Connectez-vous S'inscrire






Politique

Municipales 2014 : l’abstention en force dans une France remuée par l'extrême droite

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 24 Mars 2014



Municipales 2014 : l’abstention en force dans une France remuée par l'extrême droite
Le 23 mars 2014, une date que n’oubliera pas de si tôt l’extrême droite française. « Un cru exceptionnel pour le FN », tels sont les premiers mots lâchés par Marine Le Pen à la tombée des premiers résultats du premier tour des élections municipales.

La présidente du Front national peut jubiler : dans plusieurs villes de France, le FN a obtenu de gros scores, souvent historiques, alors qu’il ne s’est présenté que dans moins de 600 villes. Sont notamment en tête le député Gilbert Collard à Saint-Gilles (42,57 %), David Rachline à Fréjus (40,4 %), Florian Philippot à Forbach (35,75 %) et Louis Alliot à Perpignan (34,2 %).

Plus fort encore, la ville d'Hénin-Beaumont est définitivement tombée sous la coupe du FN. Son secrétaire national, Steve Briois, a été élu dès le premier tour avec 50,26 % des votes. Robert Ménard, soutenu par le FN et le Bloc Identitaire, est tout proche d’une victoire en obtenant 44 % des voix à Béziers (Hérault), tandis que Jacques Bompart, ex-FN, reste maire d’Orange (Vaucluse).

Une claque pour la gauche prévisible

Le processus de normalisation de l'extrême droite continue son bout de chemin malgré les idées xénophobes prêchées sans retenue par ses partisans. Toutefois, la vague bleue n’est pas marine sur le plan national. Bien que gênée par les bons résultats du FN et les nombreuses triangulaires prévues le 30 mars, l’UMP affiche la tête des beaux jours. Selon les estimations quasi-définitives, elle a recueilli 46,5 % des suffrages en France contre 37,7 % pour la gauche.

Ainsi, les cadres de la droite ont été nombreux à avoir été (ré)élus dès le premier tour : Alain Juppé à Bordeaux (59,6 %), François Baroin à Troyes (62,5 %), Jean-François Copé à Meaux (64,3 %) ou encore Christian Jacob à Provins (73,3 %). La victoire de Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris sera difficile mais elle est tout de même arrivée en tête du premier tour avec 36 % des voix devant Anne Hidalgo. Le 16e arrondissement reste aux mains du député Claude Goasguen (63 %).

La percée historique de l’extrême droite et l'assise de l’UMP sont à la hauteur de la claque que s’est prise à ce scrutin la gauche, Parti socialiste d'abord qui a servi aux Français un très mauvais bilan depuis sa prise de pouvoir en 2012. A Marseille, deuxième ville de France, l’UMP sortante devance le FN qui devance lui-même le PS mené par un Patrick Mennucci qui n’a pas convaincu son propre camp. Le PS a été éliminé sans ménagement à Montreuil (Seine-Saint-Denis) en arrivant en 6e position (9,7 %) face à plusieurs listes de gauche et une de l'UMP/UDI.

Le premier parti de France : l'abstention

Au PS, la douche est froide face à l'ampleur du vote sanction. Les appels à mobilisation pour le second tour autour des listes de gauche n'ont pas tardé à être lancés par les responsables socialistes. Contre le FN, la gauche a servi son traditionnel message du « front républicain » à l’UMP. La droite s’y est refusée catégoriquement : Jean-François Copé dit non au désistement de ses listes et a appelé les électeurs du FN à reporter leur voix pour l’UMP.

La gauche, en très mauvaise posture, en appelle surtout aux abstentionnistes dont elle espère un sursaut. Selon le ministère de l’Intérieur, l’abstention s’est établie à 36 %. Dans de nombreuses villes de France, le chiffre dépasse les 50 %, voire les 60 %. Alors que les municipales mobilisent habituellement davantage d’électeurs que d'autres scrutins, le désintérêt pour le jeu politique, couplée à l'énorme déception suscitée par la gauche, se confirme. Il devrait se confirmer sans mal le 30 mars.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu