Connectez-vous S'inscrire






Monde

Le bilan de la politique internationale du quinquennat Hollande, vu par Pascal Boniface

#IdéesPourLaFrance

Rédigé par | Mardi 18 Avril 2017

Quel bilan en matière de politique internationale faut-il dresser du quinquennat de François Hollande ? Le point avec Pascal Boniface, auteur du livre « Je t’aimais bien tu sais », dans lequel le directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) analyse le déclassement de la France aux yeux du monde. Il revient sur les succès et les échecs du chef de l'Etat et évoque les défis de la France pour la prochaine mandature.



Pascal Boniface est directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).
Pascal Boniface est directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

Saphirnews : Quel bilan général du quinquennat dressez-vous en matière de politique internationale de la France ?

Pascal Boniface : Mitigé, parce que cela n’a été ni une réussite totale ni un échec complet.

Au niveau des réussites, il faut mettre au crédit de François Hollande l’intervention au Mali qui a empêché les jihadistes de prendre le pouvoir et qui s’est distinguée des autres interventions militaires récentes comme la guerre d’Irak, celle d’Afghanistan ou en Libye dans la mesure où il y avait un cadre multilatéral et que cette intervention s’est faite à la demande des autorités maliennes, avec un cadre légal onusien, le soutien de toutes les puissances et celle de la région. Cette intervention militaire était au service d’une solution politique, contrairement à celle de la Libye.

L’autre grande réussite, qui me parait la plus grande d’ailleurs, c’est la conférence sur le climat qui s’est tenue en 2015. Ce n’est pas le succès de la seule France bien sûr, mais elle y a quand même contribué. Nous avons réussi à obtenir un accord général entre des pays aux intérêts très différents par rapport à un défi majeur qui se pose devant l’humanité, à savoir le réchauffement climatique.

Je mettrais également au rayon des réussites auxquelles la France a contribué les accords de Minsk (en février 2015, ndlr) qui ont empêché une déflagration entre l’Ukraine et la Russie et qui, en tous les cas, ont permis de conserver un contact sur un sujet extrêmement compliqué. (…) Je citerai aussi l’accord sur le nucléaire iranien (en janvier 2016, ndlr), qui évite que l’Iran ait l’arme nucléaire mais également qu’il y ait un conflit pour empêcher l’Iran de l’obtenir.

Qu’en est-il des échecs ?

Pascal Boniface : Au rayon des échecs, on peut noter le fait que François Hollande a trahi sa promesse de reconnaitre la Palestine pour des motifs relevant largement de la politique intérieure. Du coup, la France, qui a toujours été en pointe concernant la défense des droits des Palestiniens et la défense du droit des peuples à l’autodétermination, est un peu entrée dans le rang. François Hollande, qui s’était opposé à Nicolas Sarkozy sur ce point, a finalement trahi son engagement. (…) Il l’a fait pour un ensemble de considérations liées à la politique intérieure et par peur de déclencher des campagnes contre la France sur le thème de l’antisémitisme.

Je noterai également, d’une façon générale, le fait qu’à l’Otan ou ailleurs la France est moins gaullo-mitterrandiste : on est plus à chercher des compromis avec les Américains. La France aurait pu réagir plus fortement après l’affaire des écoutes de la NSA ; elle aurait aussi pu lutter beaucoup plus fortement contre le système de défense antimissiles (de l’OTAN, inauguré en mai 2016 en Roumanie, ndlr) qui est une relance de la course aux armements. La volonté de trouver un accord avec les Américains l’a parfois emporté. Il y a une certaine « entrée dans le rang » au niveau stratégique, notamment à l’Otan, de la France.

Est-ce que l’image de la France, qui a fait l’objet d’un de vos derniers ouvrages, est à vos yeux meilleure ou pire que sous l’ère Sarkozy ?

Pascal Boniface : Ni l’un ni l’autre, elle est la même. Mais elle aurait dû normalement s’améliorer avec les promesses de François Hollande. Finalement, il n’y a pas eu de rupture avec Nicolas Sarkozy. L’opération au Mali a été certes réussie alors que celle qui a été menée en Libye a été un échec total. Mais, sur le reste, il n’y a pas eu autant de différences que François Hollande l’avait annoncé.

Le bilan de la politique internationale du quinquennat Hollande, vu par Pascal Boniface

Vous n’avez pas cité le conflit syrien qui a été peut-être aussi l’un des plus marquants du quinquennat. Estimez-vous que la France a perdu toute sa crédibilité au profit de la Russie ? Et quelle direction la France devrait-elle prendre sur ce dossier ?

Pascal Boniface : Sur ce dossier, c’est l’ensemble des pays extérieurs qui ont perdu leur crédibilité parce que nul n’a réussi à mettre fin au conflit et c’est la population civile qui en souffre. La Russie a peut-être marqué des points dans la mesure où elle tient la Syrie, mais elle tient un pays entièrement détruit et elle est mise au ban des accusés pour le soutien d’un régime qui est en train de massacrer sa propre population.

La France a, bien sûr, échoué dans la mesure où l’objectif était le renversement de Bachar al-Assad qui n’est pas survenu. Peut-être qu’il y a eu un excès d’optimisme sur le fait de pouvoir obtenir ce résultat. Peut-être aussi quelque chose de gênant : que c’était une grosse erreur de penser qu’on pouvait trouver une solution sans la Russie ou contre la Russie. Mais ce n’est pas un échec français, c’est un échec global de la communauté internationale.

Pensez-vous que la stratégie prise par la Russie vers un règlement du conflit doit être celle que la France devrait adopter pour parvenir à la fin du conflit : replacer Bachar al-Assad au centre du règlement du conflit ?

Pascal Boniface : On voit bien qu’il n’est pas l’avenir de la Syrie, donc il faut trouver une solution comme celle qui a été prônée par Laurent Fabius en disant : les éléments du régime sans Bachar et l’opposition sans les jihadistes. Sauf que c’est plus facile à dire qu’à faire.

(…) Je pense que Bachar al-Assad est un obstacle à la paix (…), que c’est un sergent recruteur de jihadistes. Il a joué la carte jihadiste en libérant beaucoup d’entre eux et en concentrant ses attaques sur les opposants modérés. En fait, Bachar al-Assad et les jihadistes se renforcent mutuellement.

En parlant de terrorisme, la lutte menée par François Hollande contre Daesh est-elle également mitigée à vos yeux ?

Pascal Boniface : Il y a beaucoup de choses à dire. (…) Manuel Valls a beaucoup réagi avec excès en employant des langages de guerre, en ayant des propos qui étaient certainement violents alors que François Hollande a fait attention et a évité tout amalgame entre terrorisme et musulman. Et c’est à mettre à son crédit. Ensuite, je pense que, dans un environnement difficile, François Hollande a au moins lutté contre les amalgames qui pouvaient être faits et n’a pas cédé à la tentation de globaliser la menace islamiste.

Et concernant ses actions au sein de la coalition internationale en Syrie contre Daesh, était-ce la meilleure option ou pas ?

Pascal Boniface : Une fois qu’on a commencé à prendre part au combat, on ne pouvait pas cesser après les attentats (de 2015). L’emprise territoriale de Daesh est un aimant à jihadistes et sa disparition est un enjeu très important.

Finalement, on peut penser que l’action française contre Daesh assoit aussi le discours de Bachar al-Assad sur le terrorisme, à savoir que la lutte première qu’il faut engager serait contre Daesh.

Pascal Boniface : Oui, mais on peut très bien dire : ni Bachar al-Assad ni Daesh, et c’est la ligne française. Le fait de combattre Daesh n’est en rien soutenir Bachar al-Assad et la France a bien fait attention à cela. D’autres dans le champ politique français disent qu’il fallait soutenir Bachar al-Assad contre Daesh ; cela n’a jamais été la position de François Hollande.

Si l’on doit en venir aux défis prochains du quinquennat, quelles directions devraient prendre la France sur cette question ?

Pascal Boniface : Sur la question syrienne, il faut avouer honnêtement que la France a des marges de manœuvre limitées et qu’il ne peut y avoir qu’une solution qui soit mise en œuvre par l’ensemble des pays impliqués et des pays voisins. Il n’y a qu’une solution diplomatique internationale (à cette crise). Et ce n’est pas dans les mains de la seule France qu’on peut trouver une solution.

Revenons sur un autre conflit, complètement oublié : celui du Yémen. Comment expliquez-vous le fait que la France ne donne absolument pas sa voix sur ce conflit ?

Pascal Boniface : C’est dû aux liens que la France a avec l’Arabie Saoudite et qui empêche d’avoir un regard plus critique sur ce qui se passe au Yémen. Parce que même si ce qui se passe au Yémen est moins grave en termes d’intensité, de destruction ou de morts qu’en Syrie, quand on bombarde des populations civiles, il n’y a pas d’endroit où ces faits sont condamnables et un autre où on doit garder le silence. Donc, même si je ne mets pas le conflit syrien et le conflit yéménite sur le même plan en termes d’ampleur, les bombardements contre les populations civiles ne sont pas acceptables. Et cela, nulle part !

C’est aussi là, en partie, où la France, pays dit des droits de l'homme, a failli, en termes d’image du fait qu’elle ne donne pas sa voix sur des conflits comme celui-ci.

Pascal Boniface : On n’a plus l’image d’un pays global comme sous De Gaulle, Mitterrand, voire Chirac jusqu’en 2003, où la France pouvait parler haut et fort. Cela, c’est moins vrai maintenant. Il y a effectivement une plus grande sélectivité de nos interventions. Et, surtout, une fois encore, par rapport au conflit israélo-palestinien, la France, qui était en pointe, a beaucoup reculé alors que c’est un enjeu majeur, qui fait le ciment non seulement de l’ensemble des pays arabes et musulmans mais aussi des pays du Sud.

Pour rebondir sur la question israélo-palestinienne, contrairement au début du quinquennat, elle a été moins soulevée sur le plan international.

Pascal Boniface : L’ampleur des massacres en Syrie et le déchainement des guerres en Lybie et en Irak ont fait que le conflit israélo-palestinien a été placé au second plan. Mais ce dernier reste quand même une matrice commune à l’ensemble des populations de la région et une des causes majeures (de l’instabilité régionale). Il n’a pas disparu : certes, on en parle moins, mais son importance à la fois stratégique et symbolique reste toujours très grande.

Le bilan de la politique internationale du quinquennat Hollande, vu par Pascal Boniface

Revenons à l’une des réussites soulignées plus tôt, la COP21. Donald Trump n’est-il pas en mesure aujourd’hui de détruire le travail qui a été accompli ?

Pascal Boniface : Il va essayer de le faire, mais il sera isolé. Cela ne changera pas l’attitude de la Chine, qui est passée d’un pays qui ne s’occupait de la préservation de l’environnement à un pays qui en a fait aujourd’hui une priorité. Dans la préservation de l’accord de Paris, la Chine est un allié important. Donc il peut y avoir un axe entre les pays européens et la Chine là-dessus.

Certes, Trump va essayer de le détruire mais il y a des gens aux Etats-Unis qui vont essayer de l’en empêcher car, s’il le faisait, les Etats-Unis vont en subir les conséquences. Là, le prochain président français aura un rôle important pour la préservation de cet accord menacé par Trump.

Que dites-vous de cette proposition, notamment des souverainistes et de l’extrême droite, de sortir de l’Union européenne pour suivre le modèle que serait la Grande-Bretagne ?

Pascal Boniface : Ce serait une catastrophe pour la France ! Qu’il faille exiger plus de l’Allemagne, c’est certain ; qu’il faille sortir de l’euro et de l’UE nous entrainerait dans l’inconnu. Ou même dans le connu, une catastrophe annoncée. (…) Les difficultés qui vont s’annoncer pour les Britanniques maintenant qu’ils ont lancé le Brexit (fin mars, ndlr) vont montrer qu’il est préférable d’être dans l’UE qu’en dehors. Et cela va calmer un peu les ardeurs de ceux qui voudraient en sortir.

Vous disiez plus haut votre regret de voir Hollande aller chercher à rentrer dans le rang en cherchant les accords des Américains. La solution ne serait-elle donc pas la sortie de l’Otan ?

Pascal Boniface : On pourrait se poser la question d’en sortir de nouveau pour ne pas banaliser notre politique intérieure. Tant qu’on y est, il faut être plus actif pour y faire entendre notre voix et faire bouger les lignes. Mais, aujourd’hui, effectivement, la France est suiviste vis-à-vis de l’Otan. L’évolution de l’Otan est assez inquiétante parce qu’elle exagère la menace russe et il y a une tendance à jouer les faucons au sein de l’Otan.

Quelles préconisations faites-vous pour le prochain quinquennat ?

Pascal Boniface : Reprendre une diplomatie un peu plus flamboyante, un peu plus exigeante pour que la France brille davantage. Il y a toujours une attente de la France. Elle n’est pas un pays purement occidental donc il faudrait un peu renouer avec les mannes du gaullo-mitterrandisme tels que De Gaulle, Mitterrand et Chirac – en refusant la guerre d’Irak – ont pu le faire. Et redonner un peu d’éclat, de personnalité, d’originalité, se distinguer un peu plus et ne pas être un pays occidental parmi d’autres ; être un pays différent.

Et cela se traduirait par quelles mesures ?

Pascal Boniface : C’est une matrice générale, tout dépend des évènements. Je ne préconise pas un geste précis mais, par exemple, s’opposer davantage aux systèmes de défense antimissiles... C’est dossier par dossier qu’il faudrait agir mais, en tous les cas, il faut reprendre un peu avec une posture plus indépendante et plus originale.

En dehors du Frexit, des propositions vous ont-elles particulièrement choquées ?

Pascal Boniface : Disons que la dénonciation de l’islam de façon amalgamante et globalisante est gênante mais je craignais pire que cela. Finalement, nous avons quand même échappé au pire par rapport aux débats sur le terrorisme. (…) On peut tout de même regretter qu’il n’y a pas eu beaucoup de débats sur l’international.

Lire aussi :
Infographie - Le terrifiant bilan des six années de guerre en Syrie illustré
De la Syrie à la Turquie - Immersion dans un camp de réfugiés
Opération Cesar, un témoignage choc sur les crimes de guerre en Syrie
Nicolas Hulot : « Chacun doit se manifester positivement pour changer le monde »
Reconnaissance de la Palestine : le rétropédalage de la France
L'amitié « indestructible » de Hollande pour Israël, exit la Palestine



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Loading














Recevez le meilleur de l'actu