Connectez-vous S'inscrire






Religions

Un tour du monde interreligieux pour et par les jeunes

Rédigé par Pauline Hammé | Samedi 2 Février 2013

Cinq jeunes de l’association Coexister, dédiée au dialogue entre les religions, s’apprêtent à parcourir le monde à la découverte de lieux d’échanges entre les cultes. Musulman, chrétien, juif et même agnostique ou athée, ces explorateurs du vivre-ensemble militent pour sensibiliser la jeunesse à la rencontre des civilisations.



Un tour du monde de l'interreligieux sera entrepris pendant un an par cinq jeunes de l'association Coexister, à partir de juillet 2013. (Photo Corine Simon / CIRIC)
Un tour du monde de l'interreligieux sera entrepris pendant un an par cinq jeunes de l'association Coexister, à partir de juillet 2013. (Photo Corine Simon / CIRIC)
Un vendredi soir à Paris. En attendant ses camarades, Samuel, le chrétien de la bande, s’insurge contre la Une du magazine Le Point, titrant : « Viande : la nouvelle guerre de religion ». « Elle est sur tous les kiosques parisiens, je voudrais pouvoir contre-attaquer », commente cet étudiant en sciences politiques.

C’est justement pour combattre ce type d’amalgames que Samuel et ses quatre camarades, de 20 à 28 ans, ont décidé de se lancer dans un voyage interreligieux, avec leur association Coexister, créée en 2009.

De juillet 2013 à juin 2014, Rafaëlla (juive), Soufiane (musulman), Victor (athée) et Josselin (agnostique) vont rencontrer des acteurs du vivre-ensemble au sein de lieux clés des trois grandes religions monothéistes : en Israël-Palestine, en Turquie, en Inde, à Singapour et aux Etats-Unis, puis effectuer un « road trip » à travers le monde. « Nous voulons prouver qu’il est possible de s’organiser en complète autonomie pour lutter contre les préjugés trop souvent associés à notre génération », explique la pimpante Rafaëlla, étudiante à Science Po Paris.

Leurs péripéties seront publiées par le site d’information positive Sparknews et relayées sur les réseaux sociaux. Au cours de leurs expéditions, ces pèlerins modernes observeront de nombreuses initiatives interreligieuses afin de « s’en inspirer pour découvrir de nouveaux modèles de cohésion sociale », explique Soufiane, musulman pratiquant d’origine marocaine et secrétaire général de l’association.

La Turquie, une destination incontournable

A leur retour, un tour de France est prévu pour présenter « une exposition ambulante avec des conférences, des entretiens filmés et des outils pédagogiques pour les enfants », énumère Rafaëlla avec enthousiasme.

C’est cette envie d’apprendre et de transmettre qui a poussé l’athée Victor à s’impliquer dans le projet. Persuadé que le XXIe siècle sera religieux, cet étudiant qui aime à citer Malraux, critique « les dérives laïcardes de l’athéisme en France et le niveau zéro de nombreux étudiants en histoire des religions ». Pourtant, il en est convaincu, « c’est en connaissant mieux l’autre qu’on peut avancer ensemble ». Pour le jeune Soufiane, l’aventure s’annonce aussi comme une expérience à la fois enrichissante et déstabilisante. « En fonction des destinations, nous allons faire l’expérience de la minorité, j’aurais sûrement du mal à trouver une mosquée en Amérique latine », plaisante-t-il. Pourtant, cela ne l’effraie pas : « J’ai hâte de découvrir la diversité des courants religieux au sein de la même religion », confie-t-il.

Si le choix des destinations a donné lieu à des débats houleux, la Turquie s’est imposée comme une évidence. D’après Samuel, « sa position de croisement entre l’Orient et l’Occident en fait un pays incontournable, en plus la jeunesse y occupe une place très importante ».






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu