Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Laurence Ferrari taclée par Tariq Ramadan sur I-télé

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 4 Octobre 2013



Tariq Ramadan était l’invité de Laurence Ferrari dans l’émission Tirs Croisés sur I>télé, jeudi 3 octobre.

L'intellectuel suisse a été interrogé sur la montée des actes antimusulmans en France. Il a dû justifier son utilisation du terme « islamophobe ». « Même le ministre de l’Intérieur s’est trompé en citant Caroline Fourest » sur l’origine de ce mot, indiqua-t-il, en faisant remarquer que les « instances européennes l’utilisent ». Réfutant la définition émise par Laurence Ferrari selon laquelle l’islamophobie serait une simple critique de l’islam, il donna notamment pour exemple les situations de discrimination à l’embauche dont peuvent être victimes les femmes voilées.

A la question de savoir si Marine Le Pen contribue à la montée de l’atmosphère islamophobe, il indique que la présidente du FN est « plus subtile que son père, mais elle a la même substance de discours ». Elle « laisse entendre que l'islam est une religion étrangère à la France », déplora-t-il.

Au cours de l’émission, le professeur d’études islamiques s'est aussi vu interroger sur sa position vis-à-vis de Hassen Chalghoumi après l’agression dont il déclare avoir été victime en Tunisie. L’imam auto-proclamé de Drancy « n'a pas une pensée de tolérance » mais « une pensée de compromis ». Sa « pensée est discutable, il faut en contester le fondement », ajouta-t-il, en faisant remarquer le « double discours » d’un homme qui « n'a aucun soutien » de la part des citoyens musulmans français.

Dans un tout autre sujet à propos de « l’échec des Frères musulmans en Egypte », le petit-fils du fondateur des Frères musulmans a été présenté par la journaliste comme ayant été formé auprès de la confrérie. Ce que Tariq Ramadan n'a pas manqué de relever qu’il avait été critique depuis longtemps vis-à-vis de la politique menée par les Frères musulmans.

Toutefois, selon lui, rien ne saurait justifier la légitimation du coup d’état militaire du 3 juillet dernier. L’administration américaine en soutien du nouveau pouvoir ? Vrai mais « théorie du complot », se voit-il alors rétorquer sur un ton tendancieux par Laurence Ferrari. Une remarque loin d’être appréciée par Tariq Ramadan comme en témoigne la vidéo.






Loading












Recevez le meilleur de l'actu