Connectez-vous S'inscrire






Economie

La diversité, un atout à l’épreuve des discriminations en France

Mosaïc a tenu son deuxième colloque national à Paris

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 13 Mai 2010

« La diversité : un atout pour le développement économique de la France ». Une idée qui, bien que vraie, reste à se concrétiser sur le terrain. A l’heure où les discriminations sont au plus haut envers la communauté musulmane, la Fédération laïque des citoyens de sensibilité musulmane (Mosaïc) a organisé, mercredi 5 mai, son deuxième colloque national à l’Institut du monde arabe (IMA), à Paris, sur la diversité et a ainsi ouvert un espace de discussion sur la question de la diversité.



L'Institut du monde arabe a accueilli le deuxième colloque de la Fédération laïque des citoyens de sensibilité musulmane (Mosaïc), le 5 mai.
L'Institut du monde arabe a accueilli le deuxième colloque de la Fédération laïque des citoyens de sensibilité musulmane (Mosaïc), le 5 mai.
Placé sous le patronage de Christian Estrosi, le ministre de l’Industrie, le colloque très « positiviste » de Mosaïc, auquel ont assisté 350 personnes, avait pour thème la diversité.
Avec toujours un même constat qui se dresse : à compétence égale, les personnes issues des « minorités visibles » doivent aujourd’hui en faire plus pour obtenir un travail et/ou gravir l’échelon social. Et encore, cette méthode ne marche pas toujours sur une catégorie de Français, majoritairement d’origine africaine et de surcroît musulman selon l’INSEE et l’INED.

Parmi eux, Nadia*, 45 ans, que Saphirnews a rencontré. Ingénieur de formation, diplômée de deux masters et polyglotte, elle a travaillé pendant une dizaine d’années pour une grande entreprise française de télécommunications. Son voile a longtemps été un atout pour l’entreprise, qui s’est vue ouvrir des portes en Libye et en Irak mais aussi dans des pays de l’ex-URSS grâce à sa maîtrise du russe. Mais après des années de bons et loyaux services, l'entreprise lui a préféré une personne ayant bac + 2 et… que Nadia avait elle-même formée !

« Mon atout d’hier est devenu un handicap et c’est cette hypocrisie que je dénonce. Se cacher derrière de faux prétextes pour rompre leur contrat avec moi est hypocrite », déplore-t-elle. Cinq ans après, elle dit n’avoir jamais accepté son licenciement d’autant plus qu’elle n’est « ni handicapée physique ou mental ». « Je suis acculée à vivre avec le RMI aujourd’hui. (…) Je viens d’une famille éprise de liberté, des membres de ma famille ont été emprisonnés par la Gestapo, mon grand-père a été dans la marine française pendant la guerre. Mon voile n’est pas étanche au vivre-ensemble ! », ajoute Nadia.

« Dissuadée par le puissant service juridique de l’entreprise », elle n’a jamais intenté d’actions en justice contre son ex-employeur. Elle envisage désormais de saisir la HALDE pour faire valoir ses droits. Un chemin long qu’elle espère couronner de succès. La discrimination peut coûter cher à l’image et au portefeuille des entreprises dès lors qu’elles sont reconnues coupables.

Marouane Bouloudhnine, président de Mosaïc
Marouane Bouloudhnine, président de Mosaïc

La diversité, un impératif économique

« Créer une génération de rancuniers est dangereux », réagit Aziz Senni devant ce qui semble être un cas flagrant de discrimination.

Malgré tout, en faire plus et mieux pour être reconnu égal, voilà ce que recommande en l’état actuel Marouane Bouloudhnine, à l’origine d’un rapport sur les discriminations publié récemment. « La réalité est celle-là. C’est à nous de mener les actions. Moi, je n’attends rien des autres. C’est nous qui allons construire la France de demain. On va se mettre en avant, on va se retrousser les manches pour construire notre pays avec nos talents », a déclaré le président de Mosaïc à Saphirnews.

A l’heure d’aujourd’hui, 90 entreprises françaises ont obtenu le « label Diversité », décerné par l’AFNOR depuis septembre 2008 à celles qui promeuvent la diversité dans le cadre des ressources humaines.

« Il faut être à l’image de son marché. La diversité est importante car elle répond à plusieurs enjeux » sociaux et économiques, souligne Soumia Malinbaum, présidente de l’Association française des managers de la diversité (AFMD).

« L’écrasante majorité des musulmans participe à la croissance de la France, à son rayonnement. Les musulmans sont parfaitement intégrés dans ce pays : ils aiment ce pays, ils veulent défendre ses valeurs et qui sont les leurs », conclut le président de Mosaïc.

* A la demande de l'intéressée, son nom a été modifié et restera anonyme.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu