Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

L’Aïd dans la cité célèbre la diversité marseillaise

Nasséra Benmarnia : « Grâce à l’Aïd, les personnes sont fières d’offrir leur tradition et leurs richesses en partage »

Rédigé par Antoine Dreyfus | Mercredi 3 Novembre 2010

Septième édition de L’Aïd dans la cité, à Marseille, du 6 au 14 novembre, ou comment faire d’un rite religieux une fête de la diversité et du partage.



Huit jours de fête, qui s’achèveront le 14 novembre au Dôme de Marseille, où 15 000 personnes sont attendues.
Huit jours de fête, qui s’achèveront le 14 novembre au Dôme de Marseille, où 15 000 personnes sont attendues.
« Mais, au fait, c’est quoi un vrai Français ? Au bout de combien de générations le descendant d’immigrés devient “Français de souche” ? Heureusement, à Marseille, où les peuples des cinq continents ont laissé leurs marques, un vrai Marseillais a au moins une histoire d’ailleurs à raconter. »

Voilà comment l’Union des familles musulmanes (UFM) des Bouches-du-Rhône présente L’Aïd dans la cité. Des réjouissances (musique, théâtre, cinéma, cours, thé dansant…) sur plusieurs jours avec, comme point d’orgue, la fête du partage et de la famille, le dimanche 14 novembre, au Dôme. Une journée festive et familiale pour « mettre en valeur la culture musulmane », précise Nasséra Benmarnia, présidente de l’UFM 13.

Les familles de France sont aussi musulmanes

Cette association a élu domicile rue Nationale, en plein centre-ville, entre la porte d’Aix et le Vieux Port, une ZAC transformée par Euromed. L’âme de l’UFM 13, Nasséra Benmarnia, est un petit bout de femme énergique, nourrie dès son plus jeune âge au mouvement associatif avec un père œuvrant dans le social.

Née à Castres, elle débarque à Marseille dans les années 1980 : sa sœur Zina y habite déjà. Dès le début, Nasséra Benmarnia s’implique dans le mouvement associatif au sein de la communauté algérienne. Les dossiers ne manquent pas. Elle participe aux Marches des potes, s’engage, milite. Si, au début de son engagement associatif, l’idée du retour au pays lui trotte dans la tête, elle décidera de rester définitivement à Massilia.

En 1996, nouvelle étape avec la création de l’UFM, l’Union des familles musulmanes, association qui, deux ans plus tard, intègre l’UNAF (Union nationale des associations familiales). Une reconnaissance et une volonté de Nasséra Benmarnia : les familles de France sont « aussi musulmanes », dit-elle souvent. D’ailleurs, l’UFM réunit des personnes dont le point commun est qu’elles sont musulmanes. Mais elles ont différentes origines : Yémen, Comores, Tunisie, Algérie et France.

Installée dans des nouveaux locaux de 500 m², l’UFM 13 compte cinq salariés ainsi qu’une quinzaine de bénévoles, dont le nombre passe à 90 lorsqu’il s’agit de préparer la grande fête de L’Aïd dans la cité.

Horizons Marseille 2013

L’association a deux activités principales. La première se focalise sur le social : cours d’alphabétisation, de langue arabe, initiation à l’informatique, ateliers de cuisine, préparation de repas pour la rupture du jeûne du Ramadan et pour L’Aïd dans la cité, distribution de colis alimentaires (150 familles), redistribution de linge, de meubles, de vaisselle, d’appareils électroménagers, etc.

Le deuxième volet de l’activité est culturel : expositions, concerts, cinéma, approfondissement de la littérature arabe francophone… dans les 250 m² restants des locaux de la rue Nationale.

Et pour bien enfoncer le clou, l’UFM 13 a déposé un dossier de candidature pour Marseille 2013, capitale européenne de la culture. L’idée-force de Nasséra Benmarnia est de ne pas réduire la culture musulmane à une sous-culture des quartiers, « celle du hip-hop et du thé à la menthe. C’est une culture à part entière avec sa littérature, son cinéma, son graphisme. C’est cela que nous devons mettre en avant ».


Renseignements et programme complet : www.ufm13.org







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu