Connectez-vous S'inscrire






Société

L'UOIF sortira-t-elle vainqueur de sa 29e Rencontre des musulmans de France ?

Rédigé par Pauline Compan et Huê Trinh Nguyên | Mercredi 4 Avril 2012

En pleine polémique autour de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), la 29e Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF) ouvrira ses portes vendredi 6 avril. La RAMF, organisée au Parc des expositions du Bourget (93), proposera, comme à son habitude, quatre jours de conférences, de débats et de commerces tous azimuts. Une rencontre marquée, cette année, par l’interdiction du territoire de six conférenciers initialement programmés : une première dans l'histoire de l'UOIF. C’est donc dans un climat politique plus que délétère que se rassembleront 150 000 visiteurs de la RAMF : « Foi, réforme, espérance », les trois axes de cette année, ont plus que jamais force d’actualité.



Les chiffres clés de la RAMF : 5 espaces de conférences, plus de 30 conférenciers, 10e Concours annuel de mémorisation du Coran, 250 exposants dans l’espace commercial, 1 000 bénévoles.
Les chiffres clés de la RAMF : 5 espaces de conférences, plus de 30 conférenciers, 10e Concours annuel de mémorisation du Coran, 250 exposants dans l’espace commercial, 1 000 bénévoles.
La rencontre est placée, cette année, sous les thèmes « Foi, réforme et espérance ». Quelles réformes sociales, économiques, morales, éducatives dans le monde d’aujourd’hui, devraient donc faire partie des questionnements menés tout au long de ce week-end pascal, du 6 au 9 avril.

Le programme des conférences a été remanié pour combler l’espace laissé vacant par l’absence de six prédicateurs. Mais la direction de l’UOIF l’affirme : « Nous avions déjà prévu plus d’intervenants que d’habitude. Nous avons simplement remanié le programme pour laisser plus de temps de parole aux conférenciers présents. »

Parmi les invités de la 29e RAMF, Tawakkul Karman, activiste yéménite pour les droits des femmes, Prix Nobel de la paix 2011.
Parmi les invités de la 29e RAMF, Tawakkul Karman, activiste yéménite pour les droits des femmes, Prix Nobel de la paix 2011.

L'UOIF sous les feux de la critique (politique)

Car depuis une semaine, la préparation du salon du Bourget fait l’objet d’une intense polémique, lancée par le Front national, qui demande à hauts cris la dissolution de l’UOIF en pleine campagne électorale de la présidentielle 2012.

Une polémique qui surfe aisément sur l’affaire Mohamed Merah et qui a motivé illico presto le gouvernement à interdire de territoire les cheikhs Yusuf Al-Qaradawi et Mahmoud Al-Masri dans un premier temps puis l'ex-grand mufti de Palestine Akrima Sabri, le théologien saoudien Ayed Bin Abdallah Al-Qarni, l'imam égyptien Safwat Al-Hijazi et le récitateur du Coran Abdallah Basfar.

Une interdiction de territoire qui laisse dubitatifs les observateurs : Yusuf al-Qaradawi est en possession d'un passeport diplomatique n'exigeant pas de visa ; Mahmoud El-Masri est déjà venu en France en février dernier ; Abdallah Basfar est un invité régulier, chaque année, de la RAMF, et un quatrième intervenant dont on taira ici le nom était déjà sur le territoire français au moment de l'interdiction tonitruante de Nicolas Sarkozy !

Toujours est-il que l’UOIF compte désormais porter plainte contre le FN pour « incitation à la haine ». « On se concentre sur les diffamations parues dans la presse », explique Okacha Ben Ahmed Daho, secrétaire général, alors que l’UOIF n’envisage pas de contester la décision gouvernementale d’interdiction du territoire auprès des instances européennes.

D'ailleurs, le gouvernement aurait-il oublié que le XXIe siècle est à l'heure de l'Internet et de la mondialisation ? Ultime pied-de-nez à l'interdiction politique ministérielle sous argument pseudo-sécuritaire, les conférenciers personæ non gratæ pourraient « préparer des vidéos qui seraient ensuite diffusées lors du salon », indique l’UOIF. Des vidéos moins chères à réaliser que ne l'est l'organisation de conférences in situ : un mal pour un bien, pourrait-on dire ! D'autant que, comme chaque année, l'ensemble des conférences est retransmis en direct sur le site de l'UOIF, démultipliant ainsi l'audience de la Rencontre.

L'interdiction des conférenciers tant décriés pourrait même agir comme un formidable coup de pub pour l'organisation. Les internautes ne se lassent pas d'apporter leur soutien à la Fédération, qui a sous sa houlette, rappelons-le, près de 300 associations musulmanes sous étiquette UOIF.

Surenchère politique

Tariq Ramadan sera, pour sa part, présent à l'édition 2012 de la RAMF. Un an après avoir annoncé la fin de sa participation au salon du Bourget, le savant suisse s’est ravisé. Dans une vidéo postée sur son blog, il explique son changement d’attitude par « un renouvellement au niveau de l’organisation ».

