en 915, rapporte que d’importantes communautés musulmanes vivaient dans les principales cités gujaraties (Cambay, Chembur, Thana, Sopara, Sanjan, Bharuch), où cette population riche et industrieuse avait édifié un grand nombre de mosquées sous le règne des princes hindous.

Si la prospérité du Gujarat a suscité des siècles durant l’afflux de commerçants et, plus généralement, de migrants, elle a également attisé les convoitises de plus d’un conquérant, dont le sultan d’ascendance turque Mahmud de Ghazni, qui en 1024 lance une attaque victorieuse contre le temple de Somnath. Un siècle et demi plus tard, c’est Shihab ad-Din Muhammad Ghori qui à deux reprises tente, sans succès, de s’emparer du Gujarat. C’est finalement l’un de ses généraux turcs, Qutb ad-Din Aybek, qui en 1197 remportera les premiers succès durables dans la région, avant de devenir le premier sultan de Delhi.

Première parution de cet article dans Zaman le 1er mai 2014.