Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Culture & Médias

Abd Al Malik : « Ma force personnelle me vient de l'islam »

Rédigé par Nadia Sweeny | Mardi 25 Juillet 2006 à 14:45

           

A l'occasion de la sortie de Gibraltar, son nouvel album, nous avons rencontré Abd Al Malik. Homme de foi et d'art, il a accepté de se livrer à bâton rompu. Sa musique, ses textes, ses rencontres et ses influences... au cœur de Paris, un moment de poésie et de sérénité avec un jeune homme qui en impose par la sagesse et la profondeur de ses propos.



Abd Al Malik
Abd Al Malik

Saphirnews : Pourquoi as-tu appelé ton album Gibraltar ?

Abd Al Malik : J’ai appelé mon album « Gibraltar » pour des raisons musicales, mais aussi pour des raisons de fonds. Sur le fond, je pense vraiment que l’essentiel c’est la capacité à faire du lien et du dialogue, c'est-à-dire la capacité à faire parler ensemble le Nord et le Sud, les générations différentes, etc. D’un point de vue métaphorique, je trouvais que le détroit de Gibraltar, sa position, son histoire, par rapport à l’Andalousie, signifiait bien ce que j’avais envie de montrer. A ceci vient se rajouter l’actualité de cette région, avec les gens du Sud qui veulent venir vers le Nord et toutes les difficultés que l’on peut rencontrer ici. Je trouvais intéressant de développer ces éléments.

Dans la première chanson de l'album, tu développes ce sujet. C'est étonnant que le jeune Noir sur le détroit aille vers le Sud. Pourquoi ?

Abd Al Malik : En fait, ce Noir, c’est moi. Mais, j’ai essayé de faire en sorte que d’autres puissent s'y projeter et en faire une toute autre interprétation. C’est l’idée que le Nord a évidemment fait de moi ce que je suis. Mais ce qui m’a rendu vivant, c’est le Sud. Ce rapport particulier que j’ai avec le Maroc, avec l’Afrique, c’est ce qui fait de moi l’individu que je suis.

J’ai eu envie de dire : tout le monde va dans un sens et bien moi je vais dans l’autre. C’est comme dans ce film de Tony Gatlif, Exil. L’acteur principal, Romain Duris, va vers l’Algérie pour retrouver ses racines alors que tout le monde va vers la France. J’ai le sentiment que nous autres, d’origine africaine, avons tendance à nier une partie de notre être. Pour moi, mes fruits sont évidemment français. J’aime la France, c’est mon pays. Le drapeau bleu, blanc, rouge, c’est le mien. Mais comme un arbre qui a des fruits, des branches, un tronc mais aussi des racines, sans lesquelles il est voué à disparaître, mes racines c’est l’Afrique. Mes racines se trouvent dans le pays d’origine de mes parents, Le Congo, mais aussi au Maroc, mon pays de cœur, que j’aime énormément. Je suis tout cela et j’ai voulu faire un morceau dans lequel, à ma manière, j’illustre cette complexité.

Dans une autre chanson, tu dis que « la Suisse, sur un plateau télé, a, face à un homme d’Etat, mélangé la politique avec la foi ».

Abd Al Malik : Je tiens à préciser que je suis avec toutes les femmes et tous les hommes qui sont dans une démarche de paix et d’ouverture, de dialogue, d’écoute et de compréhension en général. Mais particulièrement avec mes frères et mes sœurs d’islam. C’est affectif, évidemment, je suis musulman. L’une des choses vraiment importantes, est de fédérer et ne pas créer de problèmes entre nous. On peut avoir des avis qui ne collent pas mais on doit tout de même essayer d’avancer ensemble. C’est bien dans cette démarche que j’ai dit « La Suisse » et que je n’ai pas cité de nom. Je n’ai rien contre cette personne, mais aujourd’hui, dans ses propos, c’est comme si être musulman devenait un acte politique. Ceci est un danger.

Pour moi, l’islam est une spiritualité. C’est quelque chose qui nous nourrit à l’intérieur et qui nous pacifie, nous-même et notre rapport aux autres, à la fois aux musulmans mais aussi aux non musulmans. C’est toute cette notion de jihad an-nafs (la lutte contre soi-même). De mon point de vue, il est très important de ne pas être dans l'amalgame ou une personne qui voudrait entrer en islam ou qui s’y intéresse, pense qu’être musulman c’est avoir tel avis politique ou telle démarche. J’ai voulu dire que j’étais contre le mélange de la spiritualité et de la politique ou du militantisme, tout en disant bien que ce n’est pas contre un individu. Et si j’avais dit un nom, les gens se seraient dits que je tape sur cet individu, alors que je n’ai rien contre lui. C’est simplement sur le fond que je ne suis pas d’accord avec lui. Pour éviter cette confusion, je ne l’ai pas nommé, mais par contre j’ai exprimé mon avis car jamais je ne le cacherai. Mais je suis convaincu que la diversité est une bonne chose; elle enrichit les propos.

Pour toi, le « mal » qui ronge aujourd’hui le rapport entre le musulmans et les autres, c’est cet amalgame entre spiritualité et politique ?

Abd Al Malik : Oui, totalement. Mais je pense que cet amalgame est présent chez nous musulmans, mais il est aussi beaucoup présent chez les non musulmans. Nous sommes tous dans cet amalgame. Lorsque certains non musulmans parlent d'islam, ils prennent l’exemple de Ben Laden et les autres. Et nous musulmans nous participons à cela. Comme si le fait de ne pas être d’accord avec cette démarche faisait de nous des renégats, alors que cela n’a rien à voir.

Tu cites Deleuze, Dérida et Debray. Peux-tu expliquer ces références ?

Abd Al Malik : Je suis vraiment admirateur de ceux qu’on appelle les philosophes de la déconstruction. Les gens comme Deleuze, Dérida, mais aussi Foucault qui, pour essayer d’expliquer quelque chose, le déconstruisent. A l’image de ces gamins qui, pour comprendre le fonctionnement d’une machine, la démontent. Je n’aime pas les préjugés, où l’on s’arrête à cause de l’apparence. Je suis pour l’analyse, allez plus loin, essayer de comprendre. Nous sommes dans une société de l’immédiateté, du phénomène, des médias. On entend souvent : « C’est vrai, je l’ai vu à la télé ».. Et c’est pour cela que j’aime beaucoup ces philosophes qui utilisent l’analyse et la déconstruction dans leur démarche. Ils se demandent « Qu’est ce qui est caché derrière », « Qu’est ce que ça signifie ». C’est pourquoi je les ai cités.

Dans tes textes, souvent, on retrouve des clins d’oeil à Jacques Brel.

Abd Al Malik : C’est mon épouse qui m‘a fait découvrir Jacques Brel. Elle le connaissait depuis longtemps et elle a insisté pour que j’écoute attentivement. Ça fait presque une dizaine d’années maintenant que je me suis penché sur ce chanteur et j’ai découvert une force d’interprétation, d’écriture et une musique incroyable. Il faut savoir qu’on était dans les années 60 et que chaque musique ressemblait à une mini symphonie. C’est une écriture très visuelle. A côté de cela, j’aime beaucoup des artistes comme Jay Z ou Nas. J’aime la littérature et je me suis demandé si j’arriverais à mettre tout cela dans un disque. Il a fallu le temps de la maturation mais cet album est une sorte d’hommage à Brel.

Avec qui as-tu travaillé pour cet album ?

Abd Al Malik : Un jour, je regardais un reportage par hasard et je suis tombé sur Gérard Jouannest, le co-compositeur des grands titres de Jacques Brel. Je me suis dit que ce serait génial de travailler avec lui. J’ai fait appel à mes relations. J’ai passé des coups de fil à gauche et à droite et j’ai réussi à avoir un rendez-vous avec lui. Il a écouté mes chansons. Nous avons discuté et il a accepté de bosser avec moi. C’était incroyable pour moi... C'était quand même le pianiste de Brel, celui qui a composé « Ne me quitte pas ». Quand on a bossé ensemble, il y a quelque chose de spécial qui est passé immédiatement. Je suis allé chez lui, j’ai rencontré sa femme, Juliette Greco. Et lorsqu’il a commencé à jouer, ça m’a inspiré, alors j’ai pris une feuille, j’ai écris. Je termine mon texte, il me regarde et me dit « c’est fou, la dernière fois que j’ai bossé comme ça c’était avec Brel ». Pour moi, c’est merveilleux.

J’ai aussi travaillé avec Marcel Azzola, l’accordéoniste de Jaques Brel, le fameux « chauffe marcel ». J’ai vraiment eu de la chance. J’ai aussi travaillé avec plein de personnes de styles musicaux différents, mais je suis vraiment admiratif de cette époque de Brel. La manière avec laquelle ils abordaient la musique, comment ils travaillaient, la force du texte l’engagement dans la musique : quand tu vois Brel sur scène, tu te dis qu’après ça il va mourir... C’est incroyable !

Dans ton style musical, on retrouve l’influence du slam, non ?

Abd Al Malik : Si, c’est vrai. A la base, je suis un rappeur. Mais un jour, il y a deux ans, j’ai été invité à Bruxelles par une association qui fait des sessions Slam. Pendant trois heures, j’ai écouté du Slam. C'était la première fois. J’y ai vu une vie qui était la même qu'à mes débuts dans le rap. Il y avait une énergie que je ne retrouve plus dans le rap aujourd’hui. Il y avait un truc, la force du mot, du verbe et je me suis dit : « Mais, c’est pas possible, il faut mettre ça dans un disque ! On ne peut pas laisser ça comme ça ! » Et c’est là que je me suis dit que j’utiliserai cet élément aussi.

D’autre part, j’aime beaucoup le Def Comedy Jam. C’est une émission américaine présentée par Mos Def où plein d’artistes, des rappeurs et d’autres, viennent et Slam. C’est quelque chose qui m’avait touché aussi et je me suis dit que se serait bien de le mettre à ma sauce, avec ce que j’aime, mes influences musicales et ma passion pour la littérature. J’avais envie de créer un effet. Je voulais que lorsqu'une personne écoute mon disque, elle ait l’impression que je suis à côté d’elle, en train de dialoguer. Je voulais créer une sorte d’intimité illusoire. J’avais aussi envie qu’on écoute mes morceaux comme des petites histoires, des nouvelles. Et je trouvais que cette forme là s’y prêtait bien. Donc je suis allé jusqu’au bout. C’est vrai que le slam est un élément que j’ai utilisé, mais je fais du rap et ce disque est pour moi un disque de rap.

Et New African Poets (NAP), c’est fini ?

Abd Al Malik : Non, pas du tout ! On est actuellement en studio. On travaille sur le grand retour de NAP. Mais, même sur les projets solo que j’ai fait, toute l’équipe est là. Sur Gibraltar par exemple, c’est Bilal qui a composé toutes les musiques, Mohammed s’occupait des histoires, Aïssa aussi. On est toujours là, tout le monde. De 1996 à 2000, on a sorti un album quasiment chaque année. Avec les concerts et tout ça. On avait envie un peu de se reposer. Et là, on s'est remis à bosser. On a déjà trois, quatre titres de prêts. On est vraiment content. Courrant 2007, se sera le grand retour de NAP. InchaAllah.

Tes textes racontent tes périodes un peu sombres, un peu radicales. Que s’est-il passé ?

