Connectez-vous S'inscrire






Politique

Éric Besson plaide la diversité au sein de l’UMP

Le Réseau des élus de la diversité lancée

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mardi 6 Octobre 2009

Le ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Éric Besson, a officiellement lancé, ce lundi 5 octobre, le Réseau des élus de la diversité (RED). Cette nouvelle association, qui réunit une centaine d’élus essentiellement membres de la majorité présidentielle, veut rendre possible l’idée même d’égalité des chances au sein des partis de droite, à six mois des élections régionales.



Créé fin septembre, le RED a été officiellement lancé lundi 5 octobre par Éric Besson (au centre), aux côtés de Sidi El Haimer, le président du RED (à droite de M. Besson) et de plusieurs élus membres de l'association.
Créé fin septembre, le RED a été officiellement lancé lundi 5 octobre par Éric Besson (au centre), aux côtés de Sidi El Haimer, le président du RED (à droite de M. Besson) et de plusieurs élus membres de l'association.
Le Réseau des élus de la diversité (RED) ne voulait pas voir son existence passer inaperçue. L’association, marrainée par Rachida Dati, ex-garde des Sceaux et députée européenne, a été lancée, lundi 5 octobre, par Éric Besson, qui a accepté le poste de président du RED à titre honorifique. Le choix n’est pas anodin pour les responsables de l’association : le ministre de l’Immigration et de l’Intégration est aussi secrétaire général adjoint de l’UMP. Il fait oublier – un court laps de temps du moins – ses actions coup de poing très controversées telles que la fermeture de la « jungle » de Calais le 22 septembre dernier.

À ce jour, le RED réunit une centaine d’élus de la droite issus de la diversité, pour la plupart franciliens et adhérents de l’UMP. Son objectif : promouvoir la diversité, l’égalité de traitement et l’égalité des chances au sein de leurs propres partis politiques.

La sous-représentativité de la diversité dans les instances politiques est flagrante à ce jour. « Seulement 3 députés sur 577 ou encore 4 sénateurs sur 343 sont issus de l’immigration extra-européenne. Employés et ouvriers représentent plus de la moitié de la population active, mais seulement 1 % des députés proviennent de leurs rangs », déplore le RED. Selon une étude du Haut Conseil de l’intégration, paru en janvier 2009, seuls 6,68 % des élus des communes de plus de 9 000 habitants sont issus de la diversité. Seuls 3,44 % sont membres de l’UMP contre 8,71 % du PS et 9,66 % du Parti radical de gauche (PRG).

Face à ces chiffres, le parti du président de la République tente, depuis mai 2007, de faire bonne figure. Les nominations de Rachida Dati, de Rama Yade et de Fadela Amara, lors de la dernière élection présidentielle, sont souvent citées en exemple. Plus près de nous, c’est Nora Berra qui a été nommée, en juin 2009, au poste de secrétaire d’État chargée des Aînés. Cependant, « le retard de la France en matière de diversité dans le paysage politique reste tout de même important », estime le RED. « Il faut que les élus de France ressemblent aux Français dans toute leur diversité », a d’ailleurs plaidé M. Besson lors de la conférence de presse.

Le RED se prépare aux élections régionales

Interrogé par Saphirnews, le président du Réseau, Sidi El Haimer, souhaite avant tout « étendre le dispositif à l’ensemble du territoire national ». « Il faut être plus nombreux pour être plus forts. Puis nous remettrons à Éric Besson et aux partis, essentiellement de droite, une liste des personnes du RED qui sont en capacité de se présenter aux prochaines échéances électorales », affirme le maire adjoint à l’action sociale et à la prévention, à Mantes-la-Jolie (78).

En ligne en mire : les élections régionales de mars 2010. Selon M. El Haimer, plusieurs membres du RED ont présenté leurs candidatures. Mais le travail le plus difficile sera de les faire accepter. « L’éligibilité est une négociation qui se mène avec les partis », conclut-il. Le RED parviendra-t-il à s’imposer ? Les actions succèderont-elles aux discours ? Rien n’est sûr, même si la bonne volonté se lit dans les visages des responsables présents au ministère lundi.

« Il s’agit non pas de s’imposer, mais de contribuer à la diversification du paysage politique. Nous souhaitons, en tant qu’élus, faire avancer notre cause progressivement en mettant en avant des compétences », a déclaré Anissa Ferdjioui, secrétaire générale du RED et maire adjointe à l’économie à Savigny-sur-Orge (91).

Pour mener à bien ses objectifs, l’association compte aujourd’hui beaucoup sur les cotisations de ses adhérents. Elle semble aussi suivre les traces de l’Association nationale pour les élus(es) locaux de la diversité (ANELD), créée en janvier dernier et qui rassemble des élus de tous bords politiques, y compris de la droite, mais qui, jusque-là, reste très discrète.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu