Connectez-vous S'inscrire






Religions

Mosquée à Evreux : l’AME revendique des soutiens, l’UCME refuse le débat

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 4 Juin 2012

A l'issue d'un bras de fer judiciaire qui l'a opposé à la mairie, l'Association des musulmans d'Evreux (AME) a organisé comme voulu, dimanche 3 juin, sa consultation citoyenne pour permettre aux musulmans de prendre connaissance de leur projet de mosquée dans la ville, à défaut du refus de participer de l’Union culturelle des musulmans d’Evreux. Compte rendu de la votation et réactions des parties.



Mosquée à Evreux : l’AME revendique des soutiens, l’UCME refuse le débat
La votation citoyenne pour le projet de la mosquée à Evreux aurait bien pu ne pas avoir lieu, mais elle s’est finalement déroulée sans incident dimanche 3 juin.

Organisée par l’Association des musulmans d’Evreux (AME), la consultation a réuni près de 400 personnes dans le Hall des expositions de la commune, située en Haute-Normandie. Sur les 351 suffrages exprimés sous le contrôle d’un huissier de justice, 340 se sont exprimés – sans surprise – en faveur de l’AME et 9 pour « l’autre projet », qui s’ajoutent à 2 bulletins nuls.

Pour que les résultats aient une certaine crédibilité, les électeurs devaient être majeurs et justifier de leur domiciliation dans le Grand Evreux. « Les musulmans qui se sont déplacés étaient uniquement d’Evreux. On attend toujours les bus de musulmans de Mantes-la-Jolie dont on a tant parlé », ironise Moustapha Mbodji, président de l’AME, en faisant allusion aux craintes du maire sur la domiciliation des fidèles qui se déplaceraient aux urnes.

Une fois son projet présenté, les votants avaient le choix entre l’AME et « un autre projet ». L’Union culturelle des musulmans d’Evreux (UCME) ayant refusé de participer à la votation, l’utilisation de son nom ou de leur projet lors de la votation n’était pas autorisée comme en témoigne la lettre de l’UCME qui a été remise directement à M. Mbodji le jour même de la votation.

« L’UCME exprime son refus de participer à la votation du 03/06/2012 que vous avez décidé seul de mettre en place. Son projet est sa propriété indéfectible. Son droit inaliénable de disposer de son projet ne peut faire l’objet d’une diffusion ou d’une utilisation publique sans son autorisation expresse », lit-on dans le courrier publié sur le blog de l’UCME. « En cas d’atteinte à son droit légitime, l’UCME se réserve le droit d’utiliser toutes les voies de recours qui lui permettront de sanctionner cette atteinte », poursuit l’association.

Une votation sans débat contradictoire

Aucune comparaison entre les deux projets ni de débat contradictoire ne fut donc possible dimanche. « Je ne peux pas être responsable de leur absence, on ne peut pas nous reprocher quoi que soit », affirme M. Mbodji. Quant à la non-utilisation de leur nom sous peine de poursuites, « on respecte leur choix, on ne veut pas entrer dans une polémique », nous déclare-t-il simplement.

Pour lui, la votation « est une réussite car on a su mobiliser du monde. On a consulté les musulmans d’Evreux malgré les entraves qui se sont dressées sur notre chemin » et que le lieu qui leur a été accordé par la mairie « seulement vendredi » est « loin du centre-ville ». Elle « a eu le mérite de nous faire savoir que 340 personnes nous soutiennent concrètement, nous aideront à faire parler de nous et que ce sont des futurs donateurs avec qui on va pouvoir réaliser le projet », nous indique-t-il. Un projet qui n’est tout de même pas prêt à voir le jour tant que ses opposants ne sont pas prêts à fléchir dans leurs positions.

Les résultats non reconnus par la mairie et l’UCME

Le maire Michel Champredon, qui a tenté d’annuler la manifestation de l’AME, a prévenu qu’il ne reconnaîtra pas le vote. Même position pour l’UCME, qui avait appelé les musulmans à ne pas se rendre à la votation.

Joint au téléphone, Djamel Lekfir, son président, a estimé qu’une telle initiative de l’AME était « source de divisions ». Invité à commenter les résultats, il explique ne « pas être concerné ». N’aurait-il pas fallu accepter le débat afin que l’UCME puisse expliciter ses positions devant le plus grand nombre de musulmans possible ? Pour M. Lefkir, y participer n’aurait pas été productif pour « le rassemblement des musulmans ». Puisque la mairie a donné son accord pour la construction d’un lieu de culte musulman sur un terrain de 5 000 m², « une mosquée d’une telle ampleur doit se bâtir dans le rassemblement ».

Par ailleurs, « ils (l’AME, ndlr) ne nous ont jamais invités (à la votation), on ne s’est jamais concerté pour l’organiser ensemble, ils ont décidé seuls de la faire » en lançant « l’invitation sur Internet », affirme M. Lefkir.

Les deux associations affirment aujourd’hui avoir un projet solide et crédible auprès des 4 500 musulmans d’Evreux. Courtisés, ces derniers devront très vite devoir se prononcer massivement au risque de voir le projet couler à l’eau.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu