Connectez-vous S'inscrire






Société

À quand des élus qui nous ressemblent ?

Régionales 2010

Rédigé par Catherine Youinou | Lundi 8 Mars 2010

Seulement une centaine de candidats issus de l’immigration maghrébine et africaine siègeront dans les assemblées régionales après les scrutins des 14 et 21 mars. La route est longue pour les élus de la diversité.



À quand des élus qui nous ressemblent ?
Comment la question de la diversité a-t-elle été abordée pendant cette campagne des régionales ? Avec en toile de fond un calamiteux débat sur l’identité nationale, ce sont les polémiques qui ont ponctué l’actualité de ces dernières semaines.

Une levée de boucliers assourdissante contre la présence de la « candidate voilée » Ilham Moussaïd du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot sur la liste du Vaucluse. L’opprobre jeté sur un candidat socialiste des Bouches-du-Rhône, Toufik Chergui, du simple fait de son appartenance au CRCM (Conseil régional du culte musulman). Les attaques répétées de Francis Delattre, maire UMP de Franconville, contre Ali Soumaré, tête de liste du PS dans le Val-d’Oise, accusé à tort d’être « un délinquant multirécidiviste ».

Autant de controverses qui ont masqué la question de fond sur l’absence de diversité dans les institutions politiques, et sur la nécessité de faire une place à des élus qui reflètent la France dans toutes ses composantes : femmes, ouvriers, ou Français issus de l’immigration maghrébine et africaine (plus d’un tiers de la population française est aujourd’hui d’ascendance étrangère).

Ne plus jouer les figurants

De longue date au sein des partis politiques, nombre de militants se battent pour faire entendre ceux qu’on ne peut plus appeler les représentants des minorités. Cette fois, l’exaspération s’est manifestée dans les rangs de l’UMP.

En novembre dernier, bien avant le coup d’envoi de la campagne officielle de ces régionales 2010, une poignée d’élus locaux a lancé un appel à Nicolas Sarkozy pour le rappeler à ses engagements en matière de diversité. Car la spectaculaire nomination, en 2007, de Rachida Dati, de Rama Yade et de Fadela Amara à des ministères clés du gouvernement n’a finalement pas fait bouger les lignes dans les assemblées élues au suffrage universel.

4 maires sont issus de l’immigration extra-européenne dans les 1 000 communes de plus de 9 000 habitants. 3 députés sur 577. 4 sénateurs sur 343. Combien de conseillers généraux et régionaux ?

Pour ce nouveau scrutin, ces élus implantés sur le terrain ont donc montré leur détermination à ne plus jouer les figurants et à obtenir des places éligibles sur les listes. Parmi eux, Kamel Hamza, fondateur de l’ANELD (Association des élus locaux de la diversité) et conseiller municipal UMP à La Courneuve, qui a finalement obtenu une place en 7e position en Seine-Saint-Denis. « Quand vous êtes de la diversité, rappelle-t-il, c’est un vrai combat, et dans tous les partis. Il faut se battre pour défendre l’égalité, comme les femmes l’ont fait pour obtenir la parité. »

Des têtes de liste

Depuis, presque tous les partis ont renchéri sur la question de la diversité pour promouvoir leurs candidats à ces élections régionales, mais en privilégiant l’affichage plutôt que les sujets de fond sur les compétences et la légitimité. Dominique Paillé, secrétaire national à la diversité de l’UMP : « Sur le plan national, nous aurions 27 élus de la diversité dans l’hypothèse la moins favorable, c’est-à-dire même si nos résultats n’étaient pas meilleurs qu’en 2004 (seulement deux Régions ont été remportées par la droite, ndlr). »

Au PS, on affiche la même autosatisfaction en tablant sur 60 à 80 élus issus de la diversité, deux fois plus qu’en 2004. En Île-de-France, où le PS a réalisé que le vote des habitants des quartiers populaires n’était plus acquis à la gauche, il met en avant deux de ses jeunes militants en tête de liste départementale, Ali Soumaré, dans le Val-d’Oise, et Abdelhak Kachouri, en Seine-Saint-Denis.

