Connectez-vous S'inscrire






Religions

La foi des jeunes au cœur du 3e forum islamo-chrétien

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Mercredi 27 Novembre 2013

Des responsables chrétiens et musulmans se réunissent pour la troisième année consécutive à Lyon, à l'occasion d'un forum islamo-chrétien à la dimension nationale. Rassemblés du vendredi 28 novembre au dimanche 1er décembre, ils débattront autour du thème de « la transmission de la foi ». Une occasion pour ces religieux de se concentrer sur la jeunesse qui incarne l'avenir.



Le 2e forum islamo-chrétien les 1er et 2 décembre 2012, à Lyon.
Le 2e forum islamo-chrétien les 1er et 2 décembre 2012, à Lyon.
Le recteur de la mosquée de Villeurbanne, Azzedine Gaci, et le délégué épiscopal pour les relations avec les musulmans dans le diocèse de Lyon, Vincent Feroldi, organisent ensemble le 3e forum islamo-chrétien. Cette rencontre se déroulera du vendredi 28 novembre au dimanche 1er décembre. Comme les deux années précédentes, une cinquantaine de responsables religieux – moitié chrétiens, moitié musulmans – sont attendus.

Côté musulman, Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Ghaleb Bencheikh, le président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, ou encore Tareq Oubrou, le recteur de la mosquée de Bordeaux participeront au forum. Côté chrétien, Christophe Roucou, directeur du Service national pour les relations avec l’islam (SRI) de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Dubost, le président du Conseil épiscopal pour les relations interreligieuses et Christian Delorme, prêtre du diocèse de Lyon, feront aussi le déplacement.

Tous viennent sans « représenter leur association » ou institution, tient à nous préciser Azzedine Gaci : ils sont invités « pour leur compétence et leur implication dans le dialogue islamo-chrétien ».

Des « cybers-fatwas » en développement

Cette année, ces différentes personnalités seront amenées à discuter sur le thème de « la transmission de la foi ». « C'est une question qui se pose à la fois pour les musulmans et pour les chrétiens. Il s'agit de se demander comment les jeunes arrivent à trouver des réponses à leurs questions. Quels sont leurs repères, leurs références ? Comment acquièrent-ils les informations autour de la foi », explique M. Gaci.

« Cela tourne autour de quatre paramètres : la famille, l'école, les mosquées ou écoles coraniques et la société », poursuit-il. Chez les jeunes, ce dernier paramètre semble prendre une place considérable, notamment avec Internet, remarque-t-il. « Quand un jeune a une question et est en demande de fatwas, il pianote sur son clavier au lieu d'aller voir l'imam de la mosquée la plus proche de chez lui », regrette-t-il, en déplorant le « développement des cyber-fatwas » qui « fleurissent sur le Net ».

Les jeunes n'hésitent pas à utiliser ces fatwas « sans les contextualiser » alors qu'une « fatwa doit tenir compte du contexte dans lequel on vit », fait part le recteur de la mosquée de Villeurbanne. « L'autre réflexe » pour obtenir un avis juridique est de prendre son téléphone et d'appeler à l'étranger, poursuit-il, en notant que, là encore, les jeunes vont avoir affaire à des « muftis », qui n'ont aucune connaissance du contexte français. Résultat : « les jeunes sont un peu perdus », d'où la nécessité, selon lui, de s'attarder sur un thème comme la transmission de la foi.

La jeunesse au cœur des débats

Au centre des discussions de ce 3e forum islamo-chrétien, les jeunes interviendront également dans les débats. Samedi après-midi, la séquence vidéo d'un micro-trottoir montrant des jeunes interrogés sur leur manière d'apprendre leur religion sera projetée. Dans un second temps, quatre jeunes – deux musulmans et deux chrétiens – discuteront entre eux avant de faire face aux interrogations des responsables religieux.

L'idée de donner la parole à la jeune génération et de développer leur relation interreligieuse est salutaire à l'heure où la société est marquée par un essor des discours extrémistes. Ce climat risque de s'accroître à l'approche des élections municipales et européennes, selon Azzedine Gaci, même si, l'an dernier déjà, le thème des « tentations extrémistes » s'était imposé.

« Il y a un discours haineux qui se développe chez certains politiques, des discours radicaux chez certains musulmans et des discours intégristes chez certains chrétiens », déplore-t-il. Le forum interreligieux sera une nouvelle fois l'occasion d'« appeler les uns et les autres à la retenue ».

Un forum islamo-chrétien à Paris

Plus que des paroles, ce 3e forum a la prétention de déboucher sur des actions concrètes. « C'est l'idée de la matinée de dimanche », annonce M. Gaci. Elle devrait aboutir à la rédaction d'une « lettre ouverte aux jeunes » dans laquelle seront exposées des propositions concrètes.

Après une première édition plutôt générale abordant plusieurs sujets à la fois et une deuxième rencontre ayant abouti à une déclaration symbolique contre les extrémismes, les responsables du 3e forum islamo-chrétien comptent avoir une portée plus forte sur la société.

Cette toute jeune initiative pourrait à l'avenir être déplacée dans d'autres grandes villes comme « Paris ou Marseille », nous livre Azzedine Gaci. Cette aventure interreligieuse en faveur du vivre-ensemble est loin d'être terminée.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu