Connectez-vous S'inscrire






Société

Radicalisme et citoyenneté, les musulmans de Belgique font front commun

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Vendredi 30 Janvier 2015

Historique. Plus de 60 organisations musulmanes de Belgique se sont engagées ensemble, et avec énergie, contre le radicalisme et pour la citoyenneté. Leurs divergences ont été dépassées pour promouvoir un discours de responsabilité visant à faire des citoyens musulmans des acteurs du changement dans la société. Hajib El Hajjaji, porte-parole de la déclaration commune, revient pour Saphirnews sur cette initiative inspirante.



Radicalisme et citoyenneté, les musulmans de Belgique font front commun
L'onde de choc des attaques terroristes à Paris a largement dépassé les frontières françaises. En Belgique où un attentat a été récemment déjoué dans le pays, les citoyens de confession musulmane ont tout aussi mal vécu les événements. Mais après l'émotion et les condamnations, l'heure est à la mobilisation. Plus de 60 associations musulmanes belges ont signé, jeudi 22 janvier, une déclaration « contre la radicalisation et pour la citoyenneté » (disponible ici), lancée à l'initiative du collectif EmBem (Empowering Belgian Muslims).

Le réseau d'acteurs associatifs musulmans s’est employé à réunir, dans la diversité la plus large, des acteurs des secteurs religieux, associatif, académique, éducatif, économique ou encore institutionnel. Une quarantaine de personnalités et de citoyens engagés se sont aussi joints à l’initiative rendue publique mardi 27 janvier.

L'union qui fait la force

Le combat contre le radicalisme est un défi tel qu’il nécessite, pour les signataires, de dépasser les divergences pour parler d’une seule voix et construire de nouvelles convergences. Cette démarche collective, inédite en Belgique, vise à « développer un discours de responsabilité » parmi les musulmans afin de mettre un frein à l’extrémisme qui défigure l’islam, insiste auprès de Saphirnews Hajib El Hajjaji, porte-parole de l'initiative et vice-président du Collectif contre l'islamophobie en Belgique (CCIB). « On nous reproche souvent de ne pas nous entendre. Il nous était important de s’exprimer ensemble pour une cause aussi importante. »

Dans la déclaration, les signataires ont signifié leur volonté commune de « lutter sans concession contre certaines lectures faisant l’apologie de la violence et les idéologies totalitaires qui détournent nos textes sacrés de leurs finalités pacifistes, de la préservation de la vie, de l’intérêt général, du bien commun et de la justice ». « Notre objectif commun est de réfléchir sur le mieux vivre-ensemble mais aussi de promouvoir un islam généreux qui nourrit harmonieusement l’ensemble de la société, dans toute sa diversité et sa complexité, qui contribue activement à la cohésion sociale et à la construction d’une société interculturelle inclusive, fondée sur la justice sociale, l’égalité dans la pratique et le respect de chacun-e dans sa complexité », cela en développant quatre grands axes, explique-t-on.

Il s’agira ainsi d’élaborer « une compréhension commune de l’islam à long terme qui permettra aux musulmans de vivre leur foi de manière apaisée en Belgique », de promouvoir une « éducation dans la paix et la promotion d’une raison critique afin d’offrir aux jeunes les ressources nécessaires pour se construire en toute autonomie et loin des discours de rupture et de haine », de renforcer la lutte contre les discriminations, les stigmatisations et les inégalités sociales et de valoriser « la contribution musulmane en Europe et en Belgique » pour « rompre définitivement avec les théories du choc des civilisations ».

Hajib El Hajjaji
Hajib El Hajjaji

Appuyer la lutte contre l'islamophobie

Pour ce faire, les pouvoirs publics sont aussi appelés à prendre leurs responsabilités et à appuyer leur démarche. La déclaration est clairement un message envoyé à l’attention du gouvernement et de la classe politique. Aussi, les signataires attendent d'eux qu’il s’attaquent « sans tarder aux causes profondes des inégalités sociales et économiques dans notre pays afin d’offrir à l’ensemble de la jeunesse des perspectives d’avenir » et qu'ils accordent une place « pleine et entière » à la religion musulmane dans le paysage institutionnel, « en respectant le cadre constitutionnel de séparation entre le politique et le religieux et en concrétisant au plus vite les projets renforçant l’épanouissement d’un islam de Belgique ».

« L’épanouissement de l’islam en Belgique et le maillage entre les citoyens de confession musulmane et leurs concitoyens » passent notamment « par la reconnaissance de l’islamophobie et l’engagement de tous contre ce mal. Radicalisation et islamophobie sont les deux faces d’une même pièce », déclare le porte-parole de l’initiative.

Des héros musulmans à valoriser

Parmi les propositions mises en avant est évoquée la création d’une émission dédiée à l’islam à la télévision et à la radio pour donner à voir « la réalité vécue par les musulmans et leur contribution dans la société », complète Hajib El Hajjaji, qui insiste sur la nécessité de « développer un véritable récit collectif national » dans lequel est pleinement intégrée la composante musulmane. Un travail de longue haleine qui passe, entre autres, par « la mise en valeur de héros musulmans de Belgique » pour « lutter contre les préjugés islamophobes » mais aussi pour « déconstruire les discours radicaux en présentant des modèles de réussite à notre jeunesse ». « Nous voulons lui montrer que sa place est en Belgique, que son avenir est ici, pas ailleurs », souligne-t-il.

La soixantaine d'associations, qui entendent rester autonomes, se réuniront prochainement pour établir une série d’actions, dont certaines auront besoin de l’appui effectif de l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), interlocuteur officiel des autorités. Son président Noureddine Ismaili est lui-même signataire de la déclaration, qui appelle, pour conclure, « l’ensemble des acteurs investis dans les secteurs de la jeunesse, de la culture, de la prévention, des médias - dont le rôle dans la déconstruction des préjugés est essentiel - et du dialogue interculturel à soutenir toute initiative favorisant le respect mutuel et l’entre-connaissance ».

Les organisations et citoyens musulmans de France et d’ailleurs gagnent à s'approprier cette initiative forte et dynamique.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu