Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Héritage colonial et discriminations raciales contemporaines

Par Saïd Bouamama, sociologue

Rédigé par Saïd Bouamama | Mercredi 22 Février 2006



Publicité diffusée lors de l’année 1930
Publicité diffusée lors de l’année 1930

L’appel des « indigènes de la république » a suscité une polémique intense à la fois dans les médias et dans le monde associatif et politique. Il a été accusé d’ethniciser la question sociale, de renforcer le « communautarisme », de surévaluer le poids de la colonisation dans l’explication des processus contemporains. Il faudrait s’interroger sur les raisons profondes d’une telle unanimité et d’une telle virulence dans la critique. Disons simplement ici que celle-ci et celle-là sont révélatrices d’un « nœud » de la pensée (et donc de l’action) empêchant d’explorer certaines hypothèses (en rendant cette exploration, illégitime pour le mieux, dangereuse pour le pire) liées à la construction nationale française et à ses mythes fondateurs.

 

Les dominations contemporaines se légitiment dans un terreau historique :

Chaque construction nationale hérite d’un imaginaire porteur de représentations sociales ayant comme efficace de faire apparaître comme « naturel » un résultat social, comme légitime et donc intangible une inégalité ou une différence de traitement ou d’accès à des biens rares (emplois, logement, santé, etc.). Les mêmes inégalités se légitimeront différemment selon le pays où elles se déploient et selon son histoire. L’histoire des USA étant marquée par l’esclavagisme c’est donc dans l’imaginaire esclavagiste que seront puisés les représentations permettant encore aujourd’hui de rendre « acceptable » les inégalités  en œuvre pour les noirs américains. En ce qui concerne la société française c’est le colonialisme (et ses images légitimantes) qui seront revivifiées pour les mêmes raisons. Les processus de légitimation des inégalités fonctionnent à l’efficacité c’est à dire qu’ils se construisent à partir des images les plus facilement mobilisables, les plus quantitativement présente, les plus qualitativement intériorisées.

 

Nommer une réalité n’est pas la créer, taire une réalité c’est la reproduire :

L’accusation de « communautarisme » (et même pour certain de « racialisme ») faite à l’appel des indigènes de la république est, selon nous, la plus significative. Elle fonctionne par inversion de l’ordre des causes et des conséquences. Ce n’est pas parce que certains parlent de discriminations qu’elles existent mais au contraire par ce qu’elles existent que certains en arrivent à en parler et à les dénoncer. C’est aussi parce que le fonctionnement social actuel assigne certains à certaines places dominées que se développent des tendances aux communautarismes et non l’inverse. Nommer une réalité n’a jamais suffit à la produire. A l’inverse le silence sur une réalité contribue à sa reproduction.

 

Les causalités s’articulent et se cumulent :

Prendre le paradigme colonial comme grille de lecture des discriminations ne signifie pas l’invalidation des autres modèles explicatifs et en particulier ceux à sous-bassement sociaux ou de classes. C’est au contraire s’intéresser aux processus de gestion de la question sociale qui utilisent en permanence d’autres registres (celui du genre, de l’origine ethnique réelle ou supposée, de l’appartenance nationale ou religieuse, etc.) afin d’opérer une division de ceux ayant intérêts à s’unir et une union de ceux ayant objectivement intérêts à se diviser. C’est une des fonctions essentielles de la légitimation lorsqu’elle concerne les processus de domination.

 

L’imaginaire hérité s’inscrit dans des implicites :

Les images héritées de l’histoire et permettant d’ordonner la réalité n’existent pas principalement comme discours abstrait et explicite. Au contraire elles sont d’autant plus efficaces qu’elles restent dans le non-dit, dans l’évidence implicite, dans la suggestion silencieuse. Elles s’inscrivent dés lors dans les procédures (d’attribution de logement, d’embauche, etc.), dans les implicites liés aux pré-requis (pour un examen oral ou écrit, pour un entretien de formation ou d’embauche, etc.). Elles finissent ainsi par faire système c’est à dire à s’entretenir l’une l’autre ( les discriminations liées au logement ayant des effets sur les inégalités liées à l’emploi, etc.) d’une part et à se reproduire dans la durée d’autre part.  Silencieuses et invisibles elles n’en sont que d’autant plus prégnantes.

 

Du racisme aux discriminations :

La non déconstruction (politique, dans l’enseignement, dans les médias, etc.) du scandale colonial et des image de l’autre qu’il porte a produit un tel système. Le silence durable contribue à la reproduction de ce système dans un contexte de remise en cause des acquis sociaux. C’est pourquoi l’essentiel n’est pas aujourd’hui la dénonciation d’un racisme ouvert  (ou du seul Front National) mais au contraire la tendance au développement d’un « racisme respectable ». De même dans la lutte contre les discriminations, le centrage exclusif sur les discriminations directes (l’employeur ouvertement raciste) empêche d’aborder l’essentiel des discriminations : les discriminations indirectes et systémiques. La question historique en général et celle de l’héritage colonial en particulier n’est ainsi pas une affaire du passé. Les images du passé continuent à diffuser certaines manières de poser les questions sociales, certaines façons de construire les politiques publiques, certaines grilles de lecture des problèmes rencontrés.

 

Le besoin de parler de la règle réelle :
En réalité plus personne ne conteste l’existence de discriminations en raison de l’origine ( et en particulier pour ceux issus des anciennes colonies). Par contre il se maintient une crainte d’aborder l’ensemble des causes de ces processus inégalitaires, et en particulier celles touchant à l’histoire et aux mythes fondateurs. Le crime de l’appel des indigènes de la république est d’avoir nommer un réalité qui fait peur, d’avoir mis des mots sur la règle réelle (des discriminations vivaces parce que inscrites dans le fonctionnement même de notre société) c’est à dire d’avoir cesser de clamer une règle formelle (les discriminations comme réalité secondaire, accidentelle et portée par une minorité de raciste).