Connectez-vous S'inscrire






Religions

La Grande Mosquée de Paris s’offre un nouveau lieu de culte

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Jeudi 25 Avril 2013

Le projet de l’Institut des cultures d’islam (ICI) en plein quartier de la Goutte d’Or, dans le 18e arrondissement de Paris, avance. La municipalité a approuvé, à l'issue du conseil municipal du lundi 22 avril, la conclusion d’un bail emphytéotique avec la Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam, l'association cultuelle dépendant de la Grande Mosquée de Paris. Elle devient ainsi propriétaire d’un des deux lieux de culte que le projet comporte.



Le projet de l'Institut des cultures d'islam (ICI), rue Stephenson.
Le projet de l'Institut des cultures d'islam (ICI), rue Stephenson.
Avec l’Institut des cultures d’islam (ICI), implanté depuis 2006 en plein cœur de la Goutte d’Or, Paris a témoigné de son envie de mettre en lumière la diversité des cultures d’islam.

Très rapidement, la municipalité a annoncé son intention de lancer la construction de nouveaux locaux pour l'ICI, qui accueilleront aussi des espaces de prières. Le but affiché : lutter contre les prières de rue dues à l'insuffisance de lieux de culte dans ce quartier du 18e arrondissement où vit une importante communauté musulmane.

Ce projet s’étend sur deux sites, le site Polonceau (53-55 rue Polonceau) et le site Stephenson (56 rue Stephenson), avec pour chacun le « même noyau de référence, à savoir "culturel/formation recherche/cultuel" », indique la mairie de Paris.

Laïcité oblige, les salles dédiées aux cultes seront vendues à des associations musulmanes. Lors du conseil municipal du lundi 22 avril, l’attribution de l’espace cultuel de la rue Stephenson à la Grande Mosquée de Paris (GMP), par le biais de la Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam, a été votée.

Une salle de prière à plus de 2 millions d'euros

« Est approuvée la conclusion d’un bail emphytéotique administratif avec la Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam, association cultuelle régie par la loi de 1901 sur les volumes destinés à servir d’assiette aux bâtiments qui seront affectés à la pratique du culte du site 56 rue Stephenson/23 rue Doudeauville à Paris 18ème pour une durée de 99 ans moyennant un loyer capitalisé de 1€ », peut-on lire dans l’acte de délibération du Conseil de Paris .

Ce lieu de culte, d'une surface de 297 m², est cédé pour un peu plus de 2 millions d'euros. Si cette acquisition a de quoi ravir la GMP, deux conseillers municipaux du Parti de Gauche ont manifesté leur désapprobation. Aux yeux de Alexis Corbière et Danielle Simonnet, cette situation illustre une « dérive » de la laïcité.

« Depuis plusieurs années déjà, je dénonce un projet auquel je reproche essentiellement d'organiser une confusion entre le cultuel et le culturel pour contourner nos principes laïques », écrit M. Corbière dans une tribune publiée sur Mediapart, dans laquelle il explique pourquoi il a voté contre l'attribution de la salle de prière à la Société des Habous.

« A mes yeux, l’ICI, par son existence même, piétine l’article 2 de la loi de 1905 qui affirme d’abord que "la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte" », juge-t-il. « Les dépenses qu’a engagées la Ville de Paris sont imaginées au point de départ, pour permettre l'exercice d'un culte. Sans cela, jamais ce projet n'aurait vu le jour », poursuit-il.

« D’autres interrogations demeurent. Les jours de grandes prières, les mètres carrés des salles de prières seront insuffisants pour l'usage cultuel. Comment les choses se passeront-elles alors ? On nous annonce que les fidèles utiliseront alors les parties culturelles, mais à quelle condition financières ? », s'interroge-t-il également, visiblement irrité qu'un tel projet voit le jour.

Le site Polonceau du projet de l'Institut des cultures d'islam.
Le site Polonceau du projet de l'Institut des cultures d'islam.

La laïcité pour critiquer le projet

Pourtant, lors de l'exposé du projet lors du vote en conseil municipal, la municipalité rappelle qu'il « s’inscrit bien dans le cadre du principe posé par la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation des Eglises et de l’Etat ». « S’agissant de l’aspect cultuel de l’Institut des cultures d’islam, il a toujours été convenu qu’il serait scrupuleusement séparé de l’intervention municipale et ne bénéficierait d’aucun financement public », est-il notifié.

Dans les faits, la mairie de Paris n'a fait qu'attribuer un bail emphytéotique, un dispositif courant proposé aux associations musulmanes pour qu'elles puissent acquérir une mosquée.

Pourquoi les musulmans du quartier - passés de la rue à une caserne de pompiers - n'auraient pas le droit de se voir proposer des lieux de culte ?

Les critiques ne sont jamais loin lorsque la construction d'une mosquée ou l'octroi d'un terrain à une association musulmane sont débattus. Heureusement pour les fidèles, les élus sont peu nombreux à partager la conception de la laïcité des deux membres du Parti de Gauche, le bail ayant été octroyé à la GMP.

Les travaux en cours

La partie cultuelle du site Stephenson a désormais son acquéreur. Ce n'est pas le cas du second site sur la rue Polonceau qui comprend une salle de prière de 421 m². L'Association des musulmans de l'ouverture (AMO), pressentie pour l'achat, n'a pas réussi à réunir la somme nécessaire pour le début des travaux. Une difficulté souvent vécue par les associations cultuelles.

Le projet ambitieux de l'ICI coûte plus de 28 millions d'euros. Un accueil, un foyer, des espaces d’expositions, un auditorium de 173 places, des salles d’animation et un hammam y seront aménagés pour la partie culturelle de l'ICI ainsi que des locaux dédiés à la recherche, la formation et la conservation d’archives et documentation.

Actuellement, les travaux du site Stephenson sont bien avancés. Un déménagement de l'ICI y est prévu en 2014.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu