Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Coup d’envoi de la 13e édition de la Semaine de la solidarité internationale

Rédigé par Pauline Mouhanna | Lundi 15 Novembre 2010

Le festival Migrant’Scène a ouvert la Semaine de la solidarité internationale, qui se tient du 13 au 21 novembre prochain, un peu partout en France. Artistes, journalistes, migrants, responsables associatifs. Tous se sont réunis pour débattre et échanger autour de cette question : comment changer le regard porté sur les migrations ?



Concert de Phytsens Kambilo, samedi 13 novembre. La Semaine de la solidarité, ce sont 6 000 animations partout en France qui donnent à voir et à entendre pourquoi et comment des citoyens passent de l'indignation salutaire à l'engagement solidaire.
Concert de Phytsens Kambilo, samedi 13 novembre. La Semaine de la solidarité, ce sont 6 000 animations partout en France qui donnent à voir et à entendre pourquoi et comment des citoyens passent de l'indignation salutaire à l'engagement solidaire.
Véritable effervescence, samedi 13 novembre, au Divan du monde, dans la fameuse rue des Martyrs, dans le 18e arrondissement de Paris. C’est ici qu’a été lancée la 13e édition de la Semaine de la solidarité internationale.

Première étape : la conférence de presse. Les organisateurs lèvent le voile sur les objectifs de cet événement et sur les actions entreprises par les différents partenaires. Marie Mortier, coordinatrice de Migrant’Scène, explique que ce festival donne la parole aux migrants afin de déconstruire les préjugés : « Le but étant de dépasser le regard européen porté sur la migration et de traverser les frontières. »

L’originalité, cette année, c’est que Migrant’Scène* aura lieu non seulement en France mais aussi à Rabat (Maroc), à Niamey (Niger) et à Bamako (Mali). Il prendra des formes différentes selon les villes et les régions. Ainsi, des expos, créations sonores, concerts, projections sont organisés en présence d’acteurs associatifs venus exprès du Mali, de Mauritanie et du Niger…

Outre cette programmation riche, la Semaine est aussi une occasion incontournable pour débattre autour de la notion de solidarité. Bernard Salamand, président du CRID (Centre de recherche et d’information pour le développement) note que, du 13 au 21 novembre, « il s’agit, de mettre non seulement en action, mais aussi en mots la solidarité internationale ».

De g. à dr. : Marie-Dominique Aguillon, de la commission Solidarités internationales de la CIMADE ; Marie Mortier, coordinatrice du festival Migrant’Scène ; Bernard Salamand, président du CRID, pour la Semaine de la solidarité internationale.
De g. à dr. : Marie-Dominique Aguillon, de la commission Solidarités internationales de la CIMADE ; Marie Mortier, coordinatrice du festival Migrant’Scène ; Bernard Salamand, président du CRID, pour la Semaine de la solidarité internationale.
Promesse tenue. Hier, à la suite de la conférence, un débat a été proposé par la CIMADE (Association de solidarité avec les migrants). Le public, divers et varié, a plongé en Afrique de l’Ouest et au Sahel, pour comprendre les logiques qui sous-tendent les migrations dans cette région du monde.

L’occasion aussi de découvrir les rapports géopolitiques entre ces pays et l’Union européenne. Laura, participante, constate avec surprise que les idées véhiculées sur la migration sont souvent erronées. « On nous présente souvent la migration comme étant économique. Elle concernerait ainsi strictement les migrants qui partent des pays pauvres vers les pays riches.

Or 90 % des migrations en Afrique de l’Ouest sont internes au continent. »
Si les politiques migratoires européennes devaient au départ interdire les migrants de pénétrer sur le Vieux Continent, elles les empêchent aujourd’hui de quitter leur propre pays, grâce à un arsenal de politiques répressives. « Au nom de la protection des frontières, des migrants sont arrêtés, en Mauritanie, en Lybie, ou dans d’autres pays, en dehors de tout cadre légal », note Jérôme Martinez, secrétaire général de la CIMADE.

Les témoignages sont souvent effroyables, à l’instar de ceux qui ont été lus par Ibro, acteur guinéen, durant le débat. Le public, ému, a découvert deux histoires de migrants détenus dans des conditions désastreuses.

Heureusement, un concert a suivi le débat, redonnant le sourire aux participants. Phytsens Kambilo, auteur-compositeur et interprète, a transporté la foule grâce à sa musique afro-métissée. Guitare à la main, l’artiste, lui-même immigré, se sert de son talent pour raconter surtout la vie, l’amour et l’ouverture sur les autres. De quoi donner de la force et de la joie pour développer une solidarité sans frontières.


Programme de la Semaine de la solidarité internationale, du 13 au 21 novembre : www.lasemaine.org
Programme du festival Migrants Scène, du 12 au 28 novembre : www.migrantscene.org





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu