Connectez-vous S'inscrire






Monde

Québec : ce que l'on sait de l'attentat meurtrier contre une mosquée

Rédigé par Samba Doucouré et H. Ben Rhouma | Lundi 30 Janvier 2017



Le Centre culturel islamique du Québec (CCIQ) à Sainte-Foy a été la cible d'une odieuse attaque dans la soirée du dimanche 29 janvier, faisant six morts. © 30Masjids
Le Centre culturel islamique du Québec (CCIQ) à Sainte-Foy a été la cible d'une odieuse attaque dans la soirée du dimanche 29 janvier, faisant six morts. © 30Masjids
Stupeur au Canada. Deux hommes ont tiré sur des fidèles rassemblés pour prier dans le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), à Sainte-Foy, en banlieue de la ville de Québec, dans la soirée du dimanche 29 janvier.

La fusillade a fait six morts et huit blessés selon les autorités, qui privilégient la piste terroriste. Deux suspects* ont été arrêtés dont l’un d’entre eux aurait appelé lui-même la police « pour avouer son crime », seulement un quart d’heure après l’attaque, selon Le Soleil, l'édition québécoise de La Presse. Pourchassé par les forces de l’ordre, l’individu aurait immobilisé son véhicule sur une bordure de route. Il avait avec lui, une arme de poing et deux armes qui « ressemblait à des AK-47 ».

D’après les premières informations données par la police, les personnes décédées avaient entre 35 et 70 ans. 39 personnes, présentes dans le lieu de culte, s’en sont sorties sans séquelles physiques. La fusillade s’est déroulée à 19h30 heure locale (1h30 du matin en France). La prière du soir (icha) venait de se terminer quelques minutes auparavant quand les deux hommes armés ont pénétré cagoulé l’enceinte de l’établissement. Les femmes se situaient encore à l’étage, alors que les enfants jouaient au sous-sol.

« Vous êtes chez vous. Nous sommes tous des Québécois »

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a condamné un « attentat terroriste dirigé contre des musulmans ». « Les musulmans canadiens constituent un élément important de notre tissu national, et des gestes insensés comme celui-là n’ont pas leur place dans nos communautés, nos villes et notre pays. Les organismes canadiens chargés de l’application de la loi protégeront les droits de tous les Canadiens et feront tout pour appréhender les auteurs de cet acte et de tous les actes d’intolérance », a-t-il fait valoir lundi 30 janvier dans une déclaration.

« Aujourd’hui, Québec est frappée par le terrorisme. Nous allons y faire face ensemble, avec courage », a déclaré le Premier ministre du Québec, Philippe Couillard. « Nous sommes avec vous. Vous êtes chez vous. Nous sommes tous des Québécois. Nous devons continuer à construire une société accueillante », a-t-il poursuivi, aux côtés du maire de Québec, Régis Labeaume, sous le coup de l'émotion.

Les réactions d'indignation se font nombreuses à travers le monde après l'annonce de l'attaque. Le président français François Hollande a dénoncé un « odieux attentat ».

Le CCIQ, érigée en 1985, est la plus grande mosquée de la province, avec une capacité d'accueil de quelque 2 000 fidèles. Le lieu de culte a été visé par un acte islamophobe en juin 2016, lorsqu'une tête de cochon avait été découverte à l'entrée. Dans les semaines qui ont suivi, un tract islamophobe contre la mosquée titré « Qu’est-ce qui est le plus grave : une tête de porc ou un génocide ? » avait circulé dans la ville. A noter, les motivations des suspects arrêtés pour la fusillade demeurent encore inconnues à ce stade.

Les services de police ont informé, lors d'un point presse, que l'ensemble des mosquées et des lieux d'intérêt musulmans font « l’objet d’une surveillance accrue » depuis les événements. Des rassemblements de solidarité avec les musulmans sont organisés à Québec. Justin Trudeau, qui s'est rendu dans cette ville lundi 30 janvier avec la chef intérimaire du Parti conservateur Rona Ambrose, et le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair, y a participé avec d'autres représentants de la classe politique canadienne devant l’ancienne église Notre-Dame-de-Foy, située tout près de la mosquée.

*Deux suspects avaient été annoncés par la police. Finalement, il n'y en a qu'un seul sous les verrous, le second ayant été relâché. Pour en savoir plus sur l'auteur présumé de l'attentat.

Lire aussi :
Après l’attentat, l’extinction de la Tour Eiffel décidée
Québec : les fédérations musulmanes en France réagissent après l'attentat





Loading














Recevez le meilleur de l'actu