Abd Al Malik : En fait, j’ai le sentiment d’être devenu musulman à partir du moment où je suis rentré dans la tariqa, où j’ai rencontré mon cheikh et que j’ai eu une vraie démarche spirituelle. L’islam c’est par excellence l’ouverture, plus encore que l’acceptation de l’autre dans la différence. Mais moi avant, je n’étais pas du tout dans cette démarche. Pour moi, c’était « je suis dans le vrai et les autres vont cramer ». Je pensais ainsi. J’étais trop dur. Alors que l’être le plus doux, c’est le Prophète de l’islam. C’est la douceur incarnée. Sidi Hamza m’apprend al ada : l’amour de Dieu et l’amour du Prophète. Il m’apprend l’essentiel. Bien sûr, un tel va connaître tant de Hadith ou de versets. Mais n’importe qui peut le faire: il suffit de les apprendre. C’est mécanique. Mais quelqu’un qui t’apprend la lumière qu’il y a derrière, c’est une chose que tu ne trouves pas dans les livres, mais dans la vie. Quelqu’un qui va être dans la compréhension et l’écoute, un frère ou une sœur qui est là pour te soutenir et non pour te condamner. L’islam c’est la religion du non jugement. Le seul qui nous juge c’est Dieu. Bien sûr, on peut avoir des divergences d’opinion, mais on doit être sévère vis-à-vis de nous-même, pas vis-à-vis des autres. Franchement, je reviens de loin quand même. Je reviens d’une époque dure et douloureuse pour moi et surtout pour les autres. Normalement, un musulman est une miséricorde pour les autres, mais je n’étais pas un cadeau.

Tu en parles beaucoup dans tes chansons.

Abd Al Malik : Oui, c’est important d’en parler parce que j’ai une certaine responsabilité. Le musulman est responsable de ses gestes et de ses mots. Parce qu’on peut influencer un petit frère, une petite sœur, et c’est une responsabilité qui est vraie dans l’islam mais c’est aussi une responsabilité citoyenne et universelle. C’est important. J’en parle parce que quand j’étais gamin, mes modèles au début étaient des braqueurs, des voleurs de voitures. Je me disais : « Je veux être comme eux ». Aujourd’hui je me dis que certains gamins qui ont des posters de nous dans leur chambre, par exemple, on doit être au moins pour eux un modèle positif. Même si je ne sais pas ce qu’on va réellement leur apporter, au moins essayer de les influencer dans le bien. C’est ma démarche de vie.

Qu’est ce que tu penses de la situation des musulmans aujourd'hui ?

Abd Al Malik : On est certes musulman, mais on fait partie d’une communauté bien plus grande : la communauté humaine. Aujourd’hui, nous sommes victimes des mêmes maladies qui rongent les autres. On a une difficulté d’être, par rapport à la modernité, notamment dans le contexte de la mondialisation. Les choses sont complexes. Moi, par exemple, je suis Noir, je suis musulman et je suis Français. Le challenge, c’est de réussir à marier ces identités ensemble. Ce qui est merveilleux, c’est que l’islam me permet de marier cette diversité. C’est l’islam qui me permet de relever le défi du vivre ensemble. C’est le défi que doivent relever les musulmans, mais les autres aussi. Tout le monde est concerné. Il n’y a que des femmes et des hommes de bonne volonté qui nous permettront de nous en sortir. Qu’ils soient musulmans, juifs, chrétiens, croyants ou non, qu’importe. J’ai le sentiment que ma force personnelle me vient de l’islam, mais ce n’est pas parce que je la puise là que tous doivent la puiser au même endroit. Il y a une parole de notre prophète disant que la meilleure chose qu’on puisse faire pour améliorer le monde, c’est de s’améliorer soi-même.




Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

76.Posté par Brotherhood le 15/02/2009 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
RESPECT à Abd Al Malik

75.Posté par Franck le 13/12/2008 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ABD AL MALIK

Merci à vous Abd Al Malik, vous êtes un exemple pour les jeunes Français de différentes origine, pour la mixité qui fait la France car sans cette mixité la France ne serait plus appelé France...
Ma famille est le reflet de notre pays, beaux frères Africain, Algérien.... Musulman et Chrétiens nous vivons dans une très belle entente grâce à Dieu!
Mille merci!!! vos textes me font frissonner ils sont la pensée de tous mais dans une crainte de l'inconnue et une individualité qui nous éloigne les un des autre...
Que Dieu vous bénisse et vous guide sur votre chemin, vous êtes une lumière pour beaucoup!


74.Posté par fitoussi le 13/11/2008 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'aime beaucoup, beaucoup.
je ne connaissais pas, je connais a present.
si tous les francais pouvaient etre francais comme lui est francais, la marseillaise ne serait plus sifflee....
par contre, sur l'Islam, de dire que tous semblent vouloir jauger et juger l'islam en le comparant a Ben Laden....
je veux bien ne pas juger ni jauger l'Islam par rapport a Ben Laden..., mais alors, que l'islam se debarrasse de ben laden et de ces fous qui justement veulent representer l'islam et qui y arrivent puisque personne ne les "contrarie"..pas meme Abd AL Malek....pourquoi ? la peur , bien sur...ABD AL Malek, lui meme ne les traitent pas, ouvertement de fous et d'illumines.

73.Posté par Francis le 06/11/2008 23:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"c'est du lourd", ça passe à la radio, je découvre. ça me renvoie à ma jeunesse de banlieusard, dans les années 60, j'allais aider les immigrés à apprendre le français dans un local ou tout reposait sur une "bonne soeur" agée qui avait quitté l'Algérie depuis peu, qui parlait Arabe couramment, et un peu Berbère. Elle était Catholique, les immigrés ne l'étaient pas, ils étaient peut être Musulmans, ça ne génait personne, c'était un moment d'échange, d'égalité, de fraternité. Plus tard j'ai travaillé dans des "quartiers difficiles", ou j'ai vu et partagé ce que les bougnoules, les niakoués, les négros et autres mal-blanchis peuvent connaître. A notre tout petit niveau, on a là aussi connu des échanges, du bon voisinage. On a fêté Pâques, et Halloween, et la fin du Ramadhan, et le 14 juillet: quel mélange! Les puristes y trouveront sans doute à redire, mais ils ont tort. Il faut reconnaitre l'humanité de l'autre, et non se cramponner à des soi disant vérités. efforçons nous de vivre en harmonie, laissons à Dieu(Allah, Yawhé, je ne connais pas tous les noms) le soin de porter des jugements.

72.Posté par henry le 22/10/2007 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne connais pas, j'ai peut-être entendu sans enregistrer le nom, aussi, çà serait avec plaisir que je recevrais unCD

71.Posté par Beni snassen le 13/10/2007 21:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BENI SNASSEN COLLECTIF COMPOSER DE ABD AL MALIK, WALLEN, MATTEO FALCONE, HAMCHO, BIL'LN, NAP ET GUEST SPECIALE EN LA PERSONNE D'ALI EX LUNATIC

WWW.BENI-SNASSEN.SKYROCK.COM

Le 22 Octobre 2007 1er Maxi "Besoin d'oxygen" dans les Bacs.

Le 7 janvier 2008 l'album Spleen et idéal dans les Bacs.

Plus d'infos sur le skyblog Officiel du collectif : wwww.beni-Snassen.skyrock.com LACHEZ LES COM'S TOUS ES RENDUS

Merci pour le soutien Salam.

70.Posté par jennyfer le 11/10/2007 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi j'ai biento 15 ans et je pense avoir réagie avec maturité en répondan a vos message, biensure je le dis avec mes mots , mes je souhaiterais bien faire passer le message : lA derniére personne a juger serai abd al malik et encore...
Ce mec la revien de loin ,il faut prendre connaissance de son expérience de son passé avant de juger et ne pa s'araiter sur ses opinions..Il revien de loin et sait de quoi il parle ... J'espers qu'avan de le juger vous l'aviez bien tous compri.
b[tou bon musulman (d'aprés ce que j'ai compri) ne juge pas ne rabaisse pas, la seule personne ki a le pouvoir de juger est Allah !!
Je ne comprend pas pourquoi vous vous permettez de juger Abd Al malik comme un hippie ; a la rigueur auten qu'il soi Hippi que que un mec insitan a la haine et a la guerre
Je pense que Abd Al malik n'a pas écrit nimpkoi , et que les personne qui le jugent n'ont pas bien étudier ses textes mot a mot pour comprendre.
Pour moi c'est un exemple vraiment et d'ailleur je conseil a toute personnes de lire son livre "Qu'Allah bénisse la France"
BRAVO MALIKKK !! :) :)