Le MoDem, lui, a propulsé Alain Dolium, un chef d’entreprise d’origine antillaise, et Azouz Begag, l’ancien ministre de l’Égalité des chances du gouvernement Villepin comme chefs de file l’un en Île-de-France, l’autre en Rhône-Alpes, deux grandes Régions où sont le plus implantées les populations d’origine immigrée.

Cependant, si l’on admet ces prévisions des états-majors politiques, les nouvelles assemblées régionales ne compteront pas beaucoup plus d’une centaine d’élus de la diversité, sur 1 829 sièges de conseillers régionaux à pourvoir dans les 26 Régions de France (métropole et outre-mer).

Lobbying et modèle anglo-saxon

Tandis que les terminologies « issus de l’immigration », « jeunes des quartiers », « racailles », « sauvageons » fleurissaient dans la bouche des politiques, c’est pour « donner du contenu à ce mot de diversité » que les membres de l’ANELD avaient décidé en 2008 (la France est alors en pleine « obamania ») de constituer leur association, qui regroupe aujourd’hui environ 200 élus de diverses couleurs politiques.

« Nous travaillons sur ce qui nous rassemble pour devenir une force de proposition, en nous inspirant notamment des méthodes anglo-saxonnes », explique Kamel Hamza.

Faire du lobbying pour avoir plus de poids ? C’est ce qu’espèrent également les membres du Réseau des élus de la diversité (RED), initié en octobre dernier et parrainé par Éric Besson, ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale, un RED qui se cherche encore et dont le président Sidi El Haimer, maire-adjoint à Mantes-la-Jolie (Yvelines), vient finalement de démissionner…

La France est prête

Plus d’élus issus de la diversité dans les instances démocratiques : un symbole, un petit pas de plus dans ce combat mené au nom de valeurs vitales pour une démocratie qui affiche l’« égalité » au fronton de ses édifices.

« Jusqu’aux années 2000, on expliquait aux militants d’origine immigrée que les Français n’étaient pas prêts à voter pour eux », fait remarquer Fayçal Douhane, membre du bureau national du PS et considéré comme le « Monsieur Diversité » de son parti.

Aujourd’hui, le retour de bâton est sévère pour la classe politique, avec un abstentionnisme record à presque tous les scrutins (pas loin de 50 % selon les sondages pour ces régionales), signe d’une grande défiance à l’égard des élus de tous bords. « Les gens qui ne se sentent pas représentés, ne votent pas », ne cesse de rappeler Fayçal Douhane.

Une longue bataille, qui sera certainement gagnée lorsque le terme « diversité » passera aux oubliettes, y compris pour les Français d’ascendance extra-européenne. Aurait-on l’idée de qualifier d’élus de la diversité Anne Hidalgo et Manuel Valls, pourtant tous deux nés en Espagne avant l’arrivée de leurs familles en France ?

MÉMO

DIVERSITÉ
En vogue depuis sept ou huit ans, la diversité à la française désigne les « divers » en raison de leur origine, maghrébine, africaine, domienne, asiatique… Cette appellation se veut positive pour promouvoir dans la société la place légitime des Français issus de l’immigration.

PARITÉ
La parité désigne une égalité de traitement entre les hommes et les femmes. En juin 2000, une loi oblige les partis politiques à respecter cette parité pour constituer leurs listes de candidats aux élections, faute de quoi l’aide publique leur est retirée.

DÉCENTRALISATION
Après les lois de décentralisation de 1982-1983, les compétences de la Région se sont peu à peu renforcées. Les conseils régionaux coordonnent et financent en partie les actions de développement économique menées sur le territoire. Ils gèrent aussi les transports express régionaux, la formation professionnelle et les lycées, la santé et l’aménagement du territoire.

ÉLECTIONS
Les conseillers régionaux sont élus selon un scrutin proportionnel à 2 tours avec prime majoritaire, destiné à faire émerger une majorité stable. Les listes obtenant plus de 50 % des voix au 1er tour ou arrivant en tête au 2e tour obtiennent ainsi un quart des sièges. Les autres sièges sont répartis à la proportionnelle entre les listes ayant obtenu au moins 5 % des votes. Pour se maintenir au 2e tour, il faut passer la barre des 10 % au 1er tour.








Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu