Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La langue arabe à l’école ? Nouveau coup raciste contre Najat Vallaud-Belkacem

Rédigé par La Rédaction | Lundi 8 Septembre 2014



Les racistes de tout poil ont trouvé une nouvelle cible pour se défouler en la personne de Najat Vallaud-Belkacem. Depuis sa nomination à la tête du ministère de l’Education nationale, la jeune ministre franco-marocaine subit des attaques sur ses origines.

Cette fois, ses détracteurs sont allés loin dans la manipulation en faisant circuler sur les réseaux sociaux un faux courrier dans lequel elle demanderait la mise en place d'une heure hebdomadaire de cours d'arabe. « Dans le cadre de la nouvelle loi concernant l'aménagement des activités périscolaires », elle aurait proposer que soit mis en place un enseignement de la langue arabe. « Je vous conseille vivement de donner un avis favorable à l'établissement de cette activité, qui a pour but de gommer les barrières linguistiques que pourraient inévitablement rencontrer nos enfants dans un proche avenir », poursuit la lettre prétendument envoyée aux maires. « La France est et doit rester un pays multiculturel dans l'intérêt et pour le bien-être de tous ses concitoyens », est-il conclu.
La langue arabe à l’école ? Nouveau coup raciste contre Najat Vallaud-Belkacem

La véritable signature scannée de Najat Vallaud-Belkacem apparaît en bas du courrier. Les usurpateurs ont mis du cœur à l’ouvrage mais la formule de politesse et la mention « l’Enseignement supérieur et la Recherche » manquent (seule l’inscription ministère de l’Education nationale est visible dans l’en-tête). Ce document publié sur Twitter dès samedi 6 septembre a été très rapidement relayé par les réseaux d’extrême droite qui voient là une bonne occasion de s’attaquer aux origines de la ministre.

Plusieurs membres de l'UMP s’en sont également emparés à l’image d’Isabelle Balkany, la première adjointe au maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) qui a finalement supprimé son tweet, affirmant s'être faite « avoir par un fake ».

Des internautes racistes s’en étaient déjà donné à cœur joie lorsqu’une fausse carte d’identité prétendait que Najat Vallaut-Belkacem s’appelait en fait Claudine Dupont. Bouc émissaire de cette rentrée, la ministre a également fait les frais du très droitiste hebdomadaire « Valeurs actuelles » et du magazine d’extrême droite « Minute ».

Lire aussi :
Racisme : Najat Vallaud-Belkacem, nouvelle cible de la droite décomplexée
Najat Vallaud-Belkacem face à une campagne de stigmatisation choquante
Taubira : le racisme sans gêne de Minute indigne