Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Syrie : la crainte d'un assaut final du régime sur Homs angoisse

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 29 Février 2012



A Homs, centre névralgique de la contestation contre Bachar al-Assad et bombardé sans répit depuis 25 jours, la situation semble chaotique.

Selon des militants du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), l’armée syrienne recevrait de nouveaux renforts sur place. Ce mouvement fait craindre un assaut final contre les opposants au régime, notamment ceux retranchés dans le quartier rebelle de Baba Amr. Une offensive terrestre a d'ores et déjà été lancé dans la nuit de mardi et mercredi contre la ville.

Depuis mardi 28 février, le Conseil des droits de l'homme des Nations-Unis discute d’un projet de « trêve humanitaire » dans le pays. Le texte, déposée par le Qatar, le Koweït, la Turquie et l'Arabie Saoudite et co-signée par 50 autres pays, condamne les violences du régime de Bachar al-Assad et appelle ce dernier à « autoriser un accès libre et sans entrave à l'ONU et aux agences humanitaires pour procéder à une évaluation complète des besoins à Homs et dans d'autres régions ». Mais la délégation syrienne présente aux discussions à Genève a quitté les débats, repoussant la suite des pourparlers au jeudi 1er mars.

Pour sa part, la France s'inquiète du sort de la journaliste du Figaro, Edith Bouvier, dont la situation reste incertaine. Sept jours après le bombardement du centre de presse de Homs qui a tué le photoreporter Remy Ochlik et blessé Edith Bouvier, cette dernière n’a toujours pas pu être évacuée de la ville au mercredi 29 février et n'a pas reçu les soins nécessaires à sa fracture.

Une tentative d’évacuation de la journaliste vers le Liban a échoué mardi. Son collègue britannique, Paul Conroy, a réussi à être exfiltré de la ville vers le Liban comme l’a confirmé le ministère des Affaires étrangères britannique. La situation, sur place, serait très « imprécise » et « complexe », a déclaré Nicolas Sarkozy en abordant les négociations pour le transfert d’Edith. La France appele la Syrie à instaurer un cessez-le-feu à Homs, pour permettre une « évacuation sûre et rapide » de la journaliste.

Lire aussi :
Syrie : la Russie prête à coopérer avec Kofi Annan
Syrie : le massacre continue, deux journalistes occidentaux tués
Syrie : le chercheur français Olivier Roy manipulé par le régime