C'était, cependant, sans compter la sollicitation aimable mais appuyée du gouvernement, jeudi 29 mars dernier, auprès de l'UOIF de ne pas inviter Tariq Ramadan à la 29e RAMF.

Ne pouvant interdire de territoire l'islamologue suisse, le ministère de l'Intérieur a « regretté » l'invitation faite à Tariq Ramadan : ses « positions et les propos » seraient « contraires à l’esprit républicain, ce qui ne rend pas service aux musulmans de France ». Le gouvernement entend ainsi protéger ses ouailles mahométanes de la pensée de l'intellectuel suisse. Mais alors la vingtaine d'ouvrages rédigés par Tariq Ramadan, publiés et vendus en France seraient-ils, eux aussi, « contraires à l’esprit républicain » et voués au pilori ?

Espérance et changement : cap sur la jeunesse

Les musulmans ne sont pas dupes, ils savent bien que la crise économique et sociale que traversent la France exacerbe les discours islamophobes. Continueront-ils à faire le dos rond, eux qui aspirent simplement à évoluer dans la société et à y participer pleinement, sans toutefois renier les valeurs qui fondent leur foi ?

Le thème « Foi, réforme, espérance » de cette 29e Rencontre – pourtant choisi de longue date – vient à point nommé. Tout un chacun a besoin d’approfondir les fondements de sa foi pour pouvoir entreprendre sereinement une réforme plurielle du comportement et de la pensée, parce que chacun est porteur d’une espérance pour construire une société meilleure.

Par ailleurs, la RAMF 2012 porte une attention toute particulière à la jeunesse musulmane, avec l’ouverture d’un pavillon de 4 000 m² qui lui est spécialement consacré. S'adressant aux jeunes de plus de 14 ans et aux jeunes adultes, cet espace leur permettra de participer à des débats, mais aussi à des ateliers liés à la recherche d’emploi ou à l’utilisation des nouvelles technologies.

Les jeunes, s’ils sont bien formés spirituellement, intellectuellement et professionnellement, ne sont-ils pas, en effet, le premier vecteur du changement ?

L'UOIF fera-t-il le buzz ?

Après le spirituel et l'intellectuel, le business. Côté commerces, le salon GEDIS fera du Bourget un véritable souk. En 2012, 250 exposants de tous secteurs (alimentaire halal, édition, prêt-à-porter, finance, immobilier...) sont attendus sur 20 000 m² de stands d'exposition, dont 20 % d’exposants en provenance de l’étranger. « L’espace et la taille des stands ont été agrandis et la signalétique améliorée », confie Karim Ouachek, responsable du salon GEDIS. Un rendez-vous commercial qui prend le libellé de « Foire musulmane de Paris » et qui en est à sa 19e édition.

Après une édition 2011 marquée par une baisse de la fréquentation, l’UOIF parie ainsi, cette année, sur une fréquentation « normale » (150 000 personnes sur 4 jours) et peut-être même plus, les déboires de l’organisation sur sa programmation ayant attiré les sympathies de musulmans qui « n’avaient pas l’intention de venir mais qui vont le faire pour nous soutenir », affirme-t-on à l’UOIF.

Dans un contexte économique et politique houleux, la 29e RAMF de l'UOIF apparaît en tout cas comme une rencontre charnière, à un an de la 30e édition.


LES NOUVEAUTÉS 2012

Le Pavillon de la jeunesse
Grande première : 4 000 m² sont dédiés à la jeunesse. Formation, emploi, entrepreneuriat, humanitaire, loisirs... autant de thèmes qui intéressent au plus près les jeunes. Stands, ateliers thématiques (« Orientation et insertion », « Engagement et citoyenneté », « Artistique »…), conférences et cafés-philo invitent à recueillir les conseils avisés d’experts et surtout à débattre entre jeunes.

Le prix Cheikh Faysal Mawlawi
Le 8 mai 2011 disparaissait le cheikh Faysal Mawlawi, jurisconsulte de renom, vice-président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR) et cofondateur de l’Institut européen des sciences humaines (IESH).
Pour rendre hommage à son travail de compréhension et de diffusion de l’islam, l’UOIF crée le prix Cheikh Faysal Malawi. Comprenant une dotation de 6 000 €, ce prix, qui sera décerné lors de la 29e RAMF, récompense un projet novateur dans les domaines social, cultuel, pédagogique, humanitaire ou culturel, porté par une association musulmane.

INFOS PRATIQUES

29e Rencontre annuelle des musulmans de France
Du 6 au 9 avril 2012
Parc des expositions Paris-Le Bourget
Tarif adulte : 18 € (4 jours) ; 10 € (1 jour)
Tarif enfant (de 6 à 12 ans) : 8 € (4 jours) ; 5 € (1 jour)
RER B, station Le Bourget, puis navette gratuite
Bus 152 ou 350, arrêt Michelet-Parc des expositions
Programme complet et retransmission en direct des conférences sur :
www.uoif-ramf.fr






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu