Connectez-vous S'inscrire






Ramadan

Ramadan 2013 : le CFCM dans son rôle

Rédigé par Amara Bamba et Assmaâ Rakho-Mom | Lundi 17 Juin 2013

En choisissant le calcul scientifique pour fixer le début et la fin du Ramadan, le CFCM s’affirme. Il s’inscrit dans la modernité et, par la même occasion, libère les musulmans de France d’une polémique devenue traditionnelle. Cette année, deux mois avant le début du Ramadan, chacun sait que le jeûne commence le 9 juillet, que l’Aïd a lieu le 8 août. Et ce n’est pas plus mal, même si cela ne plaît pas à tous.



Selon le sondage Saphirnews lancé en août 2012 auprès de 1 008 internautes, 26,3 % des sondés suivent les calculs astronomiques mais préfèrent attendre la confirmation des autorités officielles de l'islam s'agissant de l'annonce de l'Aïd. Cette année, l'Aïd al-Fitr est annoncé pour le 8 août 2013.
Selon le sondage Saphirnews lancé en août 2012 auprès de 1 008 internautes, 26,3 % des sondés suivent les calculs astronomiques mais préfèrent attendre la confirmation des autorités officielles de l'islam s'agissant de l'annonce de l'Aïd. Cette année, l'Aïd al-Fitr est annoncé pour le 8 août 2013.
Le 9 mai dernier, les fédérations du Conseil français du culte musulman (CFCM) se retrouvaient à Paris avec des spécialistes des données astronomiques « pour finaliser la mise en place d’un calendrier lunaire fondé sur le calcul et conforme aux principes et aux finalités du droit musulman ». Ce beau monde annonce, dans un communiqué, que « le 1er Ramadan 1434 correspondrait au 9 juillet 2013 et le 1er Chawal 1434, marquant la fête de l’Aïd al-Fitr, au 8 août 2013 ». Pour le musulman de France, la décision est historique. Elle met fin à une parodie grotesque.

En effet, chaque année, des protagonistes aux idées souvent bien arrêtées, tenaient conciliabule pour s’entendre sur le début du mois de Ramadan en France. À ce jeu, la Grande Mosquée de Paris a longtemps tenu le rôle de maître de cérémonie avant d’être détrônée par le CFCM, sans toutefois lui céder la totalité du « privilège » espéré de cette comédie. Mais, malgré ces réunions de veille de Ramadan, les fidèles jeûnaient parfois ensemble, mais généralement en rangs dispersés. Un petit goût de folklore exotique qui ne manque pas de charme aux yeux de certains leaders.

Ces causeries de veille de Ramadan, un véritable marronnier, suivaient un script connu d’avance avec une délicieuse polémique sans fond pour pimenter l’événement. Et, tant qu’à faire, une gentille conférence de presse offrait l’occasion d’animer un ballet des egos. La presse était contente : elle avait son annonce officielle et des annonces parallèles bien remontées comme il se doit quand il s’agit du fait musulman. Que du plaisir donc !

En mettant fin à ce désordre, la décision du CFCM ne fait donc pas l’affaire de tous. Elle surprend ceux qui – et nous sommes nombreux – n’attendaient plus rien de ce Conseil et avions fini par le classer soumis à des agendas de chancelleries étrangères parmi les « rejetons de la médiacratie sarkoziste » . Une surprise agréable qui apporte quelques espoirs quant à l’avenir de l’institution. Avec un peu de bonne foi, ceux-là finissent par reconnaître que la décision du CFCM ne manque pas de panache. Non seulement elle porte clairement sur une question de culte, mais elle contredit notre dénonciation d’un CFCM.

Si le CFCM a pu résoudre cette question sensible de manière aussi claire, peut-être aura-t-elle les reins pour s’attaquer à l’organisation du Hajj, le pèlerinage à La Mecque ? Peut-être a-t-il seulement besoin de temps pour mettre de l’ordre dans la question du halal ? Ou, soyons fous, peut-être saura-t-il doter la France d’un institut capable de former des imams de France en France ? Bref, nombre d’espoirs sont permis tant, comparé à ses dix années de somnolence, la décision du CFCM paraît révolutionnaire ! Mais la réalité nous rattrape assez vite, car le choix du CFCM ne fait pas l’unanimité en son sein.

Les frondes anti-calculs scientifiques

Une fronde vient du côté de l’UAM93 (Union des associations musulmanes du 93), une association très active et connue pour son autonomie et son implication dans des engagements citoyens. L’UAM93 s’indigne de la décision du CFCM parce qu’elle y voit une « innovation religieuse intolérable ». Un vocable classique des mouvements traditionalistes de l’islam, qui mettent un point d’honneur à n’apporter aucune « innovation » à la pratique du Prophète et de ses compagnons.

En porte-parole inattendu d’une tendance qu’on ne lui savait pas jusqu’alors, l’UAM93 estime que la détermination du début du Ramadan « ne peut résulter que d’une constatation visuelle de la nouvelle lune ». Pour M’Hammed Henniche, secrétaire général de l’UAM93, « il y a un certain charme de ne pas savoir jusqu’à la veille » du Ramadan. Il juge que le CFCM se trompe de priorité, car la question du début du Ramadan « n’est pas une demande des musulmans mais de l’administration », et serait donc « très mal perçue parce que les gens aiment cette tradition ».

Une autre fronde vient du cheikh Khalil Merroun, recteur de la Grande Mosquée d’Évry-Courcouronnes. Une mosquée de la banlieue parisienne que cet homme de terrain a su poser comme l’une des références médiatiques des plus significatives sur le fait musulman en France. Très impliqué au CFCM depuis les débuts, le cheikh au parler direct exprime des doutes sur la décision du CFCM : « Si ce n’est pas une hérésie, ça y ressemble beaucoup », dit-il. Le bûcher n’est donc pas loin ! « Ce n’est pas un jour qui va changer quoi que ce soit aux vacances, au calendrier des examens ou à l’organisation des abattoirs. Et puis l’organisation des abattoirs est-elle plus importante que la tradition prophétique et le charme lié au suspens de la nuit du Doute ? Il semblerait que oui, selon le CFCM », explique-t-il.

Des polémiques qui ne datent pas d’aujourd’hui

En définitive, le CFCM n’a pas évité la polémique du Ramadan avec le calcul scientifique ; il l’a simplement avancée de deux mois cette année. L’avenir dira si la mesure sera appliquée par le citoyen, musulman ou non. Pour l’heure, il est permis de spéculer sur l’argumentaire de l’UAM93 et du cheikh Merroun qui ont en commun de minimiser la portée de la polémique qui entache, depuis longtemps, le début du Ramadan en France.

Une dizaine d’années plus tôt, le CFCM est encore en gestation lorsqu’en novembre 2002, à la veille du Ramadan, Khalil Merroun déclarait à Saphirnews qu’en France, « à défaut de Khalif qualifié, les dirigeants se doivent de privilégier le travail collégial ». Il insistait sur l’unité nécessaire : « Nous devons rester fidèles à la tradition du Prophète en évitant toute polémique. L’unité de la communauté l’emporte sur toute confrontation polémique. » Une belle intention restée sans suite.

Car, deux ans plus tard, en novembre 2004, le CFCM est trop jeune et trop divisé pour fixer un cap. Mais le cheikh d’Évry est resté fidèle à lui-même. Dans sa mosquée, il organise l’Aïd
Al-Fitr sur deux jours distincts
; une prière de l’Aïd un jour, puis, une nouvelle prière de l’Aïd le lendemain ! Pour justifier ce choix inhabituel, il nous avait reçus : « Je ne suis pas un déserteur. J’ai ouvert la mosquée le samedi pour ceux qui voulaient célébrer l’Aïd. Et j’ai fait le plein. Il y avait près de 8 000 personnes. (…) Vous m’imaginez fermer la porte de la mosquée au nez de 8 000 musulmans qui sont partis de chez eux pour venir prier ? (…) Aujourd’hui (dimanche, ndlr) nous avons accueilli environ 3 000 personnes. »

Le Pr Muhammad Hamidullah, un précurseur

S’il faut tant de pragmatisme pour gérer leur division à l’occasion d’une fête commune, c’est que la désunion est bien ancrée dans les esprits des musulmans en France. Ce dossier relève effectivement des prérogatives du CFCM, qui, cette fois, a eu l’intelligence de s’affranchir des nationalismes et des dogmatismes pour s’en remettre aux experts en calcul scientifique.

C’est la méthode que proposait le Pr Muhammad Hamidullah. Car, au-delà du maquillage religieux et doctrinal, il s’agit, en pratique, d’une simple question de calendriologie : quelle date du calendrier grégorien correspond au 1er Ramadan du calendrier hégirien ?

Muhammad Hamidullah, chercheur au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) a voulu mettre tout le monde d’accord en produisant un outil de référence. Formé aux sciences islamiques à Hyderabad (Jamia Nizamia puis Osmania University), auteur de deux thèses de doctorat (Université de Bonn puis Sorbonne), Hamidullah se définit lui-même comme « un musulman sunnite intéressé par les questions scientifiques ». Sa traduction du Coran en français, en 1959, le place parmi les leaders intellectuels musulmans de l’époque.

Le 11 février 1969, il écrit au directeur général du CNRS : « J’aimerais bien que le CNRS veuille me procurer un collaborateur spécialisé dans l’astronomie pour préparer une nouvelle et correcte concordance des ères hégirienne et grégorienne (…). Je ne demande ni crédit, ni création de poste de technicien mais seulement qu’un chercheur astronome, s’intéressant au problème des calendriers, collabore avec moi, à titre du travail d’équipe (…) pour mener à bien ce travail important qui veut corriger les erreurs datant de 300 ans et plus. »

M. Hamidullah n’aura pas gain de cause. Régulièrement, jusqu’à sa retraite du CNRS, il renouvelle sa demande en vain. Il aura fallu plus de 40 ans que son vœu soit réalisé ! Le mérite en revient au CFCM qui ne fait pas l’unanimité.

Quelle est l’ampleur véritable de l’opposition ? Quelle portée auront les voix de l’UAM93 et du cheikh Merroun qui ne manquent pas d’autorités auprès des musulmans ? Difficile à prévoir dans une situation aussi originale. Les réponses viendront des fidèles ; bientôt, le 9 juillet 2013 annoncé comme le 1er Ramadan 1434H.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu