Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Une web-série pour dénoncer les contrôles au faciès par l'absurde (vidéo)

Rédigé par | Mardi 8 Novembre 2016



« Le contrôle au faciès n’existe pas ! Vous avez des chiffres ? » Les Arabes et les Noirs ont 11 à 15 fois plus de chances d'être contrôlés par la police que les Blancs... Et si on inversait les rôles quant au traitement discriminatoire que réserve le contrôle au faciès ? Car « la réalité, c’est que l’État, par le biais de la police, réserve un traitement spécifique à une partie de sa population en se basant sur des critères ethniques et/ou religieux », déclare Stop le contrôle au faciès.

Pour dénoncer avec humour le déni de décideurs politiques face à la réalité du contrôle au faciès, le collectif a lancé, lundi 7 novembre, une web-série de quatre clips (plus bas) s’articulant autour de la citoyenneté, la lutte contre la délinquance, la sécurité et la liberté de circulation. Ces clips mettent « en évidence les atteintes et les "clichés" mobilisés par certains pour légitimer le contrôle au faciès », explique-t-on.

Julie Zenatti, Samia Orosemane, Samir Guesmi, Thomas Barbazan, Oulaya Amamra… comédiens et artistes se mettent en scène avec des phrases niant et relevant – à tour de rôle - le problème du contrôle au faciès et ses conséquences. Et un message pour marquer chaque fin de clip : « L’esclavage était légal. L’apartheid était légal. Les lois antijuives étaient légales. La colonisation était légale. La légalité est une question de pouvoir, et non de justice. Aujourd’hui, on est une génération pour qui la légalité, la justice et la dignité ne sont plus négociables. »

L’initiative a été lancée à la veille du verdict de la Cour de cassation sur plusieurs cas de discriminations policières pour lesquels l’Etat avait été reconnu coupable en juin 2015 par la cour d’appel de Paris. La décision est attendue pour mercredi 9 novembre.






Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Loading














Recevez le meilleur de l'actu