Connectez-vous S'inscrire






Société

Mandela, Morsi, Valls, les Femen : vos personnalités top et flop de 2013

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Vendredi 3 Janvier 2014

2013 écoulé, l’heure des bilans a sonné. Quelles personnalités vous ont marqués cette année ? Pour le savoir, Saphirnews a lancé une enquête exclusive auprès de ses lecteurs, fin décembre. De Nelson Mandela à Manuels Valls, zoom sur les personnalités qui se sont distinguées auprès de vous – positivement comme négativement – au cours de cette année.



Fin décembre, Saphirnews décide d’interroger ses lecteurs sur les personnalités qui ont fait 2013. Après une année riche en événements, on a souhaité savoir quelles personnalités vous ont marqués. Quels sont les hommes et les femmes qui ont laissé leurs empreintes dans vos esprits ?

Parmi une liste de 30 personnalités issues du monde religieux, politique, associatif, culturel et sportif, l’internaute était invité à choisir cinq personnalités qu’il estimait avoir été « au top » en 2013 et cinq autres incarnant à ses yeux « le flop » de l’année écoulée. 350 personnes ont participé à ce sondage du 24 décembre 2013 au 1er janvier 2014, à l’issue duquel deux classements (Top et Flop) ont été érigés.

Nelson Mandela et Mohamed Morsi au top

Les Tops de l'année 2013
Les Tops de l'année 2013
Nelson Mandela, le héros de la lutte contre l’apartheid, décédé en décembre 2013 arrive en tête du classement des personnalités au top (10,8 %). L’ancien président sud-africain, érigé en icône de paix incontestable, aura marqué son temps. L’un de ses admirateurs, qui avait tancé ceux parmi les musulmans disant qu’il irait en enfer, se classe en deuxième position. Il s’agit de Tariq Ramadan. La popularité de l’islamologue, qui remplit les salles de conférences depuis une décennie, ne se dément pas. Pour 10,3 % des votants, Tariq Ramadan a marqué positivement 2013, même s’il est beaucoup moins invité sur les plateaux des chaînes françaises qu’auparavant.

Mohamed Morsi ferme la marche du trio de tête des personnalités 2013 au top (9 %). Le coup d’état militaire, le 3 juillet dernier, contre le premier président égyptien démocratiquement élu a marqué les esprits. Depuis, la répression s'est durcie contre la confrérie, déclarée « terroriste ».

L’ardent combattant du colonialisme Stéphane Hessel se hisse à la 4e place. L’auteur d’Indignez-vous, décédé en février 2013 à l’âge de 95 ans, aura réussi à marquer la jeune génération, y compris musulmane, pour son engagement pour la cause palestinienne.

Il est suivi, dans un autre combat, par un militant associatif issu de cette jeune génération, Marwan Muhammad, le porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Très exposé médiatiquement cette année, il a défendu sans relâche le travail mené par son association, qui fêtait en 2013 ses 10 ans d’existence.

Notons également la position de Dieudonné, qui se hisse à la 6e place (8 %). L’humoriste controversé, pourtant proche de l’extrême droite et condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine raciale, arrive étrangement à mobiliser autour de lui de jeunes partisans de confession musulmane, qui mettent en avant son combat présenté comme « antisioniste ». Et s'il apparaît également parmi les « Flops » en 12e position (3,5 %), il peut se targuer de continuer à faire parler de lui en 2014 avec l'affaire de la « quenelle ».

Dans la rubrique des personnalités controversées mais à une tout autre échelle, Karim Achoui, qui a lancé la Ligue de défense judiciaire musulmane (LDJM) en septembre 2013, se hisse à la 11e place. Son action dans la lutte contre l’islamophobie, face à une recrudescence des actes antimusulmans, a été globalement bien accueillie.

Les lecteurs n'ont pas manqué de signaler la venue à la tête du Vatican du pape François, qui signe une nouvelle ère des relations islamo-chrétiennes après la démission historique de Benoît XVI, ainsi que la mémoire du cheikh Muhammad Saïd al-Bouti, tué en mars 2013 (8e place). Les circonstances autour de la mort du savant, allié du régime de Bachar al-Assad, demeurent mystérieuses.

Manuel Valls et les Femen plébiscités dans les flops

Les Flops de l'année 2013
Les Flops de l'année 2013
Dans le registre des « Flops » de l’année 2013, Manuel Valls arrive en première position avec 16,2 %. Les sorties du locataire de la place Beauvau stigmatisant les Roms, qui auraient « vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie », et les musulmans, en déclarant notamment que le voile doit être « un combat essentiel » de la République, n’ont pas qu’irrité sa collègue écologiste Cécile Duflot.

Avec lui, d’autres ministres du gouvernement sont bien classés parmi les « Flops ». Ainsi, la ministre des Droits des femmes Najat Vallaut-Belkacem et la ministre de la Justice Christiane Taubira, se classent respectivement à la 7e et à la 9e place. Les deux femmes politiques, outre de faire partie d'un PS en mauvaise posture, doivent visiblement leur position à leur forte implication dans la loi pour le mariage pour tous, promulguée en mai 2013.

Mais les Femen les devancent avec un grand écart. Avec 12,9 % des voix, elles sont 2e de ce classement. Le groupe d’activistes féministes venu d’Ukraine s’est fait connaître en 2013 pour ses actions seins nus contre des lieux de culte, comme la Grande Mosquée de Paris, en avril dernier, ou l'église de la Madeleine en décembre 2013.

Derrière elles, on retrouve le général Al-Sissi (10,9 %), le chef de l'armée égyptienne qui a organisé la chute de Mohamed Morsi, s'accaparant au passage le pouvoir. A l’inverse de ce dernier, 3e du classement « Top », Al-Sissi apparaît – à juste titre – aux yeux d’un grand nombre de sondés, comme illégitime.

Al-Sissi et Bachar al-Assad détestés

Ces dernières années, les crises politiques et humanitaires au Moyen-Orient se succèdent, pour le pire. Si les dirigeants israéliens n'ont pas été proposés au classement 2013 (l'occupation et la colonisation sévissant toujours en Palestine depuis des décennies), on marquera la présence de Bachar al-Assad, qui prend la 5e place (9,4 %). Le président syrien n'a offert aucun répit à son peuple, qui entame tristement l’année 2014 sans voir une issue à la guerre civile.

Retour en France avec Caroline Fourest, 4e du classement (10,5 %). Celle qui aura tenté une percée dans le milieu audiovisuel avec sa série de documentaires sur les réseaux de l'extrême est suivie plus loin de Marine Le Pen (8,6 %). Elle aura réussi à s'attirer bien des couvertures médiatiques en 2013. A ce rythme, 2014 pourrait être marquée par une percée du FN aux élections européennes. Nabilla, reine du buzz qui a réussi à se faire connaître avec son « Allô, non, mais allô quoi ? », arrive à la 8e place.

Les 30 ans de la Marche contre l'égalité zappée

Au-delà des personnalités citées comme des figures marquantes de l’année 2013, certaines font l'objet d'avis partagés dans la communauté musulmane. C’est le cas de Tareq Oubrou, qui a irrité une partie de ses coreligionnaires pour ses positions à propos du voile. Le recteur de la mosquée de Bordeaux, promu chevalier de la Légion d’honneur, ne verse pas dans le consensus à tout prix et ses disciples apprécient.

L’année 2013 était marquée par les 30 ans de La Marche pour l’égalité et contre le racisme. Malgré la sortie du film La Marche, de Nabil Ben Yadir, qui a voulu mettre en lumière cette mobilisation oubliée, trop peu de sondés ont marqué cette date en votant pour Toumi Djaïdja, l’initiateur de la Marche.

Si les résultats du sondage à proprement parler restent bien entendu à relativiser, ils dégagent une tendance bel et bien perceptible au sein de la communauté musulmane. Sitôt l'année terminée, une autre prend le relais et de nouveaux visages, connus ou non, viendront marquer 2014. Pour le meilleur et le pire.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu