Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

La dissolution de l'association BarakaCity confirmée par le Conseil d’Etat

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 25 Novembre 2020 à 15:15

           


La dissolution de l'association BarakaCity confirmée par le Conseil d’Etat
La dissolution de BarakaCity sur décret a été confirmée, mercredi 25 novembre, par le Conseil d’Etat après l’examen du recours en appel formé par l’association. « Le juge des référés du Conseil d’État estime que les propos incriminés du président de l’association peuvent être imputés à l’association elle-même et constituent des discours incitant à la discrimination, à la haine ou à la violence, pouvant justifier une dissolution », a fait savoir la juridiction administrative, qui vient concomitamment de valider la fermeture de la mosquée de Pantin.

Le juge des référés relève que « les propos tenus par le président de l’association (Idriss Sihamedi), reconnu comme son principal dirigeant, responsable de sa communication, adressés indifféremment à partir de ses comptes personnels ou de ceux de l’association sur les réseaux sociaux pouvaient être imputés à l’association ».

Par ailleurs, « certains de ces messages, notamment ceux appelant à des "châtiments" sur les victimes de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo ou exposant à la vindicte publique des personnes nommément désignées, constituaient des discours incitant à la discrimination, à la haine ou à la violence, de nature à permettre la dissolution de l’association ».

Enfin, « les nombreux commentaires haineux, antisémites ou appelant au meurtre suscités par les messages du président de l’association ont pu également être pris en compte en l’absence de toute action récente visant à leur suppression et à la mise en garde des abonnés aux comptes », fait-on savoir.

Pour les avocats de l’association, William Bourdon et Vincent Brengarth, le Conseil d'Etat a entériné « une décision politique du pouvoir exécutif ». Il « s'est contenté de donner crédit à l'ensemble des allégations du ministère de l'Intérieur mais il s'est montré tout à fait insensible aux activités humanitaires mondiales de l'association », soulignent-ils, avant d’annoncer une saisine de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

Lire aussi :
Le Conseil d'Etat rejette l'appel de la mosquée de Pantin, sa fermeture validée
Le ministère de l'Intérieur prononce la dissolution de BarakaCity, ce que dit le décret




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Premier Janvier le 28/11/2020 00:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si les fondateurs doivent répondre de tout ce qui peut se dire chez des intervenants comment se fait t-il que ce ne soit vrai que pour cette association.
On lit des saletés du matin au soir sur internet et chez tout le monde.
Selon ce principe il faudrait tout fermer. La question qui se pose est pourquoi on choisit de choisir. Lol.

2.Posté par Premier Janvier le 28/11/2020 00:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des horreurs nous sont données à lire quasi tout le temps. Et les sites dits traditionnels ne sont pas en reste. Pourquoi ceux là sont t'ils donc épargnés de l'argument vous êtes crades et donc interdits.