Connectez-vous S'inscrire






Politique

Evreux : la bataille des municipales se livre entre musulmans

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 27 Mars 2014

A Evreux, dans l'Eure, la bataille des municipales bat son plein. Une nouvelle occasion de s’apercevoir que les rivalités entre l’Association des musulmans d’Evreux (AME) et l’Union cultuelle des musulmans d’Evreux (UCME) ne se sont pas apaisées. Les élections leur donne une opportunité de s’affronter indirectement.



Evreux : la bataille des municipales se livre entre musulmans
Evreux restera-t-il aux mains de Michel Champredon ? Le maire sortant, adhérent au Parti radical de gauche, est sur la sellette. Avec 22 % des voix au premier tour le 23 mars, il est arrivé deuxième après son rival UMP-UDI-Modem Guy Lefrand (32 %) tandis que le Front national, mené par Emmanuel Camoin, a fait un énorme bond en avant depuis les dernières élections de 2008, passant de 3,6 % à 15 %.

Dans cette configuration, la position des associations musulmanes locales attire l’attention. Entre l’AME et l’UCME, le torchon brûle encore et toujours depuis l’attribution du terrain par la mairie à l’UCME en mars 2013. Un choix attaqué en justice par l’AME qui a porté plainte deux mois plus tard auprès du tribunal administratif de Rouen, de même que le FN et son actuel candidat Emmanuel Camoin.

Guy Lefrand
Guy Lefrand

L’AME lance sa consigne de vote

L’association, dans l’attente d’un verdict, n’est pas allée jusqu’à s’allier avec l’extrême droite contre le projet de l'UCME. En revanche, pour marquer définitivement son opposition au maire sortant, l’AME, par la voix de son président Mustapha Mbodji, a appelé ouvertement ses sympathisants à voter pour l’UMP, « après discussions avec divers candidats », sauf avec le FN et le maire car « on connaît son opinion depuis le début » sur leurs revendications.

« Nous leur avons posé trois questions simples : quelle serait leur position s’ils arrivaient aux affaires à l’égard des musulmans ; si, en tant qu’élu, ils s’immisceraient dans les affaires de la communauté ; s’ils étaient prêts à vendre le terrain qui a été cédé arbitrairement (à l’UCME, ndlr) plutôt que de le proposer par un bail emphytéotique », nous explique-t-il. « Guy Lefrand s’est toujours exprimé clairement sur le sujet », dit-il, assurant avoir trouvé en lui une oreille attentive sur le dossier de mosquée, y compris depuis sa victoire aux législatives en 2012.

« Tout citoyen et républicain acquiescerait à notre demande », dit encore Mustapha Mbodji, à savoir « laisser les musulmans décider de ceux qu’ils veulent ». Refuser l’ingérence en somme, ce qui implique, selon ses dires, que le futur maire - dont l'AME ne veut être « l'ami » - devra laisser les musulmans décider seuls d'un projet unique. Le soutien de l’AME reste « moral » : pas de tracts, des sms aux Ebroïciens suffiront. « Nous sommes transparents sur notre position mais le vote des gens ne nous appartient pas, chacun fait ce qu’il veut ensuite », lance-t-il.

Michel Champredon
Michel Champredon

L’UCME ne se mouille pas

Qu’en est-il de l’UCME ? « Nous avons publié un communiqué, il n’y a rien à rajouter », nous déclare sèchement Djamel Lefkir, son président. Un rapide passage au blog de l’UCME nous amène effectivement au communiqué de presse publié le 20 mars visant à clarifier la position de l’association lors ce scrutin. « Nous n'appartenons ni ne nous revendiquons d'aucune sensibilité politique, nous travaillons pour l'exercice du culte musulman », lance-t-elle d’emblée.

« Il n'est pas du ressort des associations cultuelles de donner une consigne de vote. Les musulmans citoyens d'Evreux sauront voter pour le candidat qui sera, selon leurs convictions, le meilleur atout pour l'ensemble des Ebroïciens dans leur diversité », précise l’UCME, appelant néanmoins les Ebroïciens « à faire valoir leur droit citoyen au moyen du vote » au premier comme au second tour.

Le destin de l’UCME lié à Michel Champredon

Officiellement, aucune consigne de vote donc. Mais une défaite du maire sortant n’en demeurerait pas moins une grosse déconvenue pour l’UCME, soutenue depuis sa création par la municipalité qui peut basculer à droite le 30 mars. L’UMP rêve de son grand retour aux affaires à Evreux qu’elle a conduit avant l’élection de Michel Champredon en 2008 après avoir réussi l’exploit de ravir en 2001 une ville qui était aux mains des communistes pendant 24 longues années.

Le maintien de la liste Front national pourrait néanmoins contrecarrer l'ambition de l'UMP face à un maire qui a conclu, mardi 25 mars, une alliance avec Thierry Desfresnes au nom du Front de gauche (10,9 %). L’UMP pourrait compter sur un report de voix de la liste de droite dissidente qui, si elle ne s’est pas maintenue, a recueilli 8,95 % des suffrages. Tout reste à faire, le second tour des municipales promet à Evreux. Le projet de mosquée en dépendra. Pour M. Mbodji, « on a misé sur le meilleur ticket, il (Guy Lefrand, ndlr) a les atouts pour gagner ». Dimanche verra si son pari sera gagné. A défaut, l’AME prendra cher son choix politique.

Mise à jour lundi 31 mars : la droite de Guy Legrand, soutenue par l'AME, a remporté les élections contre le maire sortant. Pour en savoir plus, cliquez ici.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu