Connectez-vous S'inscrire






Société

Islamophobie : Caroline Fourest condamnée pour diffamation

La victoire d'une victime d'Argenteuil

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 23 Octobre 2014



Caroline Fourest a été condamnée, jeudi 23 octobre, pour diffamation après sa chronique consacrée aux agressions islamophobes d'Argenteuil en mai et juin 2013.
Caroline Fourest a été condamnée, jeudi 23 octobre, pour diffamation après sa chronique consacrée aux agressions islamophobes d'Argenteuil en mai et juin 2013.
Caroline Fourest a été condamnée, jeudi 23 octobre, pour diffamation* par la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris après ses propos tenus lors de sa chronique du 25 juin 2013 sur France Culture consacrée à l’agression de jeunes musulmanes voilées à Argenteuil (Val-d’Oise), apprend Saphirnews, ce jour, par Hosni Maati, l'avocat en charge de l'affaire.

L'essayiste, dont le procès s'est déroulé le 10 septembre, a en outre été condamnée à 6 000 euros, partagée à égalité entre les dommages-intérêts et les frais d'avocat. La plaignante, une des victimes d’Argenteuil citées dans la chronique radio, et sa famille sont « assez satisfaits » de la décision rendue par le tribunal, qui est la conclusion d'une « bataille d’un an » après l’assignation de la chroniqueuse en septembre 2013, nous indique Me Hosni Maati.

« Il était important de gagner ce procès pour Rabia et sa famille qui ont été atteints dans leur honneur et leur dignité » en remettant en cause le caractère islamophobe de l'ignoble agression de la jeune fille − mineure à l'époque des faits − en mai 2013. « Faire dire à ma cliente et à son père ce qu’ils n’ont pas dit et ce que la police non plus n’a pas dit » a été vécu comme « hyper violent » pour ses clients.

Dans sa chronique de 7 minutes intitulée « Faut-il être féministe pour dénoncer l'agression de femmes voilées ? », l’essayiste a remis en cause la parole des victimes d'Argenteuil, parmi lesquelles figure celle qui a perdu son enfant à l’issue de son agression en juin 2013. Quant à Rabia, Caroline Fourest a laissé entendre que son agression serait le fruit d’un règlement de compte familial, en représailles contre son « style de vie trop libre ».

Rabia, une des victimes des agressions islamophobes à Argenteuil en été 2013.
Rabia, une des victimes des agressions islamophobes à Argenteuil en été 2013.

Une seconde agression pour Rabia

Par la même occasion, Caroline Fourest avait également critiqué le travail des associations de lutte contre l’islamophobie, en premier lieu la Coordination contre le racisme et l’islamophobie très présent sur Argenteuil à l'époque des faits.

Rabia, à l’origine de la plainte contre la polémiste, a été des musulmanes agressées en été 2013 à Argenteuil, mettant les musulmans de France dans l’émoi face à la hausse constante des actes islamophobes ces dernières années. Sa plainte pour agression est toujours en phase d'instruction à ce jour et aucun individu n'a été jusque là mis en examen en l'absence d'éléments matériels pour confondre les agresseurs, nous indique Me Maati.

Ce n'est pas la première fois que Caroline Fourest est condamnée pour diffamation. La justice aura une nouvelle fois épinglée l’intellectuelle faussaire, selon les mots de Pascal Boniface, habituée à des discours stigmatisants à l’encontre des musulmans. « Le monde selon Caroline Fourest » – titre de la chronique hebdomadaire sur France Culture – ne tourne pas toujours rond.

* Mise à jour samedi 25 octobre : Caroline Fourest a annoncé sa décision de faire appel du jugement avec Radio France.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu