Connectez-vous S'inscrire






Monde

L'Egypte dénoncée pour ses « tueries de masse » planifiées contre les pro-Morsi

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mercredi 13 Août 2014



Au moins 817 manifestants tués ont été recensés par Human Rights Watch lors de la répression contre la place Rabia le 14 août, au Caire.
Au moins 817 manifestants tués ont été recensés par Human Rights Watch lors de la répression contre la place Rabia le 14 août, au Caire.
La terrible répression des Frères musulmans en Egypte a été sévèrement épinglée par Human Rights Watch (HRW) dans un nouveau rapport publiée mardi 12 août, un an après le massacre de partisans de l’ex-président Morsi en juillet et août 2013.

L’une des plus emblématiques s’est déroulée place Rabaa Al-Adawiya, au Caire, « l'une des plus grandes tueries de manifestants en une seule journée dans l'histoire récente », affirme sans détour l’ONG au terme d’une année d’enquête. Au moins 817 manifestants, et « vraisemblablement plus d'un millier » qui protestaient contre le coup d’Etat du 3 juillet orchestré par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, désormais président, avaient alors été tués par les forces de sécurité le 14 août lors de la dispersion forcée du sit-in qui avait commencé au renversement du pouvoir.

La mosquée place Rabia détruite par un incendie.
La mosquée place Rabia détruite par un incendie.

Un probable crime contre l'humanité

« Le 14 août, les forces de sécurité ont pris d’assaut le campement des manifestants de la place Rabaa par chacune de ses entrées principales à grand renfort de véhicules blindés de transport de troupes, de bulldozers, de troupes au sol et de snipers. Les forces de sécurité n'ont donné aucun réel avertissement et ont ouvert le feu sur la foule tout en l'encerclant pendant près de 12 heures, raconte l’ONG. Les forces ont tiré sur des installations médicales de fortune et ont positionné des snipers chargés de tirer sur toute personne cherchant à entrer ou sortir de l'hôpital de Rabaa. Vers la fin de la journée, l'estrade centrale, l'hôpital de campagne, la mosquée ainsi que le rez-de-chaussée de l'hôpital de Rabaa prenaient feu, dans un incendie probablement provoqué par les forces de sécurité. »

Le même jour, la scène s'est répétée place El Nahda à Gizeh. Les forces de sécurité ont violemment dispersé le sit-in, tuant au passage plus de 87 manifestants.

Au total, pas moins de 1 150 Egyptiens sont morts entre le 5 juillet et le 17 août 2013 des suites de « tueries de masse » qui s'apparentent probablement à un crime contre l'humanité pour HRW, la police et l'armée égyptiennes ayant « méthodiquement ouvert le feu à balles réelles au cours de six manifestations » alors que les manifestants, dont figuraient des femmes et des enfants, étaient très largement pacifiques. Pour étayer son rapport, plus de 200 témoins ont été interrogés. Une équipe s'est rendu « sur chacun des sites des manifestations durant les attaques ou immédiatement après leur début et a examiné les preuves matérielles, des heures de séquences vidéo ainsi que les déclarations des pouvoirs publics ».

Un appel à sanctions

L’organisation de défense des droits de l’homme déplore qu'aucun policier, soldat ou responsable politique et militaire impliqués dans la répression n’ait été inquiété par la justice. Elle réclame dès à présent l'ouverture d'une enquête internationale indépendante visant notamment Abdel Fattah al-Sissi, qui était à l’époque le ministre de la Défense, le ministre de l'Intérieur Mohamed Ibrahim, et le chef des forces spéciales à la tête de l'opération menée contre Rabaa, Medhat Menshawi.

« Il ne s'agit pas seulement d’un recours excessif à la force ou d’un entraînement insuffisant des forces de sécurité. Il s'agit d'une répression violente et planifiée au plus haut niveau du gouvernement égyptien. Beaucoup de ces représentants de l’Etat sont encore au pouvoir en Égypte alors qu'ils ont bien des comptes à rendre », estime Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch. « Les États devraient poursuivre la suspension de leur assistance militaire et policière à l'Égypte jusqu'à ce que le pays adopte des mesures visant à mettre fin à ces graves violations des droits humains », recommande HRW.

Sans surprise, le gouvernement égyptien a critiqué le rapport, jugeant qu'il manquait d'objectivité. Les autorités ont même refoulé le 10 août du Caire Kenneth Roth et Sarah Leah Whitson, directrice de l'ONG pour le Moyen Orient, qui avaient prévu de présenter l'enquête à la presse en Egypte.

L'opposition égyptienne réduite à néant

Depuis la destitution de Mohamed Morsi, al-Sissi est implacable contre ses opposants, au premier chef les Frères musulmans, officiellement considérés depuis décembre 2013 comme « une organisation terroriste ». Des dizaines de milliers d'arrestations ont été opérées suivis de condamnations par centaines à de longues années de prison ou à la peine de mort prononcées lors de procès de masse expéditifs. La torture dans les prisons est monnaie courante.

Dans le processus d'éradication du mouvement de la scène égyptienne, la branche politique de la confrérie, le Parti Liberté et Justice (PLJ), a été dissoute le 9 août sur décision de la plus haute Cour administrative. En mai, la PLJ a réclamé l’ouverture d’une enquête pour crimes contre l’humanité auprès de la Cour pénale internationale (CPI), rejeté car sa plainte n’avait pas été déposée « au nom de l’Etat concerné ». La nouvelle Egypte a enterré les espoirs de liberté nés lors de la révolution de 2011 qui avait conduit à la chute de Hosni Moubarak.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu