Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Centrafrique : le président et le Premier ministre poussés à la démission

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 10 Janvier 2014



Le président et le Premier ministre centrafricains, Michel Djotodia et Nicolas Tiengaye, ont annoncé vendredi 10 janvier leur démission, à l'issue d’un sommet extraordinaire réunissant les dirigeants d'Afrique centrale, à N'Djamena au Tchad.

Ces derniers jours, la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), avec le président tchadien Idriss Déby en tête, se faisait de plus en plus insistante pour que Michel Djotodia démissionne. Ce dernier s’était proclamé président par intérim en mars 2013 après le renversement de François Bozizé par la Séléka. Depuis, le nouveau Chef d’Etat n’a pas réussi à contrôler les ex-rebelles de la Séléka, qui en prenant pour cible les chrétiens ont déclenché une cruelle guerre civile intracommunautaire. Sa démission forcée a pour objectif de faciliter la sortie de crise.

La CEEAC avait convoqué en urgence les 135 membres du Conseil national de transition centrafricain (CNT) au sommet de vendredi afin qu'ils prennent part à l’accord visant à le pousser vers la sortie. Le vote du CNT était d’ailleurs indispensable à un changement de la Constitution provisoire de Centrafrique pour décider du départ de Michel Djotodia et de son premier ministre. « Personne ne peut parler d'un changement à la place des Centrafricains. La solution ne peut venir que des Centrafricains eux-mêmes », a commenté le secrétaire général de la CEEAC, Ahmat Allami.

Des discussions pour mettre en place une nouvelle direction auront lieu à Bangui à une date ultérieure, précise la CEEAC, dans un communiqué. La démission du chef de l'Etat, attendue par ses opposants, ouvre la voix à la négociation d'une solution politique en vue de mener le pays vers la paix.

Lire aussi :
La République centrafricaine au bord d’un génocide
Centrafrique : une église de Bangui protégée par les musulmans
Centrafrique : les atrocités perdurent, l'Europe bientôt en renfort
Centrafrique : les musulmans de Bangui terrorisés
Centrafrique : plus de 50 morts dans une mosquée