Connectez-vous S'inscrire






Finance éthique

Goldman Sachs, (ex-)spéculateur, se lance dans la finance islamique

Rédigé par Habiba Atouf | Samedi 27 Septembre 2014



Goldman Sachs, (ex-)spéculateur, se lance dans la finance islamique
L’économie islamique, devenue la finance islamique à partir des années 1970, connaît aujourd’hui un développement sans précédent. Selon un rapport d’AlHuda Center of Islamic Banking and Islamic Economics (CIBE), elle atteindrait à fin 2014 plus de 2 000 milliards de dollars (1 575 milliards d’euros) sur le marché mondial, alors qu’elle n’était en 2013 que de 1 600 milliards de dollars (1 260 milliards d’euros).

Quant aux actifs financiers islamiques, ils proviendront principalement des services bancaires dits « halal » à 78 %, des fonds islamiques à 4 %, de l’assurance takaful et de la microfinance islamique à 1 %. S’agissant du marché des sukuk, il est estimé à plus de 100 milliards de dollars (78 milliards d’euros) d’ici à la fin de l’année, selon un rapport du cabinet Standard & Poor’s, ce qui représente 16 %.

Cette popularité de la finance islamique qui ne cesse de croître et la très forte demande des produits islamiques sont poussées par une masse considérable de liquidité en provenance des pétrodollars des pays du Golfe. Selon le FMI, il existe plus de 300 institutions islamiques opérant dans plus de 75 pays.

Sukuk de Goldman Sachs, à hauteur de 500 millions d’euros

Aujourd’hui, la finance islamique est plus que d’actualité, des banques ont décidé de se lancer sur ce marché juteux, après la HSCB, Goldman Sachs − qui incarnait tous les excès et les dérives de la spéculation financière et, après s’être enrichie pendant la crise des « subprimes », puis elle-même sauvée de la faillite grâce à ses appuis politiques − a su saisir l’opportunité afin de se donner une nouvelle image mais surtout de s’emparer de ce marché très rentable.

Elle avait émis cette hypothèse dès 2011, mais c’était vu opposer une fin de non-recevoir par des érudits musulmans pour non-respect des principes de finance islamique telle que l’interdiction du gharar (spéculation), de riba (usure), du mayssir (aléa) ; elle s’est vue obliger de modifier sa politique afin d’intégrer le principe de partage des pertes, des profits et de l’adossement de tout financement à un actif tangible.

Goldman Sachs a pour projet d’émettre d’ici à la fin de l’année 2014 des obligations islamiques (sukuk) pour un montant de 500 millions d’euros.

Le Maghreb en marche

Par ailleurs, face à ce développement et à la popularité que connaît la finance islamique et à l’avantage qu’elle représente, plusieurs pays musulmans et non musulmans ont décidé de s’ouvrir à ce marché en mettant en place un cadre réglementaire favorable.

Le Maroc, la Tunisie, l’Algérie et l’Afrique du Sud se sont lancés dans l’aventure. Le marché marocain est très prometteur, Rabat a adopté le 25 juin dernier à l’unanimité par sa Chambre des représentants un projet de loi visant à la création de banques islamiques. D’ici à 2018, les actifs pourraient atteindre plus de 70 milliards de dollars (55 milliards d'euros) et générer entre 67 et 112 milliards de dollars (52,8 à 88,2 milliards d'euros), selon l’étude de Thomson Reuter.

La finance islamique pourrait bien être une alternative et une solution salutaire au marché financier marocain qui souffre d’un manque de liquidité.

La Tunisie s’est lancée sur le marché de l’assurance takaful (assurance solidaire islamique, fondée sur la coopération, la protection et sur l’aide réciproque entre les participants) en adoptant, en juillet 2014, une loi relative à cette question.

Quant à l’Algérie, elle se lance à petits pas en créant une instance de fatwas qui édictera des règles afin de faire bénéficier la jeunesse algérienne de crédits dans le cadre de la charia.

S’agissant de l’Afrique du Sud, elle compte lancer son premier sukuk d’un montant de 500 millions de dollars, selon le directeur de l’émission et de la gestion de la dette au ministère des Finances, Tshepiso Moahlodi.

La France frileuse

L’Europe n’est pas en reste. Le Luxembourg, malgré les principes constitutionnels de l’État qui vise à ne pas traiter de manière privilégiée les investisseurs des pays musulmans auxquels cette obligation est destinée, a adopté, le 29 juillet dernier, une loi autorisant le pays à émettre une obligation islamique (sukuk) d’environ 200 millions d’euros.

Toutefois, le pays européen où la finance islamique connaît un très fort succès depuis ses débuts est l’Angleterre. En effet, elle a été le premier État non musulman à s’ouvrir à la finance islamique. Elle a lancé son premier sukuk pour un montant de plus de 200 millions de livres (250 millions d’euros). La Grande-Bretagne étant un pays du Common Law, elle n’a pas besoin d’adopter un dispositif législatif ni réglementaire, donc il n’existe pas de réglementation spécifique de ce secteur et, contrairement à la France, elle est plus apte à accueillir la finance islamique sans se voir opposer des restrictions. Ainsi, sur la place de Londres, la croissance de la finance islamique est deux fois supérieure à celle de la finance conventionnelle.

S’agissant de la France, malheureusement, les politiques ont du mal à ouvrir la voie à la finance islamique. Que ce soit le gouvernement de Ayrault ou celui de Valls, pour l’heure, on constate une immobilité sur ce sujet et un manque de vision stratégique, alors que le président Hollande pourrait suivre l’exemple du Premier ministre britannique David Cameron en ouvrant la place de Paris à cette finance, laquelle pourrait bien être une alternative à la crise que connaît le pays en attirant des investisseurs et des investissements considérables.

****
Habiba Atouf est l'auteure de La Finance islamique : un apport éthique au système financier international (Edilivres, 2014).






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu