Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Canada : une mosquée et une synagogue unies pour l'accueil d'une famille syrienne

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 16 Janvier 2017



Rasha Elandari retrouvant sa famille après plusieurs années de séparation, une action rendue possible par l'alliance entre une mosquée et une synagogue de Toronto qui ont facilité l'accueil de la famille syrienne.
Rasha Elandari retrouvant sa famille après plusieurs années de séparation, une action rendue possible par l'alliance entre une mosquée et une synagogue de Toronto qui ont facilité l'accueil de la famille syrienne.
À Toronto, Andew Hazen, membre de la synagogue Har Zion, s’est associé avec le Centre islamique de l’imam Mahdi en décembre 2015 pour venir en aide à une famille syrienne fuyant la guerre. Ensemble, les bienfaiteurs ont récolté 45 000 dollars afin de les accueillir au Canada, ce qui fut chose faite vendredi 13 janvier. Cette somme permettra de régler les loyers et les dépenses quotidiennes des réfugiés. Un appartement leur a été fraîchement trouvé et meublé par les deux communautés qui se sont unies pour cette bonne action.

Les deux communautés se félicitent de leur générosité. « Nous essayons de sauver une famille d’une zone de guerre, mais aussi, d’une certaine manière, de montrer que le Canada est un endroit dont nous pouvons être fiers », a déclaré Andew Hazen.

Alireza Torabian, en charge des partenariats de la mosquée, a déclaré à CBC qu'« un groupe de musulmans et un groupe de juifs ont montré à la communauté, montré au pays, et, espérons-le, montré au monde que les personnes pouvaient être différentes (mais qu’)elles ont beaucoup en commun ».

Au Canada, les neufs membres de cette famille syrienne ne seront pas seuls. Ils retrouvent Rasha Elendari, leur fille qui y habite depuis bientôt sept ans. Elle a quitté la Syrie en 2010 pour venir étudier à l’université de l’Arkansas, aux Etats-Unis. Lorsque la guerre éclate dans son pays, elle pense à y retourner et s’inquiète pour sa famille. « La situation n’était pas si mauvaise, mais mes parents étaient actifs dans la société civile et auprès d'organisations humanitaires, ce qui leur a causé beaucoup de problèmes venant des forces de sécurité » du régime de Bachar al-Assad, explique-t-elle

Ses sœurs, Manya Elendari et Feras Azzam, habitaient à Damas quand la guerre a commencé. Les bombardements les ont poussées à fuir vers le sud, vers la maison de leurs parents à Sweida, dans le sud du plateau du Golan. Rasha a vu sa famille pour la dernière fois en 2014 au Liban, avant leur fuite vers la Turquie. C'est tout naturellement qu'elle était émue aux larmes en revoyant les membres de sa famille à l'aéroport. Au Canada, plus de 39 000 réfugiés syriens se sont installés après le conflit qui ravage le pays depuis 2011.

Lire aussi :
Le Canada de Trudeau ouvre grand ses bras aux réfugiés syriens (vidéo)
Canada : six villes signent une charte contre l’islamophobie
Quand un juif et un musulman marchent ensemble dans les rues de New York (vidéo)





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu