Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Archives

« L’éducation nationale a refusé de dialoguer avec nous »

Rédigé par Fouad Bahri | Mercredi 15 Mars 2006 à 16:41

           

Porte-parole du Comité du 15 mars et libertés, Nora Rami fait le point avec Saphirnews.com sur le sort des jeunes filles voilées exclues de leurs école après la loi sur les signes ostensibles votée en 2004.



Le comité du 15 mars apporte un soutien juridique et psychologique aux jeunes filles exclues pour leur voile.
Le comité du 15 mars apporte un soutien juridique et psychologique aux jeunes filles exclues pour leur voile.

Saphirnews.com : Quel est l'objet du comité du 15 mars ?
Nora Rami : Le comité regroupe trois associations, l'UOIF, la Ligue française de la femme musulmane et le fonds de défense des musulmans en justice, fondé par Abdallah Milcent, plus des bénévoles. Il a été crée pour gérer la rentrée 2004 et l'application de la loi du 15 mars. Nous offrons des conseils juridiques aux étudiantes sur la loi, sur la circulaire qui n'est pas claire, et nous essayons d'éclairer les élèves sur leur marge de manœuvre. Nous leur proposons aussi un soutien moral et psychologique. Nous fonctionnons par cellules (cellule juridique, psychologique) et par relais locaux. A Lyon par exemple, un groupe de psychologues et d'étudiants ont reçu des jeunes filles pour les aider.
Combien de jeunes filles voilées sont descolarisées ?
N.R : Nous avons évalué le nombre de jeunes filles à 250. La grande majorité (70 %) suit des cours avec le CNED (Centre national d'enseignement à distance). 10 % d'entre elles sont totalement descolarisées et 20 % sont partis étudier à l'étranger, dans des écoles confessionnelles ou publiques, en Belgique, en Turquie ou en Angleterre.
Ces jeunes étudiantes qui suivent un enseignement à distance sont elles encadrées par des structures de soutien scolaire ?
N.R : Nous même ne proposons pas de soutien scolaire mais nous orientons les filles vers des structures de soutien scolaire. Au moins 50 % de ces étudiantes sont encadrées. Trois des étudiantes voilées exclues par la loi du 15 mars et que nous avions suivies, ont obtenu leur baccalauréat, l'an dernier.
Que pouvez-vous nous dire sur le suivi judiciaire des affaires que vous gérez ? Combien y a-t-il de procès en cours et des jugements ont-ils déjà été rendu ?
N.R : Nous suivons actuellement 7 affaires de jeunes filles exclues qui ont contesté devant les tribunaux leur exclusion.
Les tribunaux adminsitratifs (juridictions de 1ère instance) se sont tous prononcés et ont tous confirmé les décisions d'exclusion prises par les chefs d'établissement. Certaines dispositions de règlements intérieurs interdisant de façon générale et absolue tout couvre chef ont cependant été déclarées illégales par le juge.
Toutes les requérantes ont fait appel de cette décision devant les Cour administratives d'appel.
Depuis le vote de la loi du 15 mars, avez-vous été en contact avec l'éducation nationale ?
N.R : L'éducation nationale (ministère, rectorats) a refusé de dialoguer avec nous, malgré nos demandes répétées.
Toutefois, nous avons saisi les députés et leur avons communiqué notre rapport sur l'application de la loi du 15 mars. Nous avons également informé des conséquences néfastes de la loi la commission des affaires culturelles, familiales et sociales chargée de procéder à l'évaluation de la loi du 15 mars.
Propos recueillis par Fouad Bahri


Classification

Nombre

Moins de 16 ans descolarisés illégalement (estimation)

30

Abandon d’études des plus de 16 ans (estimation)

100

Etudes à l’étranger

67

Enseignement privé

 

3

« Succès du dialogue » (chiffres du ministère)

533

Elèves ayant accepté le CNED sans exclusion

 

26

Elèves exclus par le conseil de discipline

 

47

Total minimal des victimes de la loi du 15 mars 2004

806

Acceptées avec signes discrets

12


 

Source : Comité du 15 mars et libertés






Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par bustani de bari le 16/03/2006 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
806 victimes ? que fait la police ?
l'une nora rami assure un soutien psychologique et juridique l'autre Maymouna fauser dispense un accompagnement scolaire et psychologique
si l'une donne la main à l'autre la synergie sera plus grande que le downsizing car
l'effet paradoxalement vertueux du 15/3 est de les booster à monter enfin un grand dispensaire éducatif afin de recueillir toutes les victimes, anciennes ou futures pour qu'elles redeviennent d'anonymes écolières

