Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Elections en Iran : fin de l’ère Ahmadinejad

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 13 Juin 2013



Le coup d’envoi de l'élection présidentielle en Iran sera donné vendredi 14 juin. Le pays est en passe d’élire le successeur de Mahmoud Ahmadinejad, aux commandes de cette République islamique depuis 2005.

Les 50 millions d’électeurs auront le choix entre six candidats, dont cinq sont jugés très conservateurs. Le premier de ce camp fragmenté est Saïd Jalili, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, qui s’occupe de la politique étrangère iranienne. Favori du scrutin, il est proche du Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, qui est au-dessus du président en Iran.

Dans le camp des candidats conservateurs, on trouve également Ali Akbar Velayati, ancien ministre des Affaires étrangères et aujourd’hui conseiller du Guide suprême sur les questions internationales, Mohammad Bagher Ghalibaf, Mohsen Rez, l’actuel maire de Téhéran, et Mohammad Gharazi, le doyen des candidats (71 ans) et seul indépendant du scrutin.

Hassan Rohani est le seul candidat à être considéré comme un conservateur modéré. Cet ancien religieux, passé à la direction du Conseil national suprême de sécurité, incarne le changement après huit ans de présidence de Mahmoud Ahmadinejad. Il a toutes ses chances.

La liste des candidats à la présidentielle iranienne s’arrête là car le Conseil des gardiens de la Constitution, qui a un pouvoir de veto sur les candidats se présentant à ce scrutin, n’a pas permis à deux figures marquantes de la vie politique iranienne de se présenter : l’ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani et Esfandiar Rahim Mashaïe, un proche conseiller du président sortant.

A l’exception de Saïd Jalili, l’ensemble des candidats a déclaré avoir l’intention d’adopter une attitude plus souple concernant les négociations internationales sur la poursuite du programme nucléaire iranien. Les électeurs auront surtout en tête l’inflation et le taux de chômage estimé à 15-20 %.

Lire aussi :
Shirin Ebadi : « Les élections n'ont jamais été libres en Iran »
Iran : la peine de mort et la lapidation abolies pour les mineurs
Iran : une élection qui mobilise