Connectez-vous S'inscrire






Société

Une rentrée post-attentats délicates dans les écoles musulmanes

Rédigé par Mérième Alaoui | Mercredi 18 Novembre 2015

Après la nuit de vendredi 13 novembre, c’est bien à un traumatisme national auquel le pays fait face. La situation est encore plus délicate pour les enfants. Comment les établissements privés musulmans gèrent-ils le retour de leurs élèves ?



A Marseille, les élèves et les professeurs des écoles musulmane et catholique se sont retrouvés pour une minute de silence commune.
A Marseille, les élèves et les professeurs des écoles musulmane et catholique se sont retrouvés pour une minute de silence commune.
Une rentrée sous tension pour les écoles musulmanes. De retour sur les bancs des classes lundi 16 novembre, les enfants comme le personnel encadrant avaient la boule au ventre. Comment lancer un dialogue avec des jeunes qui ont, pour la majorité, vu défiler des images, entendu des témoignages de victimes et questionné leur identité, le tout avec des adultes qui n'ont pas été épargnés par l’inquiétude ?

Qu’ils soient sous contrat ou non avec l’Etat, les établissements musulmans ont suivi les recommandations du ministère de l’Education, avec l'organisation d’échanges ouverts avec les élèves suivi d’une minute de silence à midi tapante. Au lycée Averroès de Lille, « les élèves avaient la mine grave. Ils se sont sentis touchés par une telle violence inouïe. Le coup porté par les terroristes sera surtout dur à vivre pour les musulmans qu'ils sont car ils sont les premières victimes de ce terrorisme. La jeunesse musulmane ne se reconnaît en rien dans ces agissements ni dans ce type de discours, de haine de soi et des autres », raconte, sous couvert d'anonymat, une proche de l'équipe enseignante.

Une rentrée préparée au lycée Averroès

Dans ce lycée qui fait la fierté des musulmans en France, cette rentrée est prise très au sérieux, au point que le directeur Hassan Oufker, les directeurs adjoints et le conseiller pédagogique ont réuni tous les professeurs samedi matin pour la préparer. Il s’agissait d’un « rappel des principes de l'établissement, pour lequel la lutte contre toute forme d'intégrisme ou de terrorisme passe avant tout par l’instruction », raconte Leila Belti*, une enseignante. Il a été également demandé de faire preuve de vigilance et de signaler si un élève venait à tenir « des propos inconvenants ». Cependant, rien à signaler, nous assure-t-on ; l'émoi est trop fort.

Lors de l’échange en classe, les élèves ont exprimé beaucoup d’émotion mais avaient surtout « beaucoup de questions relatives à leur sécurité ». C’est également ce qui est revenu dans la bouche des élèves du groupe scolaire Ibn Badis, à Nanterre. Sabar Kabbouchi, le directeur, a été très surpris par les questions des élèves : « Nous, adultes, craignons surtout les amalgames, les conséquences sur le vivre-ensemble, mais eux restent bloqués sur l’aspect sécuritaire. »

La sécurité pour principale préoccupation

Bien conscients que cette violence a visé le peuple français dans sa diversité, les enfants sont inquiets si jamais d’autres attentats venaient à survenir. « Sommes-nous bien protégés ? Est-ce que les méchants vont venir nous tuer nous aussi ? », s’inquiètent les plus petits. Une prise de conscience violente « d’autant plus que certains étaient au Stade de France avec leurs parents » lors des attentats, précise le directeur.

Cette inquiétude n'est pas que post-traumatique. L'établissement, comme toutes les autres, reste vigilant quant à d'éventuelles agressions islamophobes. « Certaines de nos élèves qui portent le jilbeb (long voile, ndlr) ont déploré des regards insistants dans les transports en commun parisiens », assure-t-il. Pour prévenir d'éventuelles agressions, des barrières ont été placées devant l'établissement pour éviter que des voitures s'y garent. « Et nous demandons systématiquement aux personnes étrangères à l'école d'ouvrir leur sac avant d'entrer », détaille le directeur, qui regrette que des militaires ou des policiers ne soient pas mobilisés pour patrouiller devant leur école.

Des interrogations identitaires

Si la majorité des élèves de cette école primaire des Hauts-de-Seine exprime librement des inquiétudes, une minorité reste muette et ne trouve pas les mots. C’est le cas notamment de ceux qui auraient vu des images trop violentes sur la Toile. « On se rend compte que certains ont malheureusement vu les pires atrocités à la télévision ou sur Internet. Nous ne cessons de mettre en garde les parents, pour protéger les enfants de cela », ajoute Sabar Kabbouchi.

Mis à part l’aspect sécuritaire, ce sont les motivations des terroristes présentés comme musulmans, comme eux, qui sont mises en débat. Face aux interrogations, les écoles musulmanes sont préparées. « Comme nous sommes dans une école confessionnelle, nous avons toute la liberté d’expliquer avec des arguments religieux et historique à quel point ces gens ne viennent pas d’un Etat islamique mais d'un Etat satanique », fait-on savoir à Nanterre. Les versets sur la protection des innocents, sur l’ouverture d’esprit et le respect dû aux fidèles des autres confessions sont analysés en cours d'année.

A Marseille, musulmans et catholiques communient

A Marseille, le collège-lycée Ibn Khaldoun a pris les devants sur les problématiques du vivre-ensemble. « Avec le directeur du collège catholique Saint-Joseph qui se trouve à 10 mètres, nous avons décidé de faire une minute de silence commune. Nous nous sommes tous rendus dans leur cour pour cela », raconte Younès Yousfi, directeur adjoint.

Après le recueillement, les élèves ont entonné tous ensemble La Marseillaise. Une image exemplaire de la jeunesse multiculturelle française. La solidarité plutôt que la division, l’une des meilleures réponses après cette tentative terroriste de casser l’unité nationale.

* Le nom de l’enseignante a été modifié.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu