Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Halal/Casher : pour les autorités juives, « l’incident est clos » avec le Premier ministre

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 7 Mars 2012



Le Premier ministre veut calmer le jeu avec les autorités religieuses et semble bien s’y prendre pour le moment avec les représentants de la communauté juive malgré les ires qu’ont provoqué ses déclarations sur les « traditions ancestrales » des religions.

Le président du Consistoire central, Joël Mergui, qui a été reçu mercredi 7 mars par François Fillon avec le grand rabbin de France Gilles Bernheim, a jugé que « l'incident » né des propos du chef du gouvernement sur l'abattage religieux était « clos », tout en restant « en état d'alerte ».

« Sur la vigilance, les suites qui vont être données, c'est un travail de fond (...). Pour l'instant nous sommes en état d'alerte. Il faut qu'on continue à travailler à avoir des garanties - que nous avons entendues du Premier ministre -, du ministère de l'Agriculture et de tous les partis politiques », a-t-il déclaré, ajoutant que M. Fillon a apporté des garanties selon lesquelles l'abattage religieux ne sera pas remis en cause en France.

« Il faut qu'on travaille sur l'information du consommateur » tout en évitant « les risques de stigmatisation » et « les risques de répercussion sur nos modèles d'abattage rituel en Europe », a souligné M. Mergui.

Pour sa part, le grand rabbin a déclaré que le Premier ministre s'était « défendu d'avoir voulu nous blesser » et « d'avoir voulu viser la religion et la communauté juive ». « Là dessus, il a été très clair. Subsiste des poches de divergence dans la compréhension que l'on peut avoir de tel ou tel mot qui ont été employés », a ajouté M. Bernheim.

M. Fillon a-t-il exprimé des regrets ? « Je crois que s'il nous a reçus c'est qu'il avait conscience qu'on pouvait avoir mal interprété ce qu'il a dit. C'est une question qu'il faudra lui poser », a répondu le président du Consistoire.

Reste à connaître l'avis du Conseil français du culte musulman (CFCM) sur cette affaire. Le Premier ministre recevra, jeudi 8 mars, Mohammed Moussaoui ainsi que le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur.

Lire aussi :
Halal : la FN-attitude de l’UMP nivelle la campagne électorale par le bas
Halal : Jean-Luc Mélenchon a assez entendu de « bêtises »
Benoît Hamon : la stigmatisation des musulmans, « un fond de commerce électoral » pour l’UMP
Abattage rituel : les religions doivent revoir leurs « traditions ancestrales », selon Fillon