69.Posté par Najat le 10/10/2007 02:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir à tous, salam alikoum

Je viens de parcourir vos messages, et suis étonnée que les critiques sur ABM soient aussi dures. Ne voyez vous pas que c'est un poete, un philosophe ?
Qu'il est par conséquent libre et ne craint pas les attaques.
Je ne connais pas les textes de ses chansons, je ne suis pas tres rap, mais en quête de littératures sur l'Islam, je suis tombée sur son nom Abd Al Malik. Ce nom est une grande force pour l'ame qui le porte et il est assumé avec sérénite. Alors je l'ai achete ( le livre "qu'Allah bénissent la France"). J'ai découvert quelqu'un de respectable et sincère. NE DOUTEZ PAS DE CE JEUNE HOMME. Il est une force pour nous autres,comme le sont les autres, qu'ils viennent de suisse ou d'ailleurs.
Réjouissez vous Musulmans, nous avons des gens qui ont des choses à dire et leurs débats fait partie d'une chose rare dans dans ce monde , la démocratie. Et ça c'est l'esprit français qui le permet. Gardez ce bijou . Regardez nous sommes debouts sur une terre où il y la paix et la liberte de réflechir. oseriez dire la moitie de ce que vous dites sous d'autres drapeux ? ...
Et Allah est le plus Savant.
Najat

68.Posté par laurence le 30/09/2007 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cela fait très peu de tmps que je viens de découvrir Abd al Malik, cet homme me touche . Je suis chrétienne et je me sens très proche de lui,alors qu'il est musulman parce que tout simplement il a l'Esprit d'Amour, cet Esprit qui malgrès nos différences nous conduit au même Dieu! je suis sûre que si Dieu a voulu que l'Homme ai différentes religions, c'est pour l'éprouvez à aller encore plus loin dans l'Amour au dessus des religions, aux delà de nos différences.
Merci Abd al Malik pour tes très belles chansons, c'est avec des hommes cmme toi que le monde changera!!....La Paix avec toi!

67.Posté par muhamed le 28/08/2007 19:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam Abdelmalik,
J'écris de la Côte d'Ivoire. J'ai fais ta connaissance il y a peu de temps. Ta musique et tes paroles m'ont beaucoup plu dès le départ.
J'ai donc voulu savoir plus sur toi. J'ai lu plein de trucs sur le net pour en aboutir à cette espèce de forum qui me plaït bien.
Cependant, il ya comme une sorte de "conflit" entre toi et les admirateurs de Tariq Ramadan. Je viens de survoler quelques infos là-desus et je compte me renseigner encore plus.
Quoiqu'il en soit, je te conseille de parler et de partager avec ceux qui ne partagent pas la même vision que toi. C'est ainsi et seulement ainsi qu'on aura un islam solide et affranci de toutes les subjectivités.
Je désire rentrer en contact avec toi. Répond s'il te plaît à ce mail.
Un frèreet un admirateur

66.Posté par taila le 13/08/2007 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
oé abd al malik je taime b1 machallah pck t un reconvertie é tout é k Allah t'amene dans le plus eu degrés du Paradis inchallah

65.Posté par tima le 26/07/2007 00:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SAlam Alaikom
je viens de terminer une formation, on a beaucoup travailler sur vos textes.
c'est la première que je découvre ce nouveau monde (pour moi) qu'est le slam.
Vos textessont poétiques, ils atteignent le coeur.
A la fin de notre formation notre nous a demandé d'essayer d'écrire des textes, là je te dis bravo car car c'est facile de sentir mais très difficile d'exprimer.
Je te souhaite bon courage., et bonne continuité.

64.Posté par Qui est comme Dieu? le 22/07/2007 00:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Abd Al Malik a fait le choix de l'Amour et de la transformation intérieure.
Abd Al Malik donne un beau visage à l'Islam,
Abd Al Malik sert "la Parole" et "La Vérité".
Abd Al Malik n'accuse pas... "les autres"
Abd Al Malik donne envie de devenir comme lui
Abd Al Malik est Français, Noir et Musulman et on l'aime!
Abd Al Malik préfère La France, le Maroc, le Congo...
Au pays des Banques, des comptes numérotés et des Hotels de luxe.
Abd Al Malik est beau, bon, intelligent,courageux,plein de respect pour les autres,
Il conscient de ses responsabilités quand il parle ou agit.
Abd Al Malik est un grand artiste!
Abd Al Malik est béni de Dieu.
Que la Paix soit avec Lui.

Prière Simple :
Seigneur,faites de moi un instrument de Votre Paix!
Là ou il y a la haine, que je mette l'amour
Là où il y a l'offense que je mette le pardon
Là où il y a de la discorde que je mette l'union
Mà où il y a l'erreur que je mette la vérité
Là où il y a le doute que je mette la foi
Là où il a le désespoir que je mette l'espérance
Là où il y a les ténèbres que je mette votre lumière
là où il y a la tristesse que je mette la joie.
O Maitre que je ne cherche pas tant
A être consolé qu'à consoler
A être compris qu'à comprendre
A être aimé qu'à aimer :
car
C'est en donnant que l'on reçoit
C'est en s'oubliant soi-même que l'on se retrouve soi-même
C'est en pardonnant qu'on est pardonné...

Cette prière n'est pas d'Abd Al Malik, mais il aurait pu l'écrire.

Bonne Nuit et Faites de beaux rêves.





63.Posté par msawri le 19/07/2007 04:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'aime ni déteste la musique et les chanchons. Occasionnement, je les 'écoute sans joie mais avec indifférence.Ni licite ni illicite.Malheureusement, à notre époque, ces specacles attirent la jeunesse et même les majeurs par milliers qui souvent accompagnent le chanteur par la danse mêlés garçons et filles en forme d'orgie où seules les relations séxuelles sont évitée. Ces concerts contre les principe de l'islam sont à proscrire. Mais il ya des chansons écrites par de belles paroles que les Oulamas n'ont jamais interdites.

Je ne connas pas Abdel Malek et n'ai jamais écouté ses chansons. Cela n'a pas empêché de trouver son entretien fort intéressant, plein de bonnes choses, judicieuses à plus d'un titre ..concernant l'islam. Sa vision de lla religion est plus que moyenne. C'est un acteur à encourager car tout dépend de la qualité de la chanchon et la manière de la présenter au public.On lui reproche d' être un soufis. Le soufisme à ses débuts était reconnu par la majorité des mésulmans. Le pratiquer est le meilleur moyen de se purifier dans la lutte contre soi-même. Malheureusememt, à notre époque, ses adeptes l'ont dévié l'entanchant avec de ridicules innovations. A mon avis s'il est égaré, il faut l'aider en lui rapportant des arguments convaincants et non le rejeter en le dénigrant.Quant à son conflit avec Tariq Ramdan si le désacord ne regarde que les antagonistes, le bon musulman est celui qui tend tout éffort pour les réconcilier. Les réflexions de notre ami le chan...  

62.Posté par Braindead le 13/07/2007 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai trouvé une info intéressante: Ramadan et AEM se connaissent personnellement:

"A la suite d’une rencontre avec Tariq Ramadan, lequel va lui proposer d’intégrer un « comité artistique qui se chargerait de rendre ses oeuvres compatibles avec l’islam » ; le strasbourgeois rejette définitivement cette forme de censure qui le fait détester l’islam fondamentaliste : « Il n’était pas question qu’on me fasse réécrire ce qui avait jaillit de mon cœur pour le faire rentrer dans un cadre », affirme-t-il dans son livre. Il se tourne alors vers le soufisme, doctrine « lumineuse » de l’islam, basée sur l’amour universel et qui ne mélange pas, selon ses propres termes, la politique et la foi. Il sort en 2004 son premier album solo, Le face à face des cœurs, et revient aujourd’hui avec Gibraltar qui, dans la continuité du précédent, délivre lui aussi un message de paix et de tolérance. Un joli pied de nez auprès de ceux qui ont tendance à croire que l’islam s’apparente forcément au terrorisme…"


1 2 3 4 5 » ... 6