Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Société

La loi antifoulard a deux ans

| Mercredi 15 Mars 2006 à 01:22

           

En ce 15 mars 2006, la loi antifoulard a déjà deux ans. « Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit ». Tel est l’article de cette loi que les députés français ont adoptée, après plusieurs mois d’une hystérie collective autour du « problème du voile ».



Pour les musulmans de France, le 15 mars 2004 reste une date d’exclusion. Ce fut un jour d'une coalition nationale pour stigmatiser une partie de citoyens. Deux ans plus tard, les conséquence de cette loi d'exception restent encore méconnues.

Pour noyer le poisson, la loi du 15 mars 2004 fut intitulée pudiquement : « loi encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics ».

Tout commence lors de la 20ème congrès annuel de l'Union des organisations islamiques en France (UOIF). C'était la fin du mois avril 2003. Le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, était du nombre des invités. Dans le discours qu’il prononce, le Ministre déclare que « la loi impose que sur une carte nationale d'identité, la photographie du titulaire soit tête nue que ce soit celle d'une femme ou d'un homme. Cette obligation est respectée par les religieuses catholiques, comme par toutes les femmes vivant en France. Rien ne justifierait que les femmes de confession musulmanes bénéficient d'une loi différente ».

Le débat est rouvert. Soudain, la France redécouvre sa laïcité. Durant les mois qui suivirent, intellectuels, journalistes, professeurs, responsables associatifs et religieux se déchireront sur le sujet du « voile à l’école » et de l’opportunité du vote d’une loi. Si les uns y sont favorables pour défendre la « laïcité », les autres la jugent scélérate car expression d'une islamophobie.

En juin 2003, Jean-Louis Debré, président de l’Assemblée Nationale, met sur pied une mission parlementaire chargée de se pencher sur la question des signes religieux à l’école.. Un mois plus tard, exactement le 3 juillet 2003, le Président Jacques Chirac confie au Médiateur de la République, Bernard Stasi, le soin de conduire une commission composée de vingt membres et qui est chargée de réfléchir sur « l'application du principe de laïcité ».

Le 11 décembre 2003, soit trois mois après sa mise en place, la Commission Stasi remet à Jacques Chirac son rapport. Souhaitant « affirmer une laïcité ferme qui rassemble », les membres de la commission considèrent que « le principe de laïcité, fruit de l’histoire et d’un apprentissage centenaire, a permis à la France […] de parvenir à un équilibre qu’il serait inutile, voire dangereux de vouloir briser ». En conclusion, la Commission se prononce, « sous réserve d’une abstention, sur la proposition relative à l’interdiction du port de tenues et signes religieux et politiques dans les établissements d’enseignement ».

Une semaine après la remise du rapport Stasi, le 17 décembre 2003, Jacques Chirac annonce qu’il « estime que le port de tenues ou de signes qui manifestent ostensiblement l’appartenance religieuse doit être proscrit dans les écoles, les collèges et les lycées publics ». La machine parlementaire se met en place et un projet de loi atterrit sur le bureau de l’Assemblée Nationale dès le 7 janvier 2004 ; projet qui sera examiné à partir du 3 février et débattu durant trois jours avant d’être finalement voté et approuvé. 494 députés se prononceront pour, 36 contre, tandis que 31 s’abstiendront. Le 15 mars 2004, le Sénat entérine l’adoption du texte, sans modification.




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par bustani de bari le 15/03/2006 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qui s'en plaint ?
Hermès qui a vu la vente de ses carrés plonger comme les bandanas de Jenyfer
à qui profite le crime ?
les coiffeuses

2.Posté par bonjour tristesse!!! le 15/03/2006 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le racisme et l'islamophobie des uns ont poussé, poussent et continuent de pousser vers une haine en train de devenir viscérale d'autres, haine que certains appellent "racisme anti-blanc", feignant de ne pas voir et de ne pas entendre la détresse de ceux que moi je considère être de véritables victimes.
bien sur, y'en a marre de la victimisation, et être une victime, ca ne veut pas dire se complaire dans la merde dans laquelle on est plongé jusqu'au cou, mais ca n'empêche que quand on est une victime ( de quoi que ce soit et de qui que ce soit), on est marqué au fer rouge dans son corps et dans son âme jusqu'à la fin de ses jours et peut-être même que cela s'inscrit au fil des générations dans les gènes(????) et que la haine qui grandit et qui envahit tout en soi, si rien n'est fait pour l'éradiquer, s'installe jusqu'au jour où... tout finira par exploser!!!! et c'est tout le monde qui en fera les frais!!!

3.Posté par Aouabi le 17/03/2006 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La loi antifoulard a été jetée par l'acte des filles et à vie inchâllah et souhaitons qu'elle soit jetée par celui des députés .Cet acte les lycéennes l'ont digéré et l'ont accepté sans rien dire . Et personne ne peut confronter les croyances des gens ou leur liberté de conscience sauf s'il est des leurs . Qu'il appartiendrait à la polémique moyenâgeuse à la sclérosée le député . Souhaitons-nous qu'ils abandonneront à la sagesse et qu'ils ne soient plus jamais au souhait du "bonjour tristesse!!!" : " et que la haine qui grandit et qui envahit tout en soi , si rien n'est fait pour l'éradiquer , s'installe jusqu'au jour ou ... tout finira par exploser !!!! et c'est tout le monde qui en fera les frais !!! " . voila .

4.Posté par Aouabi le 17/03/2006 07:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Posté par Aouabi le 17/03/2006 07:04

Bonjour,

Qui dit retour des bûchers de l'inquisition ignore notre sagesse, notre phrophéte (saws ) bien plus ignore nos prophétes ( Ibrahim,moussa,aissa et la liste s'ouvre , paix en leurs âmes ).

Le mowglii , et nombreux sont ceux qui croient à sa ... rien , tombe par sa " liberté sens dessus sens dessous" ds ce qu'on disait : " le faux veut être vrai " ou " vrai décrivant de lui le faux " ( haqun urida bihi batel , haqun wussifa bil-batel ) . L' église de l'inquisition , de la poursuite des sciences humaines n'a rien à voir avec l'Islam du juste milieu ( François Burgat et d'autres, d'aprés leurs sondages aux universites arabes , aux syndicats (des avocats,.. ), aux associations ,etc, avaient lancé que la majorité des militants ( 95% ) sont des Islamistes modérés . La laicité devra le savoir .
Il ne faut pas être à l'envers dans ses idées . Etre libre n'a rien à voir avec la libertés des bêtes de darwin , la liberté absolue qui se transformerait ' à des bêtes '. Que feront les bêtes pour un simple plaisir ? Les uns mangeront les autres !!
La sagesse sera la visée du croyant là où il la trouverait l'a saisi . Ns critiquerons Darwin selon nos maximes et le filtre à débaras soit le juge ! Toute chose a ses extrémités !!

"Le Prophète Mohammad (saws) selon Lamartine
Alphonse de Lamartine, écrit:

«Jamais homme ne se proposa volontairement ou involontairement un but plus sublime, puisque ce but était surhumain: saper les superstitions interpo...  

5.Posté par laïcité à géométrie variable le 17/03/2006 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le port du foulard sur les cartes d'identité autorisé par Bernadette Chirac

Dans son édition du 7 mai 2003, Le Canard Enchaîné relate une exception à l'interdiction du port du foulard sur les cartes d'identité, une exception permise par l'épouse du Président de la République au profit d'une religieuse catholique.

L'article du Canard Enchaîné : BERNADETTE DEFEND LE VOILE CONTRE SARKO

QUI est cette religieuse au bord de l'épectase alors que Bernie oui-oui lui dédicace son pieux ouvrage «Conversations» ?

C'est sœur Adalberta, mère supérieure de la Congrégation des sœurs carmélites de l'Enfant Jésus de Bornes-les-Mimosas (paroisse de Brégançon). Ces religieuses polonaises ne plaisantent ni avec le dogme ni avec la tradition : outre leur robe, elles ne sortent jamais sans un double voile des plus stricts, auquel même un ayatollah ne trouverait rien à redire. Pas un cheveu ne dépasse, et les oreilles, comme la gorge, sont soustraites aux regards impurs. Y compris à ceux des services de police, qui exigent sur les cartes de résident : «deux photographies de face, tête nue, de format 3,5 x 4,5 cm récentes et parfaitement ressemblantes».

Or sœur Adalberta ne veut rien entendre. Elle a exigé en octobre dernier de figurer voilée sur ses photos d'identité. Les services de la préfecture persistant dans leurs exigences impies, la nonne a fait appel à l'entremise de sainte Bernadette de l'Elysée. Le 1er novembre dernier, au sortir de la messe de la Toussaint à l'église de Bornes-les-Mimosa...