Connectez-vous S'inscrire






Livres

La Marche, de Christian Delorme

Reçu à Saphirnews

Rédigé par La Rédaction | Mardi 19 Novembre 2013



Présentation de l'éditeur

La « Marche des Beurs »
Durant l’été 1981, Christian Delorme mène une grève de la faim d’un mois qui aboutira à l’arrêt des expulsions des jeunes immigrés. Quelque temps plus tard, lors de « l’été meurtrier » de 1983 (émeutes, descentes de police, mort de Toufik, un enfant de neuf ans), il a l’idée d’organiser, avec les jeunes immigrés des Minguettes, un quartier de Lyon, une grande marche, inspirée de celles de Martin Luther King.
De 32 marcheurs partis de Marseille le 15 octobre 1983 , ils sont 100 000 à Paris le 3 décembre. C’est la première fois dans leur histoire que des jeunes issus de l’immigration s’affirment comme acteurs citoyens et revendiquent des droits spécifiques.

Un engagement contre le racisme
Christian Delorme raconte pour la première fois cette incroyable épopée et réaffirme son engagement contre tous les racismes. Il évoque le contexte politique et social dans lequel est née cette Marche et s’interroge sur celui d’aujourd’hui, où de nouvelles questions apparaissent : l’islamophobie, l’homophobie…
Trente ans après, où en sommes-nous ? Pour lui, nous n’avons pas fini de marcher pour l’égalité.

L'auteur

Christian Delorme est prêtre. Il est né à Lyon en 1950. Surnommé « le curé des Minguettes», il a initié la Marche pour l’égalité des droits et contre le racisme en 1983. Il continue à travailler pour le dialogue islamo-chrétien et la défense des droits des immigrés. Depuis septembre 2007, il est curé de deux paroisses de la banlieue lyonnaise.

Il a publié plusieurs ouvrages, notamment chez Bayard , L’Islam que j’aime, L’Islam qui m’inquiète.

Extraits de l'ouvrage (p. 196-197 et p. 200)

Pour guérir de ce fonctionnement maladif, la société française a besoin de relire sereinement son histoire. Elle a besoin de réaliser que son histoire coloniale a créé un type de rapport avec les populations originaires du Maghreb et de l’Afrique noire (et aussi des Antilles !) qui n’est pas un rapport d’égalité.

Elle a besoin de réajuster son regard sur tout ce monde de l’Afrique ou issu de l’Afrique. Besoin d’apprendre à ne pas avoir peur. Besoin d’apprendre à estimer. Besoin de chercher à connaître et à aimer le patrimoine culturel et historique de ces autres groupes humains. Besoin d’apprendre à créer des liens de fraternité.

Nous ne construirons pas l’avenir dans la méfiance. Nous ne construirons pas notre avenir en opposant laïcité et islam, christianisme et islam, Europe et Maghreb, Occident et Orient… Demain ne peut se bâtir que si laïcité et islam, christianisme et islam, Europe et Maghreb, Occident et Orient parviennent à se conjuguer.

[...] En raison de l’existence de dizaines et de dizaines de milliers de femmes et d’hommes qui courageusement, opiniâtrement, souvent silencieusement, font malgré tout leur chemin et leur place dans la société française, je reste d’une confiance totale quant à l’avenir. Je sais que l’immense majorité des hommes et des femmes issues des immigrations postcoloniales, malgré les discriminations, malgré les manques d’amour, aiment la France, aiment les autres Français, et désirent participer à l’embellissement de notre pays, à sa prospérité, à son bonheur.

Christian Delorme, La Marche. La vraie histoire qui a inspiré le film, Ed. Bayard, novembre 2013, 250 p., 16 €.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu