Connectez-vous S'inscrire






Religions

Rencontres islamo-chrétiennes : un espace pour la réflexion, le partage et l’espérance

Rédigé par Abdelkader Al Andalussy Oukrid | Lundi 14 Novembre 2016

Bien que les temps forts de la Semaine de rencontres islamo-chrétiennes se déroulent du 12 au 20 novembre, la 16e édition de la SERIC, à l’initiative du Groupe d’amitié islamo-chrétienne, a bel et bien commencé depuis le 30 octobre et s’étend jusqu’au 3 décembre. En cette fin d’année, elle se conjugue à point nommé avec le 30e anniversaire du Rassemblement à Assise, la clôture du centenaire de la mort de Charles de Foucauld et celle de l’année jubilaire de la Miséricorde. Conférences, cafés-débats, concerts et repas partagés interreligieux sont au programme.



« Partage et spiritualité : goutez le bonheur des Artisans de paix » est l’un des événements organisés dans le cadre de la 16e Semaine de rencontres islamo-chrétiennes. Juifs, chrétiens, musulmans et bouddhistes se réunissent pour une rencontre interreligieuse de prières pour la paix mardi 15 novembre, à la Maison soufie, qui vient juste d’être inaugurée en octobre dernier.
« Partage et spiritualité : goutez le bonheur des Artisans de paix » est l’un des événements organisés dans le cadre de la 16e Semaine de rencontres islamo-chrétiennes. Juifs, chrétiens, musulmans et bouddhistes se réunissent pour une rencontre interreligieuse de prières pour la paix mardi 15 novembre, à la Maison soufie, qui vient juste d’être inaugurée en octobre dernier.
Il y a un temps pour toute chose, et n’est-il pas temps à présent de cheminer sur le champ de l’entreconnaissance, de l’estime de l’humain en tant que tel car son humanité intrinsèque l’exige, du respect de sa dignité comme une essence inhérente à son existence même ?

Paradoxalement, l’état de crispation sociale, est de tout autre augure. La situation délétère et incandescente dans le monde, presque en tout lieu, ne laisse nulle place à l’illusion sur une réalité prégnante. Alors il nous reste à ménager des espaces de réflexion et d’échanges fructueux, à revivifier notre capacité à dialoguer pour réduire les clivages et les failles qui ne sont en rien une fatalité, à resserrer les interstices qui s’insinuent entre les cœurs.

C’est cela l’espérance, qui est la caractéristique primordiale de l’humain, et qu’il serait bon de s’atteler à préserver avec clairvoyance et discernement.

Groupe d’amitié islamo-chrétienne : dialogue et respect

Pour le Groupe d’amitié islamo-chrétienne (GAIC), la médiation est une composante essentielle du chemin des hommes et des femmes qui ont choisi la voie du « mieux vivre ensemble » dans l’harmonie, la cohésion citoyenne, la justice et la paix.

Les religions, vecteurs de paix et de compassion, espaces de contemplation et de transcendance, sont instrumentalisées à des fins d’endoctrinement, de pouvoir et d’obscurantisme. Elles sont dès lors réduites au statut exigu de prétexte.

La paix, pourtant essence naturelle, n’est plus qu’évanescente. Le désenchantement qui s’ensuit en est une conséquence logique. Le renfermement et le repli des églises et des mosquées n’en est que la moindre des manifestations, la pire est indicible.

Les crispations identitaires et la dureté qui occupent le champ sociétal, en lieu et place du dialogue et du partage, mettent chrétiens et musulmans devant leurs responsabilités, celles de persévérer dans la voie de la paix, de fructifier les ressources éthiques intrinsèques à leur religion et de continuer à progresser ensemble.

Le GAIC s’est donné pour mission de cheminer dans cette voie, de contribuer à clarifier et à dénouer les confusions et de favoriser une meilleure connaissance mutuelle entre chrétiens et musulmans, ainsi que les croyants d’autres religions ou voies spirituelles, et tout naturellement les non-croyants, partageant avec tous une citoyenneté apaisée, respectant le principe d’une laïcité ouverte.

SERIC : 15 ans d’approche humaniste du lien social

Ces visions constructives et optimistes de l’avenir, qui représentent pour nous un bien précieux, sont aussi les espoirs et les enjeux de la Semaine de rencontres islamo-chrétiennes (SERIC), instaurée en 2001 par des chrétiens et des musulmans engagés au sein du GAIC et convaincus de la nécessité de proposer une approche humaniste du lien social. Elle est ouverte à tous, croyants et non-croyants, à tous ceux qui veulent agir pour la justice et la paix au sein de la famille, dans le quartier, à l’école, au lycée, sur le lieu de travail, dans la ville…

Elle tient son essor de la volonté de citoyens chrétiens et musulmans mus par un désir de rencontre. Ils choisissent les thèmes et les modalités des manifestations qu’ils proposent dans leur ville : thèmes religieux et spirituels, sujets de société, rencontres culturelles et conviviales, opérations « Portes ouvertes réciproques », conférences-débats, tables rondes, actions communes de solidarité… faisant de ces moments un temps de bonté et d’élévation.

La Semaine de rencontres islamo-chrétiennes suscite ainsi chaque année, en novembre et en décembre, plusieurs dizaines d’animations et d’actions culturelles, en France et dans d’autres pays européens, plus particulièrement en Belgique. Comme l’affirment Béatrix Dagras, coordinatrice de la SERIC, et Haydar Demiryurek, coprésident du GAIC : « Ne tombons pas dans le piège de la division et continuons à expliquer et à agir. » Le bilan de la SERIC 2015 est bien encourageant : 76 rencontres ouvertes à tout public, sans distinction de conviction ou d’opinion : 9 à Paris, 16 en Ile-de-France et 51 en Province.

La tenue de la nouvelle édition SERIC 2016 est de première importance dans le contexte actuel (un an après les événements du 13 novembre, les attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray, la situation internationale…) et son lot d’amalgames et de confusions. Autant d’actes odieux et de drames irrémédiables, si ce n’était la capacité de chacun à la résilience et notre persévérance à tous à la résistance. Ne sommes-nous pas en année de la Miséricorde ? La miséricorde est aussi synonyme d’amour et de cohésion.

La dignité de l’Autre

Se pose ainsi, avec toute sa pertinence et sa plénitude, la question de la perception de l’humanité de l’autre et de sa dignité. Le respect de la dignité de tout être humain demeure le dernier rempart devant les dérives sectaires et l’instrumentalisation de principes nobles, tout en étant constitutif d’un enrichissement mutuel, dans la convivialité et la joie.

C’est dans cette perspective que l’un des moments marquants de cette 16e édition de la SERIC se déroulera, samedi 26 novembre, à l’Institut catholique de Paris, un colloque sur le thème de « La dignité de l’Autre ». Au programme : deux tables rondes « Reconnaissance et respect de la dignité de l’autre : ressources offertes par nos traditions spirituelles respectives » et « Deux figures historiques incarnant concrètement ce respect de la dignité de l’autre : Christian de Chergé et l’émir Abdelkader », suivies d’ateliers et d’une table ronde en session plénière.

Autres moments forts de cette édition 2016 de la SERIC, le Groupe d’amitié islamo-chrétienne de Châtenay-Malabry et l’Institut Andalus de Châtenay-Malabry fêteront cette année le cinquième anniversaire de la quinzaine « Al Andalus, rencontre des cultures » et organisent deux évènements (27 novembre et 3 décembre) sous le thème : « Les manifestation de l’amour dans nos traditions, le chant andalou à la rencontre du fado et du flamenco ».

L’écologie, le vivre-ensemble, la laïcité, les Écritures, l’intergénérationnel, la sociologie du djihadisme… sont d’autres thèmes abordés dans les différentes manifestations organisées en régions (Lyon, Marseille, Saint-Étienne, Gap, Cenon, Rixheim, Toulon, Maubeuge, Nevers, Soissons…). On pourra assister à un concours d’éloquence ouvert aux jeunes à Cannes (les 19 et 20 novembre), participer à une cueillette interreligieuse des olives à Cotignac (le 26 novembre) réunissant chrétiens, juifs, musulmans, bouddhistes et agnostiques. En Belgique, l’association El Kalima, centre chrétien pour les relations avec l’islam, invite au théâtre avec la pièce « Charles de Foucauld : frère universel » (20 novembre) et au concert « Fraternité en chœurs » (27 novembre).

Programme complet de la SERIC 2016 ici

****
Abdelkader Al Andalussy Oukrid, professeur, chercheur en mathématiques et en éthique, traducteur, administrateur du Groupe d’amitié islamo-chrétienne (GAIC).






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu