Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

Viande Halal chez Quick : "Le venin"

Rédigé par pouf.badaboum@gmail.com | Jeudi 18 Février 2010

Pour Claude Weill, la polémique lancée par le ministre de l'Agriculture n'est qu'un énième relent du débat sur l'identité nationale, où la désignation d'un "péril communautariste" cache un "prétendu péril arabo musulman".



Il est de bon ton de dire que le débat sur l’identité nationale a fait pschitt. Malheureusement, je ne le crois pas. Le mal est fait. Ce vaste défoulement collectif organisé sous l’égide du ministère de l’Immigration a produit son venin, qui ne cesse de diffuser au sein de la société française. Toutes sortes de préjugés malsains, d’idées nauséabondes, de réflexes xénophobes qui jusqu’alors n’osaient pas s’afficher ouvertement (sauf dans la bouche de celui qui se vantait justement de "dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas") ont désormais droit de cité. Les tabous sont tombés. Les esprits se débondent. Les remugles remontent à la surface. Et ça pue !

Etait-ce le but recherché par les instigateurs du douteux débat sur l’identité ? C’est en tout cas le résultat.

En l‘espace de quelques semaines, nous avons eu droit successivement à l’importation en France du débat helvéto-helvétique, inspiré par l’extrême-droite suisse, sur la construction des minarets. Puis au grand psy-show national sur la "burqa" (mot choisi à dessein pour épouvanter les bonnes gens : la burqa, voile intégral grillagé d’origine afghane est à ma connaissance à peu près inconnu en France). Ensuite à un magnifique emballement politico-médiatique autour de la candidate NPA du Vaucluse, accompagné d’une ahurissante plainte en justice ( !) – comme si quelque texte que ce soit, dans l’abondante législation française, pouvait permettre de déchoir de ses droits de citoyenne une femme dont le seul délit est de couvrir ses cheveux d’un voile (en réalité, un foulard noué sur la nuque comme en portaient les femmes de la campagne dans mon enfance).

Et aujourd’hui, c’est le ponpon, voila que le ministre de l’agriculture dénonce – au nom des principes de la République, bien sûr ! – la décision de la chaîne Quick de retirer la viande de porc de quelques établissements. Comme s’il n’existait pas déjà des centaines de restaurants et d’épiceries halal ou casher. Comme si on ne trouvait pas des petits oratoires dans une foultitude de restos chinois ou indiens. Comme si la plupart des cantines de France ne servaient pas du poisson le vendredi, en souvenir de la mort du Christ. Lire suite de l'article

Auteur : Claude Weill - 18/02/2010
Source : NouvelObs.com

Lire aussi :
Burger halal : indigestion électorale à Roubaix
Quick halal : le maire de Roubaix veut saisir la Halde
Rififi autour du Quick
Quick halal : des clients satisfaits, un chiffre d’affaires doublé
Halal : qui en consomme ?
Halal 2010 : un marché qui explose
L’extrême droite s’invite aux rayons du halal




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu