Connectez-vous S'inscrire






Economie

Rififi autour du Quick

Quand les politiques s'intéressent à nos estomacs

Rédigé par Leïla Belghiti | Mercredi 17 Février 2010

Servir de la dinde à la place du porc dans les burgers, cela ne serait pas du goût de tous les adeptes du Quick. Branle-bas de combat à Roubaix, où le maire René Vandierandonck (PS) ne voit pas d'un bon œil ce Quick tout halal (il y en a huit dans toute la France), et se montre bien disposé à user de tous les moyens pour satisfaire son « attachement à la diversité ». Le Front national, suivi de l'UMP, n'a pas manqué de se saisir de ce dossier pétillant à l'approche des régionales...



Sur ces visuels pris en photo dans un Quick halal, les deux astériques apposés près du mot « hot dog » permettent de préciser qu'il s'agit de « saucisson de bœuf ».
Sur ces visuels pris en photo dans un Quick halal, les deux astériques apposés près du mot « hot dog » permettent de préciser qu'il s'agit de « saucisson de bœuf ».
« Je dois rencontrer le gérant de Quick Roubaix pour obtenir un accord négocié à l'amiable», a déclaré dimanche le maire de Roubaix. « Je ne suis pas opposé à ce qu'une entreprise adapte son offre à la clientèle, notamment à Roubaix, mais ça devient discriminatoire si l'exclusivité de son offre se porte sur un seul produit. » Le maire PS a déclaré qu'auquel cas un dépôt de plainte auprès de la HALDE pourrait être envisagé.

Que le Quick s'attire les foudres du PS peut paraître détonnant (quoique...), cela l'est beaucoup moins provenant du Front national, qui fait explicitement de l'islamophobie son cheval de bataille pour les régionales. Marine Le Pen n'y va pas à la petite cuillière : « Tous ceux qui viendront acheter dans ce Quick paieront en réalité une taxe aux organismes islamiques de certification », a-t-elle fustigé dimanche sur Canal+. « Que chacun soit à sa place. Il faut que les musulmans expriment leur désir de vivre leur foi personnelle dans la sphère privée sans empiéter dans la sphère publique. Le gouvernement ne donne aucun signal pour aller dans ce sens, bien au contraire, il multiplie les démarches communautaristes. »

L'UMP s'invite

L'UMP aussi veut se faire une place dans la nouvelle polémique. Mardi, le député UMP Richard Mallié a déclaré dans un communiqué : « C'est précisément parce qu'il (le Quick, ndlr) ne laisse pas de choix aux clients non musulmans que cette attitude est inadmissible. Il n'y aura plus de bacon, ce sera dinde pour tout le monde. » « La devise de Quick "Nous, c'est le goût" va devenir "Nous, c'est le communautarisme" », a-t-il ajouté, déclarant s'associer « totalement dans ce combat républicain au maire socialiste de Roubaix, René Vandierendonck ».

« Il existe suffisamment de boucheries et de magasins halal et de rayons spécialisés dans les grandes surfaces pour ne pas imposer l'absence de choix dans ces points de vente », poursuit-il.

La tension monte autour du Quick, qui doit bien sentir approcher les élections régionales.

Céder à la pression ?

Reconnaissant la pression islamophobe, la direction de Quick n'entend tout de même pas lâcher un marché si juteux : sur les huit Quick qui ont testé le tout halal, tous ont doublé, voire quadruplé leur chiffre d'affaires, comme c'est le cas à Roubaix et à Marseille, allant jusqu'à provoquer des embauches supplémentaires pour faire face à une clientèle alléchée par ses burgers halal.

Le Quick Saint-Louis, à Marseille, a, dès son ouverture en novembre, augmenté de plus de 86 % son chiffre d'affaires (qui se stabilise aujourd'hui autour de 50 %). « Avant de passer au halal, on était dans les moins », nous confie Cirkovic Danica, manager du restaurant franchisé. Pas de pression anti-halal pour son resto. « Des gens fâchés qu'on ne leur serve pas de bacon, ça ne nous arrive vraiment pas souvent », affirme-t-elle, étonnée de la polémique qui a surgi à Roubaix.

La loi du marché aura-t-elle raison des débats électoralistes lepénistes et consorts ? Difficile d'en douter, lorsque l'on sait, selon le dernier numéro du magazine Challenges que la chaîne de distribution rapide, controversée par ces temps où on « casse du musulman » à tout-va, est mise en vente par son actionnaire, la Caisse des dépôts, rebaptisée, qui l'avait racheté à GIB (un holding partiellement détenu par le milliardaire belge Albert Frère), en décembre 2006 pour 850 millions d'euros.

Pour le vice-président du conseil de surveillance de Quick, Jean-Marie Kuhn, le chiffre d'affaires aurait été « artificiellement gonflé », selon Libération. Après une plainte déposée en 2008, un an plus tard, la justice donne raison à Albert Frère, condamnant Jean-Marie Kuhn et le Quick pour « diffamation ».

Gonflé ou pas, le chiffre d'affaires réalisé en 2009 est en hausse et de l'ordre de 930 millions d'euros. Pour Jean Eichenlaub, le patron de la Caisse des dépôts (rebaptisée depuis Qualium), Quick a été ces dernières années une opération très rentable et espère vendre l'enseigne pour un prix compris entre 900 millions et 1 milliard d'euros. Selon le Nouvel Hebdo, « la banque Rothschild a été mandatée pour réfléchir à trois options possibles : une cession pure et simple des actifs à un industriel, une introduction en Bourse ou un refinancement de la dette via le high yield ».

Quick va bien. Et le halal est sans doute beaucoup trop rentable pour que l'enseigne puisse désormais s'en passer...







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu