Connectez-vous S'inscrire






Religions

Islam spirituel et soufisme : « vivre ensemble, c’est faire ensemble »

Rédigé par | Lundi 28 Septembre 2015



Islam spirituel et soufisme : « vivre ensemble, c’est faire ensemble »
(Ré)affirmer que l’islam est éminemment « spirituel » peut paraître incongru puisque l’islam troisième religion monothéiste, révélée au VIIe siècle, porte en son sein des croyances et des pratiques hautement spirituelles faites de méditations, d’invocations, de louanges envers le Créateur exercées par plus de 1 milliard de musulmans encore aujourd’hui dans le monde. C’est pourtant le thème « L’islam spirituel et les défis contemporains » qui est au centre du colloque international organisé par l’Association internationale soufie Alâwiyya (AISA), ce lundi 28 et ce mardi 29 septembre, à l’UNESCO (Paris 7e).

Il est vrai qu’à l’heure où les intégrismes religieux semblent vouloir dicter l’ensemble des comportements des croyants dans une unique voie possible de rapprochement vers Dieu et que les pires barbaries ne cessent d’être commises dans certaines parties du globe au nom même d’un islam vengeur et conquérant, dire et démontrer que l’islam est « une école pour la tolérance, la convivialité et le vivre-ensemble » s’avère plus que bénéfique.

Écrivains, journalistes, universitaires, politiques et religieux… plus d’une quarantaine d’intervenant-e-s débattront durant ces deux jours de colloque. Parmi lesquels, notamment : Jean-Paul Delevoy (président du Conseil économique, social et environnemental) ; Edwy Plenel (journaliste), Bariza Khiari (sénatrice de Paris), Leili Anvar (spécialiste de la littérature mystique et maître de conférences en langue et littérature persanes à l’INALCO), Saad Khiari (spécialiste des questions stratégiques et géopolitiques, chercheur à l’IRIS), Boris Cyrulnik (neuropsychiatre), Eric Geoffroy (islamologue, spécialiste du soufisme) ; ou encore Slimane Rezki (spécialiste de l’œuvre de René Guénon) et Denis Gril (spécialiste d’Ibn ‘Arabî) ; et bien entendu cheikh Khaled Bentounes (leader spirituel de l’ordre soufi alâwî et président d’honneur d’AISA).

La biennale 2014-2015 est d’ailleurs l’occasion de fêter le 100e anniversaire de la fondation de l’ordre soufi alâwî, en mémoire à son initiateur, le cheikh algérien Ahmad ben Mustafâ al-‘Alâwî (1869-1934). « L’ordre soufi alâwî montre comment mieux servir l’humanité ; comment tenter d’harmoniser et d’embellir le monde. (…) L’ordre mise sur la fraternité aimante des hommes. Il invite, en effet, à ne pas rejeter la rationalité au détriment de la spiritualité, à ne pas s’enfermer dans une religiosité frileuse », peut-on lire dans une déclaration de l’UNESCO de 2013.

Outre des conférences sur les grands maîtres spirituels (cheikh al-’Alâwî, René Guénon, émir Abd el-Kader…), quatre tables rondes sont organisées : « Soufisme et humanisme », « L’islam : une réforme nécessaire » (28 sept.) ; « Le soufisme : une voie de recours ? », « Vivre ensemble, c’est faire ensemble » (29 sept.). Le prix Émir Abdelkader pour la promotion du vivre-ensemble sera également pour la première fois décerné. Un concert exceptionnel de musique qawwali du Pakistan, avec Faiz Ali Faiz, animera la soirée du lundi 28. Le film documentaire « Islam, voix de femmes », avec les témoignages et analyses de, notamment, Wassyla Tamzali, Iqbal Gharbi, Fatma Oussedik, Cheikha H. Nur Artiran, Tareq Oubrou et cheikh Khaled Bentounes sur l’apport majeur des femmes en islam, sera projeté mardi 29. Enfin, deux expositions sur cheikh al-’Alâwî et l’émir Abd el-Kader présentent la biographie et la philosophie de ces deux grandes figures de l’islam.

En savoir plus : aisa-ong.org
Programme complet ici





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu