Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Birmanie : les Rohingyas empêchés d’avoir plus de deux enfants

Rédigé par La Rédaction | Mardi 28 Mai 2013



Pas plus de deux enfants pour les Rohingyas. C’est la politique de natalité que souhaite faire appliquer les autorités birmanes à cette minorité musulmane non reconnue dans le pays, victimes de trop nombreuses lois discriminatoires depuis des décennies.

Cette mesure n’est pas nouvelle. Les autorités l’avaient déjà mis en place en 1994 sous l'ancienne junte militaire mais le gouvernement a émis le souhait, la semaine dernière, de le faire à nouveau appliquer aux Rohingyas dans deux districts de la région d’Arakan où ils sont majoritaires.

Dans un pays où les mythes de l’islamisation et de l’invasion musulmane en provenance du Bangladesh voisin sont prégnants, les Birmans à majorité bouddhiste approuvent cette mesure.

Aung San Suu Kyi, qui est restée jusque là muette devant les violences dont les musulmans sont la cible depuis des mois, a condamné la mesure discriminatoire. « Une telle discrimination n'est pas bonne. Et ce n'est pas en ligne avec les droits de l'Homme non plus », a déclaré la chef de l'opposition aux journalistes à Rangoun.

Human Rights Watch, qui avait accusé récemment la Birmanie de nettoyage ethnique et de crimes contre l’humanité, a condamné cette mesure qui avait conduit par le passé à des arrestations et à l'absence d'existence légale pour les enfants au-delà de deux.

Lire aussi :
La Birmanie réhabilitée sur le dos de ses musulmans persécutés
Birmanie : reportage sur le massacre à huis-clos des Rohingyas
Birmanie : après les émeutes interreligieuses, sept musulmans condamnés
L’UE lève les sanctions contre la Birmanie, accusée de nettoyage ethnique
http://www.saphirnews.com/L-UE-leve-les-sanctions-contre-la-Birmanie-accusee-de-nettoyage-ethnique_a16667.html
La Birmanie, coupable de crimes contre l’humanité envers les musulmans (HRW)
Birmanie : l'ONU peine à reconnaître le racisme anti-musulman
Birmanie : une musulmane poursuivie pour blasphème
Tariq Ramadan : la fraternité, un impératif face au massacre de musulmans en Birmanie




Loading