Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Israël : grosse manif de soutien au soldat franco-israélien qui a abattu un Palestinien

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 20 Avril 2016



Israël : grosse manif de soutien au soldat franco-israélien qui a abattu un Palestinien
Plusieurs milliers d’Israéliens - 5 000 selon des estimations - ont manifesté mardi 19 avril à Tel Aviv afin d’afficher leur soutien au sergent Elor Azria. Ce militaire a été inculpé la veille pour homicide par la justice militaire pour avoir abattu d'une balle dans la tête le jeune palestinien Abdel Charif, qui était pourtant à terre et déjà blessé par balles.

La scène a été filmée le 24 mars à Hébron, en Cisjordanie. Abdel Charif, tout juste âgé de 21 ans, avait auparavant attaqué des soldats israéliens avant d'être blessé. Dans la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, on voit le militaire à plusieurs mètres du Palestinien charger son fusil, effectuer quelques pas et viser la tête de sa victime avec sang-froid, sans réaction des soldats autour de lui.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a condamné l'acte d'Elor Azria tout en appelant la justice à considérer « toutes les circonstances » qui l'ont mené à commettre son crime. Aucune déclaration similaire n'a - sans surprise - été faite à propos du geste du Palestinien, qui fait partie du 2,6 millions de personnes vivant en Cisjordanie occupée. « Nos soldats ne sont pas des assassins. Ils prennent des mesures contre les meurtriers, et j'espère qu'une solution sera trouvée pour trouver un équilibre entre l'action et le contexte général de l'événement », a-t-il fait savoir mardi.

Une charge moins lourde retenue contre le soldat

Le cas du Franco-Israélien Elor Azria, agé de 19 ans, divise la population israélienne. Détenu au départ pour meurtre, le militaire a finalement été inculpé d'homicide, une charge moins lourde qui exclut toute préméditation mais qui lui fait encourir une peine maximale de vingt ans de prison. Il pourra néanmoins bénéficier d’une libération provisoire vendredi 22 avril afin de passer les réjouissances de Pessah, la Pâque juive, en famille.

Selon l’acte d’accusation, « le terroriste gisait au sol, encore en vie, et ne présentait aucun danger immédiat et tangible pour les civils et les soldats qui l'entouraient ». Ses défenseurs plaident pourtant la légitime défense car, selon eux, comme l’indique l’avocat Ilan Katz, le sergent a « agi comme on peut s'attendre de la part d'un soldat (...) quand il voit un terroriste qui peut être un kamikaze ».

Selon un sondage, 57 % des Israéliens jugent que le soldat n'aurait pas dû être arrêté et 60 000 personnes ont signé une pétition en ligne demandant qu'il soit décoré pour « héroïsme ». Les soutiens d’Elor Azaria mettent en exergue la multiplication des attaques anti-israéliennes ces derniers mois qui ont tué 28 Israéliens depuis le 1er octobre 2015. Côté palestinien, ce sont au moins 200 personnes ont été tué par les forces d'occupation israéliennes.

Lire aussi :
Troisième Intifada... dans l’indifférence générale
Gilat Shalit : un soldat de l’occupation contre un millier de prisonniers palestiniens
Gilad Shalit échangé, les Palestiniens en liesse
Parce qu'il défend Salah Hamouri, François Cluzet est accusé d'incitation à la haine
Palestine : l'emblématique absence de « L’affaire Salah Hamouri » dans les médias