Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Face au racisme, le courage de la première ministre noire d'Italie

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 5 Septembre 2013



Quand vont cesser la série d’actes de racisme à l’égard de la ministre italienne de l’Intégration, Cécile Kyenge ? Originaire de la République démocratique du Congo (RDC), elle a été désignée gouvernement Letta depuis avril 2013, devenant ainsi la première ministre noire d’Italie. Depuis sa nomination, elle est la cible favorite d’actes et discours xénophobes de l’extrême droite italienne.

En juin dernier, une conseillère d'arrondissement de la ville de Padoue, dans le nord de l'Italie, membre de la Ligue du Nord (populiste) avait appelé au viol de Cécile Kyenge afin qu’elle puisse « comprendre » ce que ressentent les victimes de crimes commis par les immigrants.

En juillet, un sénateur membre du même parti avait comparé Cécile Kyenge à un orang-outan. Deux semaines plus tard, des bananes ont été jetées en sa direction d’un meeting.

Cette fois, des militants du parti d'extrême droite Forza Nuova ont déposé, mercredi 4 septembre, trois mannequins couverts de sang factice devant la porte d'un bâtiment administratif à Rome à destination de Cécile Kyenge. « L'immigration, c'est le génocide des peuples! Kyenge démission! », pouvait-on lire sur des tracts portant l'emblème de Forza Nuova, éparpillés autour des mannequins.

Contre vents et marrées, la ministre de l’Intégration tient bon. Elle est décidée à instaurer le droit du sol afin que les enfants d’immigrés nés en Italie puissent automatiquement obtenir leur naturalisation.

Lire aussi :
Italie : jet de bananes contre une ministre noire
Racisme : Rokhaya Diallo, visée par un appel au viol, porte plainte