Connectez-vous S'inscrire






Communiqués officiels

Agressions d’Argenteuil : le Président de la République et le ministre de l’intérieur entrouvrent la porte

Rédigé par Coordination contre le racisme et l'islamophobie (CRI) | Mercredi 26 Juin 2013



La Coordination contre le racisme et l’islamophobie prend acte de l’évolution de la position des pouvoirs publics concernant les agressions islamophobes d’Argenteuil, et d’ailleurs, mais attend des dispositions concrètes et pas seulement des paroles..

Lors du repas organisé à l’Elysée le 24 juin, deux responsables associatifs proches de nos réseaux ont fait part au Président de la République de l’inquiétude et de la préoccupation des habitants des quartiers face à cette montée de l’islamophobie qui reste non traitée et non prise au sérieux par le gouvernement.

Le chef de l’Etat a parlé de « la détermination du gouvernement à lutter contre les actes racistes, notamment anti-musulmans », mais il n’est pas allé jusqu’à reconnaitre l’islamophobie comme un fléau pourtant reconnu scientifiquement ainsi par ses prédécesseurs de droite, et n’a pas dit un mot sur les moyens de lutter contre ce fléau.

Suite aux demandes répétées de CRI et du collectif des habitants d’Argenteuil-Bezons, après le préfet du Val d’Oise, le ministre de l’Intérieur a reçu ce mercredi 26 juin à 9 heures l’une des victimes ainsi que notre avocat et un représentant du collectif d’habitants qui lui ont fait part de nos attentes, auxquelles il a répondu par la reconnaissance du caractère raciste et anti-musulman des attaques ; le ministre leur a promis de se rendre à Argenteuil pour rencontrer les victimes et leurs familles.

Ces premiers pas sont un début, mais sont loin de nous satisfaire et de répondre aux attentes des victimes et des citoyens français de confession musulmane, de plus en plus inquiets face à l’absence de résultats dans la lutte contre l’islamophobie et les passages à l’acte.

La CRI condamne les propos irresponsables tenus sur une radio publique par Caroline Fourest, qui remet en cause la parole des victimes et le travail responsable effectué par la Coordination contre le racisme et l’islamophobie qui, faut-il le rappeler, a annulé le deuxième rassemblement prévu le 21 juin pour éviter tout débordement ou dérapage.

Nous maintenons nos revendications concernant une table ronde avec les ministres de l’Intérieur et de la Justice afin d’étudier en commun les moyens de lutter contre la montée intolérable de l’islamophobie. Nous souhaitons à terme la mise en place d’un bureau de vigilance contre les actes anti-musulmans afin que ce phénomène ne soit plus nié ou minimisé à des fins politiciennes.

Fait à Lyon, le 26 juin 2013,
Le Président de CRI
Abdelaziz Chaambi





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu