Connectez-vous S'inscrire






Economie

Quick « halal » de Roubaix : le gérant est un adjoint municipal UMP

Pragmatisme économique vs bataille idéologique

Rédigé par Leïla Belghiti | Vendredi 19 Février 2010

Cocasse. Alors que la majorité de son camp soutient le maire socialiste de Roubaix, le gérant du Quick de Roubaix tant controversé est lui-même un adjoint municipal UMP. Quand les affaires vont bon train, basta l'étiquette politique : Pascal Nys tient à ses hamburgers halal.



Objet du délit ? Proposer du « chicken » et du « long beef » halal, surmonté d'une tranche de dinde grillée (à la place du bacon). C'est sûr : avec une pareille offre, les communautaristes-islamistes-terroristes sont à nos portes.
Objet du délit ? Proposer du « chicken » et du « long beef » halal, surmonté d'une tranche de dinde grillée (à la place du bacon). C'est sûr : avec une pareille offre, les communautaristes-islamistes-terroristes sont à nos portes.
Quel est le comble pour le gérant d'un Quick halal ?

La polémique lancée à Roubaix par le maire désormais star nationale est cocasse. Depuis quelques jours, des élus politiques de tout bord (ou presque) soutiennent massivement la ligne tant éclairée du maire de Roubaix socialiste, René Vandierendonck. À droite comme à gauche de l'hémicycle parlementaire, c'est à qui mieux mieux cautionnera les pratiques islamophobes prisées habituellement par le Front national. Tant pis si on tape sur les confrères, du moment que le débat prend suffisamment d'ampleur nationale.

L'information pourrait presque passer inaperçue : celui que l'on accuse à Roubaix de « discriminer » les non-mangeurs-de-halal n'est autre qu'un confrère de Luc Chatel, de Richard Mallié, de Jacques Maillard et de Lionnel Luca, autrement dit… un élu UMP : Pascal Nys, adjoint municipal de la ville de Hem, voisine de Roubaix.

Alors qu'à Hem la majorité UMP, où il était en fonction en tant que premier adjoint, avait voté l'application d'une note de service interdisant aux enfants de choisir un repas sans viande dans les cantines scolaires, l'ex-premier adjoint et actuel adjoint à la communication ne voit dans son Quick halal que les chiffres ronds appétissants. La cocarde au placard. Business is business.

Un maire en « quête de notoriété » ?

René Vandierendonck n'en a cure. C'est même tant mieux pour lui, il aura ainsi fait d'une pierre deux coups. Jeudi après-midi, le maire socialiste a déposé sa plainte, comme il l'avait menacé de le faire deux jours plus tôt. Le Quick n'a donc pas obtempéré. Comment, en effet, imaginer un élu UMP s'incliner devant un élu PS ? Quel affront ! Et c'est, encore une fois, tant mieux pour Vandierendonck, qui peut désormais se vanter de porter l'étendard de l'identité nationale, à quelques semaines des régionales.

À Roubaix pourtant, un fast-food voisin du Quick, le KFC, propose depuis belle lurette des Chicken estampillés halal...

Pour les élus Verts de Roubaix, le maire socialiste est en perte de vitesse. « En quête de notoriété, il est carrément prêt à surfer sur la vague islamophobe et les thèses du Front national pour attirer les électeurs », justifie Ali Rahni, militant Verts d'Europe Écologie. À Roubaix − qui compte l'une des plus fortes concentrations d'habitants d'origine arabo-musulmane − "Vandi" n'est guère apprécié. Europe Écologie, la liste menée par la candidate verte Majdouline Sbaï, fait une percée considérable sur le champ politique roubaisien.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu