Connectez-vous S'inscrire






Société

348 millions d'euros dépensés pour 29 000 expulsions de sans-papiers : un sacré pactole

Rédigé par Leïla Belghiti | Jeudi 14 Janvier 2010

Les expulsions de sans-papiers sont-elles bénéfiques à la France ? Éric Besson s'est-il posé la question ? Sans aucun doute. Toujours est-il que le ministre de l'Immigration avance fièrement son résultat : 29 000 expulsions du territoire durant l'année 2009.



348 millions d'euros dépensés pour 29 000 expulsions de sans-papiers : un sacré pactole
Chaque lundi soir, ce sont une soixantaine de personnes de toutes origines confondues qui se donnent rendez-vous dans un petit local d'un quartier lillois. Une cafetière pour se réchauffer, des tables, des chaises et, au fond, un petit bureau réservé à la permanence. Depuis plus de dix ans qu'il existe, le Comité des sans-papiers du Nord n'a pas le temps de chômer. Le lundi soir, c'est l'heure des bonnes et des mauvaises nouvelles. On se réjouit de la manifestation de la veille, on pleure l'expulsion du territoire français d'un « camarade ».

Ce soir-là, Kamel, 34 ans, animateur social dans la métropole lilloise, rentre dans la salle bondée les yeux en larmes. Un spectacle ordinaire pour les habitués du comité. Direction, le bureau des permanences, où il raconte sa mésaventure à une assistante sociale : son meilleur ami, un « clandestin », est en garde à vue à la PAF (Police aux frontières). Un jeune Marocain pour qui la vie ne lui sourit pas toujours. La trentaine, en instance de divorce, sa carte de séjour périmée, sans domicile fixe, il a trouvé refuge chez ce « frère ». « Ce ne sont pas des larmes de tristesse, mais de rage », nous confie le jeune homme, prêt à « aller jusqu'au bout dans la défense des sans-papiers ».

Karim, Marianne l'a vu naître sur son sol. « Je suis Français et n'ai jamais connu la galère des sans-papiers, mais j'ai horreur de l'injustice », poursuit le travailleur social, déplorant les conditions de vie « misérables » des sans-papiers en France et les exploitations dont ils sont victimes sur le champ de travail. « Il était plus diplômé qu'un Français ordinaire et travaillait, sous-payé, à des tâches ménagères ou autres », raconte Karim au sujet de son « frère ».

Les médias, si les sans-papiers en sont parfois gourmands, ils en ont souvent par-dessus la tête. Abdel s'échauffe : « Les médias s'en fichent de nous en réalité, tout ce qu'il leur importe, c'est le fric », puis entamant quelques bribes de son histoire personnelle, il conclut en disant : « Vous savez, si vous sortez un film de ma vie, vous dépasserez les millions d'entrée au Titanic ». « Ce qu'on veut, nous, c'est du résultat, on veut voir moins d'expulsions », renchérit un « camarade ».

Le prix à payer des expulsions

Du résultat, c'est justement ce qu'avait demandé le président Sarkozy à son ministre de l'Immigration Éric Besson. Le chef de l'État avait fixé 27 000. Besson a dépassé l'objectif. Avec quelque 29 000 expulsions de sans-papiers en 2009, le ministre de l'Immigration reste dans la moyenne lancée par son prédécesseur Brice Hortefeux (29 799 expulsions en 2008).

« Ces expulsions se font souvent en violation des droits des migrants. Contrôles au faciès, séparation des parents et des enfants, renvoi de personnes vers des pays où ils n’ont plus aucune attache, ou des pays où leur sécurité est en péril », dénonce l'Association des travailleurs maghrébins dans un communiqué.

Selon un rapport de l'Assemblée nationale, les plus concernés sont les Roumains (4 346 au premier semestre 2009), puis les Algériens (1 552), suivis des Marocains (1 550). 12 Afghans ont été reconduits à leur pays d'origine.

Le nombre de placements en rétention est en constante augmentation, tout comme le nombre de centres de rétention administrative (CRA), passé de 24 en 2007 à 26 aujourd'hui.

Entre l'hébergement, les billets d'avion (pour les détenus et les policiers qui les accompagnent), le budget alloué aux autorités policières, une expulsion coûte en moyenne 12 000 € à l'État, selon les sources officielles, soit la coquette somme estimée de 348 millions d'euros au total pour les 29 000 expulsions de l'année 2009.

De quoi financer l'aide au logement de milliers de sans-abri , des revenus de substitution pour les 7 millions de pauvres en France ou le fonctionnement des hôpitaux publics.

Les migrants ont besoin de la France, et la France...

... a besoin des migrants. La politique du chiffre prendrait le dessus sur la réalité économique et démographique de l'Hexagone, si l'on en croit un rapport du Centre d'analyse stratégique du gouvernement, commandé par le premier ministre et publié en mai 2006.

« Sous l’effet du vieillissement et en dépit d’une reprise de la fécondité, la population active devrait diminuer à partir de 2010 ou 2015 », analyse le rapport. Selon les prévisions, 2010 est l'année à partir de laquelle la population active devrait commencer à baisser. La solution ? Un flux migratoire plus important pour « stabiliser la taille de la population en âge d'être active ».

Quelques années plus tôt, en mars 2000, un autre rapport, de l'ONU cette fois, Migrations de remplacement: une solution aux populations en déclin et vieillissantes, établissait le même constat : pour pallier la diminution du rapport actifs et inactifs, qui passerait de plus de 4 actifs pour 1 inactif à 2 pour 1 d'ici à 2050, la France aurait alors besoin de 760 000 immigrés par an.

Selon certains analystes, la politique française actuelle de l'immigration liée à l'objectif de quotas d'expulsions à tout crin répondrait à une crise identitaire profonde, qui colle à la France comme à d'autres voisins européens. Une crise sans doute rentable pour les discours électoralistes de certains partis politiques. Il faudra, tout de même, bien un jour se rendre à l'évidence...


Lire aussi :
Ô France, que serais-tu sans immigrés ?
« La faim est un scandale politique, elle n’est pas une fatalité, on sait comment la vaincre »
La police prise en flagrant délit de « faciès »
Tout ce que vous voulez savoir sur les immigrés est sur le Net





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu