Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss





Société

Législatives 2012 : majorité absolue pour le PS, retour du FN, abstention record

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Dimanche 17 Juin 2012

Les Français ne se sont pas plus mobilisés au second tour des élections législatives dimanche 17 juin qu’au premier tour. Selon les premières estimations, l’abstention a battu un nouveau record sous la Ve République, preuve que ce scrutin ne soulève toujours guère d’intérêt des électeurs. Le Parti socialiste a obtenu la majorité absolue, et ce sans l’aide des Verts et du Front de Gauche. Le Modem disparaît de la scène politique. Quant au Front national, il fait son entrée à l’Assemblée nationale pour la première fois depuis 15 ans.



Le second tour des législatives le 17 juin 2012 a été marqué par un record d'abstention, la nette victoire de la gauche et l'entrée de l'extrême droite à l'Assemblée nationale.
Le second tour des législatives le 17 juin 2012 a été marqué par un record d'abstention, la nette victoire de la gauche et l'entrée de l'extrême droite à l'Assemblée nationale.
Les bureaux de vote sont restés désespérément vides tout au long du dimanche. Le taux d’abstention s’est élevé, selon les premières estimations, à 44 %, le taux le plus élevé de tous les scrutins législatifs sous la Ve République. L’abstention avait déjà battu un record lors du premier tour.

Nette victoire du PS, la majorité absolue à lui seul

Avec près de 320 sièges (53 %), le PS et ses alliés radicaux de gauche ont obtenu la majorité absolue. Pour renforcer ses positions, le PS pourra également compter sur ses alliés d’Europe Ecologie-Les Verts et du Front de gauche, qui ont reçu une trentaine de sièges à eux deux. Pour avoir son groupe parlementaire, il suffit d'avoir au moins 15 députés. Les écologistes l'auront mais pas les communistes, une première dans l'histoire de la Ve République.

« Les Français ont amplifié la demande de changement » impulsé par la victoire de François Hollande à la présidentielle, estime Martine Aubry. Cette majorité « nous confère de grandes responsabilités », déclare pour sa part le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, élu dès le premier tour en Seine-Maritime.

Sur les 25 ministres candidats à la députation, six avaient été élus du premier coup le 10 juin. Une semaine après, ils sont tous assurés d'avoir leur place à l'Assemblée nationale mais également dans le gouvernement Ayrault, y compris Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées, qui a gagné de justesse dans la 5ème circonscription des Bouches-du-Rhône contre le député sortant Renaud Muselier. Toutefois, le Premier ministre n'exclut pas un mini remaniement dans les prochains jours suivant les législatives.

Royal et Bayrou n'auront aucun mandat

Ségolène Royal et François Bayrou étaient deux candidats particulièrement suivis. L'ancienne candidate à la présidentielle en 2007 ne siègera pas à l’Assemblée nationale. Elle a été battue en Charente-Maritimes à plates coutures par son rival socialiste Olivier Falorni, qui a obtenu 62,9 % des voix.

La victoire de la gauche n'a laissé aucune chance au Modem. François Bayrou, son leader, a été battu dans son fief de la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques au profit de la socialiste Nathalie Chabanne (42 %). Il a évité l'humiliation en prenant la seconde place (30 %) et non la troisième, qui est revenu à l'UMP (27 %). Rude coup pour le parti centriste, qui ne dispose plus que de deux sièges de députés à l’Assemblée.

Plusieurs ténors de l’UMP battus

Hier dans la majorité présidentielle, aujourd’hui dans l’opposition. L’UMP a obtenu 40 % des suffrages (quelque 220 sièges). Jean-François Copé, le secrétaire général de l’UMP, a bien été réélu à Meaux, tout comme l'ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy François Fillon, qui s'est présenté pour la première fois à Paris au détriment de Rachida Dati. Suspendue le temps des législatives, la guerre des chefs pour obtenir la présidence de l'UMP devrait très vite reprendre ses droits.

D'autres ténors de la droite ont eu moins de chance, à l'instar de Nadine Morano en Meurthe-et-Moselle, de Michèle Alliot-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques, ou encore Claude Guéant à Boulogne-Billancourt, tous battus. Des symboles de la droite qui flirtaient avec les idées du FN, particulièrement l’ex-ministre de l’Intérieur.

Le FN fait son entrée sans sa chef

Deux députés du FN ont obtenu le droit de siéger au Palais Bourbon et ce ne sera pas Marine Le Pen. La présidente du parti d’extrême droite, qui faisait face à Philippe Kemel (PS) au second tour à Hénin-Beaumont, a été battue d’une courte tête (114 voix d’écart). Le soutien des militants du Front de gauche, dont le leader Jean-Luc Mélenchon a été battu au premier tour, ont finalement peu fait la différence. Malgré tout, elle considère que « seule contre tous », le scrutin est « un énorme succès » d’autant que des bonnes nouvelles ont émaillé la soirée pour le FN.

Marion-Maréchal Le Pen a en effet été élue à Carpentras, dans le Vaucluse, au terme d'une triangulaire avec l’UMP et le PS. A 22 ans, la nièce de Marine Le Pen et petite-fille de Jean-Marie Le Pen sera la benjamine de l’hémicycle et devient la plus jeune députée de l’histoire de la Ve République. Selon les observateurs, le maintien de la socialiste Catherine Arkilovitch a aidé à la victoire de l’étudiante en droite. Avec elle, l’avocat Gilbert Collard est élu dans le Gard. « J’aurai une mission de casse-couilles démocratique. Je ne laisserai rien taire, rien passer », a-t-il déclaré.

Les 577 sièges de députés sont désormais tous pris. Ils occuperont le Palais Bourbon pendant les cinq prochaines années.



Hanan Ben Rhouma


Société | Religions | Economie | Monde | Culture & Médias | Votre revue de presse | Politique




Loading


Inscription à la newsletter





L'actu vue par Yace