Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Gironde : du porc sinon rien à la cantine scolaire

Rédigé par La Rédaction | Mardi 19 Mars 2013



La municipalité d’Arveyres, en Gironde, a décidé de ne plus servir de plats de substitution lorsque du porc est au menu de la cantine scolaire de la ville. Cette décision du maire est entrée en vigueur, à la rentrée des classes lundi 18 mars, après les vacances scolaires d’hiver.

Jusqu’à maintenant, les 28 écoliers demi-pensionnaires de confession juive ou musulmane bénéficiaient de plats de substitution lorsque du porc était au menu de la cantine. Mais à présent, ils seront privés de viande les jours de porc.

Le maire de la commune, Benoît Gheysens (sans étiquette), a informé de cette décision simplement quelques jours avant son application, par une lettre dans laquelle il évoquait des raisons économiques et de gaspillage. « J'en ai juste assez de voir les poubelles remplies d'aliments gaspillés. Le jour où nous servions, par exemple, un cordon bleu en substitution du rôti de porc, vous pouviez être sûr que la plupart des enfants choisissaient le cordon bleu plutôt que le plat cuisiné », explique-t-il.

Cependant, la pilule a du mal à passer auprès des parents d’élèves concernés. Cette décision prise « en cours d'année et sans aucune concertation », sidèrent ainsi Hafid et Leïla, parents de jumeaux scolarisés en grande section de maternelle.

Le risque d'un déséquilibre alimentaire est pointé du doigt. « J'ai décidé d'augmenter en échange la part de légumes et la consistance de l'entrée. Par ailleurs, des parents pourront siéger à la commission pour l'élaboration des menus», répond le maire.

Ces parents d’élèves, soutenus par la majorité des autres parents d'élèves, dénoncent également une stigmatisation religieuse. Ils ont proposé d'assumer eux-mêmes un surcoût financier que le maire avoue être incapable de chiffrer mais ce dernier a refusé. « Nous étions prêts à payer pour qu'on leur mette au moins un œuf dans l'assiette. Mais nous sommes désormais persuadés qu'il y a quelque chose de politique derrière ce prétexte budgétaire. Peut-être est-ce à cause des élections qui approchent que l'on cible ainsi les musulmans de ce village où l'on ne souffre pourtant pas du racisme», juge une mère de famille.

« Ce qui me choque, d'ailleurs, c'est que ces enfants soient étiquetés "sans porc". Ce n'est pas au maire ni à l'école de régler ce genre de problèmes. Les menus sont affichés à l'avance et visibles sur Internet,aux parents donc d'anticiper la seule fois de la semaine où le porc est au menu. Au pire, ils peuvent même retirer leurs enfants de la cantine ce jour-là », estime pour sa part M.Gheysens.

Pour calmer le jeu, le sous-préfet de Libourne s’est cru forcé de réagir. « Sauf si je me trompe, je ne pense pas qu'il y ait la moindre connotation politique derrière l'arrêté de ce maire. Mais je lui ai dit que, puisqu'il avait créé un malaise, il devait en trouver la solution. Un repas sans viande, pourquoi pas, mais qu'au moins il soit équilibré », a déclaré Patrick Martinez.

Deux autres communes voisines, Saint-Germain-du-Puch et Saint-Quentin-de-Baron, ont également fait le même choix de ne plus proposer de viande différente les jours où du porc est au menu des cantines scolaires. Dans ces villages, « certains parents d'élèves ont promis hier d'entrer en résistance », note Sud Ouest le 6 mars.

A Arveyres, après des échanges avec la mairie, « des solutions sont en passe d'être trouvées » selon la représentante des parents d'élèves, Carine Louloum. Mais certains d'entre eux se sont réunis lundi soir, devant la cantine municipale, pour manifester leur mécontentement face à une décision qu'ils jugent discriminatoire.

Lire aussi :
Londres : du porc dans les saucisses halal de cantines scolaires
Laïcité : à la cantine, des menus « sans viande » pour plaire à tous
Menus dans les cantines : menace d’une plainte à Gonesse
Halal, casher, végétarisme : la dame de la cantine a forcé mon enfant à manger de la viande