2.Posté par Mustapha le 16/03/2006 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam Fouad,
Merci beaucoup pour ces éclaircissements concernant la non suite donnée à la tragédie du hijab en France.
Les statistiques sont certainement fausses car c'est une question d'honneur pour beaucoup de musulmans de dire que leur épouse, sœur… ne va plus à l'école à cause de cela, ou qu'elle y va malgré elle sa ns le voile... Je peux te dire que j’ai de la famille en France, et que cette histoire les touches profondément dans leur avenir ou sinon dans leur moralité, ils n’ont désormais aucun respect pour les dites lois de la république, et comme tu le sais sans respect des lois tout est possible. Mais ce n'est point l'objectif de mon commentaire car je ne possède guerre de statistiques pour confirmer ou infirmer ces dires. Je souhaite plutôt dire que la loi dite du 15 mars est de fait un autre signe clair et net que la ‘république’ refuse tout simplement l’Islam et croit -en totale méconnaissance de cause- que le voile ne fait pas parti de l’Islam et qu’il faut « adapter » l’Islam. C’est ce que j’entends assez souvent. L’Islam n’est pas le Christianisme qui marche à coup de conciles et ses règles sont claires et nettes, soit on appartient à cette religion par l’application de ses principes, soit on la refuse. Aucun homme ne peut la changer à sa guise, car c’est le signe même de l’imparfait : toujours incomplet et sans cesse dépassé. Les lois de la république semblent dans ce cas précis ignorer le principes des priorités et de l’intérêt générale une fois encore revue...  

3.Posté par FARID le 16/03/2006 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam,

La voila la verite sur la oumma !

Une bande de traitres élevés aux super productions hollywoodiennes !

Trahi par le CFCM, les pays " musulmans" , les pays " arabes " , trahi par les " intellos de pacotilles " !

Combien ont soutenue la " manif du 7 fevrier 2005 " qui devait etre une grande marche sur l'assemblee nationale ?

On a ete taxé d'islamistes, de " membres du hamas" , on a reçu des menaces sur nos portables, fichés par les RG et tout ça pourquoi ? pour rien !!!

DEMANDEEZ DONC A TARIQ RAMADAN DE VOUS SOUTENIR ! DEMANDEZ DONC A OUMMA.COM DE VOUS SOUTENIR! EUX qui nous ont desçendus en flèche !


LA TRAITRISE DES ARABO-MUSULMANS est un élément important a prendre en compte avant d'agir .


Les musulmanes , tout le monde associatif " arabo-musulman " s'en contre-fout royalement ! elles ne sont là que pour le mariage ( dans la tete de 99 % des arabes ).

MOI j'y etait a la manif du 7 fevrier , je sais qui y etait ( ufcn , quelques oummaiens ; milcent) et je sais qui a boycotter la manif ( uoif , cfcm, mosquee de paris, tariq ramadan , oumma.com .....), depuis ce jour je sais !

4.Posté par Steven le 16/03/2006 23:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir à tous, Salam alykoum...

J'aimerais répondre à "FARID" en premier en disant que non, les associations que tu citent n'ont pas boycotté la manifestation; j'étais moi-même à St-Denis avec une conférence de presse organisée par EMF-PSM-CMF et ce qui a été dit clairement c'est qu'ils n'étaient pas contre la manif. mais que ce qu'il faisaient était complémentaire; dans la communauté on a du mal à considérer que ne pas faire la même chose pour réaliser un même but est obligatoirement une "traîtrise" ou un "manque d'unité", etc.
Je suis cependant ok sur le fait que trop d'associations tirent chacune de son côté en faisant passer quelquefois l'intérêt de la communauté après; je suis d'accord sur cela mais il ne faut pas faire comme les personnes qui qualifient LES musulmans de ceci et cela. Tu as trop simplifié les choses et trop stigmatiser des frères et des soeurs qui dépensent de leur temps bénévolement pour aider ces "soeurs sans école"; je te rappelle que l'article que tu as lu présente les conclusions d'un comité qui est géré par " l'UOIF, la Ligue française de la femme musulmane et le fonds de défense des musulmans en justice, fondé par Abdallah Milcent, plus des bénévoles"!
Tu citais A. Milcent présent à la manifestation mais je ne pense pas que lui aies un avis aussi tranché que le tien...

Concernant l'article, c'est consternant! C'est bel et bien un échec de notre pays qui est malheureusement obnubilé par des logiques de groupes de pression; votez en nombre et vous ...  

5.Posté par liberté j'ecris ton nom le 16/03/2006 23:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en iran on doit etre voilée à l'ecole et meme partout .
en france il est interdit d'etre voilée, uniqumenet à l'ecole .

etonnant que ces obligations ne choquent les musulmans que concernant la france et jamais concernant l'iran , où la liberté est reduite

il y a des iraniennnes qui revent de venir en france ;
il n'y a pas de françaises qui revent d'aller en iran

lequel est un pays de libertés à votre avis ?


6.Posté par Steven le 28/03/2006 00:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je te dirai que si l'on parle du cas bien précis du foulard (car définir "un pays de libertés" pourrait être un sujet de thèse déjà juste pour définir les termes), je retiendrai personnellement les paroles sages de Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix 2003, cette iranienne déclara qu'un pays ne devrait ni interdire aux femmes de porter le foulard quand elles le veulent, ni l'imposer à ces mêmes femmes quand elles le refusent car ce sont, ces deux attitudes, des "impositions" arbitraires contraires aux libertés d'un être.